AstroAriana Association pour la Recherche et l'Information
en Astrologie NAturelle
AstroAriana
Présentation Qui sommes nous ? Nous écrire Plan du site Annuaire de liens Astrosoft Calculez votre thème Thème du jour Boutique
Téléchargez nos livres au format PDF Les significations planétaires
Pour que ce site continue à exister sans publicité
Articles aléatoires  Astrologie tragi-karmique  Astrologie et couple : la synastrie, duo ou duel ?  Apollon et son ombre : quand le Soleil se fait violence  Le Cancer  Yves Ouatou et les prévisions  Uranus-Neptune  Lion-Vierge : similarités et différences  Zodiaque et formes de l’inhibition
Vous êtes ici : Accueil ►Astro-documentsThéories généralesLes planètes et le R.E.T.Les fonctions planétaires du R.E.T.


La fonction lunaire (globalité homogène)

Les exemples d’interprétation que nous donnons sont très loin d’être exhaustifs : ils ne font qu’indiquer et esquisser un cadre général décrivant la problématique de la fonction planétaire. Ils ne sauraient donc être pris au pied de la lettre. Chaque être, en effet, apporte ses propres réponses, plus ou moins originales, aux questions que soulève une fonction planétaire. Il n’y a pas de recette. En vous aidant du R.E.T. et de la Théorie des âges et en combinant logique, observation et imagination, vous pourrez développer mille autres significations possibles, mille autres variations sur le même thème.

La Lune occupe une situation à part. Satellite unique de la Terre, promue « sœur jumelle » de notre planète par certains astronomes, elle reçoit, concentre et synthétise sans les différencier, l’ensemble des interactions globales du système solaire, au même titre que la Terre. D’où sa fonction de globalité.

Généralement : maintien de la globalité. Pouvoir intensif Tout ce qui est global, cohérent, homogène : l’univers pris comme un tout, une réalité indifférenciée et indissociable. La solidarité inter-fonctionnelle des éléments d’un ensemble fermé sur lui-même pour conserver et protéger l’homogénéité de ses parties constituantes. L’interdépendance des multiples éléments dont est faite la réalité connue, connaissable ou inconnue, réelle ou imaginaire. Le réel en tant que totalité close, riche de potentiels et de virtualités. Les liens d’appartenance fédérant naturellement êtres, choses ou situations en « familles ».

Psychologiquement : Être en état d’abandon confiant, de plénitude sereine, de tranquille quiétude, de réceptivité globale. Maintenir son homogénéité (globalité corps-âme-esprit) par la plasticité de l’esprit assimilant sans préjugés tous les possibles, la perméabilité de l’âme qui vit en osmose avec les réalités visibles et invisibles, la régularité des fonctions organiques (nourriture, sommeil) qui assurent au corps son équilibre. Appartenir intimement à un groupe familier dont on se sent naturellement solidaire, partie intégrée et intégrante. Tisser d’étroits liens d’interdépendance avec son milieu ambiant. Rechercher la fluidité, l’harmonie, les lignes de moindre résistance.

Formule positive : “p”, le “bon à tout”

La fonction lunaire est à elle seule une famille du R.E.T. : celle du Pouvoir intensif, opposée-complémentaire donc dialectique du trio du Pouvoir extensif de Soleil-Mars-Pluton.

Ses qualités : Plastique, réceptif, accommodant, accueillant, le lunaire sait créer autour de lui un climat de quotidienneté paisible, d’intimité chaleureuse, d’harmonie simple, de convivialité bon enfant, et s’épanouit dans les ambiances porteuses, amicales et familières. Complaisant, obligeant, prévenant, compréhensif, tolérant, solidaire, il s’adapte souplement à autrui. Vis à vis des situations pratiques et des problèmes concrets auxquels il est confronté, il s’efforce de trouver les lignes de moindre résistance et de s’assurer des appuis solides plutôt que de s’épuiser en luttes. Il épouse au mieux ce que lui proposent les circonstances pour en tirer parti en s’y adaptant souplement, au jour le jour.

Subtil, rêveur, changeant, ondoyant, imaginatif, sa vie intérieure est riche. Le besoin de plénitude, de complétude, de sérénité, de vivre selon ses rythmes intimes et personnels sont pour lui des exigences impérieuses : il vit ses rêves et rêve sa vie, en osmose profonde et détendue avec lui-même et son milieu ambiant, dans lequel il baigne tel un poisson dans l’eau. Il ne prend que les décisions qui ne lui coûtent pas, avec lesquelles il fait intimement corps, celles que les circonstances lui imposent et qui préservent autant que possible le fondu-enchaîné et la tranquillité d’une vie quotidienne qu’il veut dépourvue de toute crispation autoritaire. Il assimile sans effort et sans concentration savoirs et connaissances. Sa quête de bien-être passe par le refus de toute discipline contraignante, et il sait faire disparaître les exigences de son moi pour maintenir l’harmonie de son groupe. Sa riche affectivité est marquée par le besoin d’osmose, de fusion, d’intimité partagée avec ceux qu’il aime tout simplement parce qu’avec eux il se sent bien, parce qu’il les sent et les comprend intimement en se mettant sans peine à leur place.

Tout en étant convivial, la solitude ne lui fait pas peur : dans les moments où il se met à l’écart du monde extérieur et des autres sans pour autant être distant, il se ressource dans la rêverie éveillée, la contemplation paisible et fluide. Vierge de tout a priori, de toute certitude, il sait poser sur les êtres et les choses un regard neuf et frais. En somme, le « bon à tout » lunaire est hyper-adaptable à toutes les circonstances de la vie. Sans se forcer, sans se contraindre, sans même exercer sa volonté, il sait si bien épouser les contours des choses, se modeler sur les situations, se faire accorder l’appui et la confiance des êtres que rien ne semble pouvoir lui résister.

Formule négative : “non-P”, le “bon à rien”

Le lunaire « négatif » a les défauts de ses qualités. Chaque fonction planétaire du R.E.T. se définit à la fois par ce qu’elle est et par ce qu’elle n’est pas. Prenons l’exemple du Soleil, dont la formule positive est « représentation de Représentation » (‘rR’). Sa formule négative est donc « non-eE-tT » : un pur solaire (qui n’existe pas, étant donné que tout individu a plusieurs dominantes planétaires) est sourd aux informations provenant des niveaux-buts ou sources Existence et Transcendance. Les problèmes du lunaire, eux, viennent de sa difficulté à différencier, distinguer, sérier les informations ‘R’, ‘E’ et ‘T’.

Non-Représentation extensive : manque de sociabilité spontanée

En négatif, en dépit de sa bienveillance, de sa bonhomie, le lunaire est un faux sociable. Les autres ne l’intéressent que dans la mesure où leur présence familière ne le dérange pas, où il sait qu’il peut compter sur eux. Ils ne lui inspirent nulle curiosité, nul intérêt profond, nul vrai désir. Trop à l’aise dans sa bulle égocentrique, dans sa subjectivité indolente, empêtré dans ses routines quotidiennes, rien ne l’étonne, ne le subjugue, ne le séduit d’emblée. Les autres ne sont pour lui qu’un magma indifférencié auquel il doit s’adapter sans enthousiasme pour jouir d’une paix morne mais paisible. Il vit une telle relation d’osmose avec autrui qu’il se croit dispensé de communiquer. En positif, le lunaire préserve sa tranquillité et sa plénitude en évitant de trop s’impliquer dans les échanges sociaux. Plutôt que de se montrer dans ses atours les plus attrayants mais à ses yeux fabriqués et trop artificiels, il préfère maintenir un état de disponibilité naturelle qui lui permet de recevoir les autres plutôt que de les intéresser.

Non-Existence extensive : manque de sens du concret

En négatif, le lunaire a horreur des luttes, des conflits et des combats que les situations concrètes nous obligent à mener. La trivialité des faits bruts le révulse : elle est une insulte à ses rêves d’harmonie béate, de quiétude ronronnante, de plénitude satisfaite. Il rechigne à prendre la vie à bras-le-corps, à agir directement sur les êtres, choses et situations de peur d’y perdre sa tranquillité molle et indolente : il espère que les choses s’arrangeront d’elles-mêmes. Ses expériences ne lui apprennent rien : il les considère globalement comme de mauvais moments à passer, qui ne le concernent en rien. Passif, soumis aux circonstances, il est incapable de réalisme et de pragmatisme réalisateur. En positif, le lunaire, sait que pour maintenir sa plénitude et sa tranquillité, il doit peu ou prou se mettre à l’abri des vicissitudes de l’existence qui ne demandent qu’à la perturber. Il peut pour cela faire le minimum (« le travail c’est la santé, rien faire c’est la conserver ») ou le maximum (assurer ses moyens concrets d’existence sans trop se donner de la peine).

Non-Transcendance extensive : manque d’imaginaire prospectif

En négatif, le lunaire est certes un adepte de la rêverie, mais certainement pas un songeur inspiré et encore moins un visionnaire. Rien d’original ne surgit de ses rêvasseries, qui ne sont que le reflet fidèle de ses préoccupations banales, et de ses humeurs intimes, quotidiennes et sans véritable relief. Nulle force impérieuse et insidieuse en lui ne l’incite à affirmer la spécificité de son individualité : il lui est indifférent d’être anonyme, noyé dans la masse. Les surgissements de l’inconnu et de l’imprévisible venus du dehors le perturbent et l’angoissent, et il refoule ceux qui viennent du dedans : il n’a aucune envie qu’ils l’obligent à remettre en question ses douillettes routines. En positif, le lunaire possède au plus haut point l’art de rendre banal l’extraordinaire. Avec un naturel sain et confondant, il se tient à l’écart de tout délire, sans que ça l’empêche d’être fantaisiste à ses heures. Son ego profond n’a aucune exigence cruciale, nulle aspiration perturbatrice et aucun message à transmettre : il n’existe pas.

Non-représentation intensive : manque de pouvoir de décision

En négatif, le lunaire manque profondément d’autorité, de volonté implacable, d’objectifs clairs, d’ambition, de détermination. Indécis, indolent, velléitaire, trop docile ou trop obéissant, ballotté par les circonstances, dépendant des êtres, des choses, des situations, il ne veut pas et ne peut pas s’imposer, s’affirmer, décider, choisir. Un doux et inconscient anarchisme lui interdit toute discipline, toute réelle adhésion à une règle collective. Changeant, capricieux, inconstant, versatile, trop maniable, il refuse les contraintes, les engagements fermes et précis, les responsabilités. Aucun principe ferme, aucune conviction décisive, aucun idéal affiché ne paraissent le diriger. En positif, le lunaire sait préserver sa sacro-sainte intimité contre toute intrusion des personnages sociaux qu’il peut être amené à jouer par obligation. Il n’a aucun désir de s’ériger en exemple, ni de se mutiler en se contraignant à prendre des décisions exigeantes alors qu’il est tellement plus simple et plus sain de lâcher prise…

Non-existence intensive : manque de sensorialité affective

En négatif, les affects, perceptions et sentiments qui l’atteignent gênent le lunaire : ils perturbent sa tranquillité béate. Être touché, ému, sensibilisé, c’est pour lui perdre sa quiétude : il ne le supporte pas. La présence frémissante, désirante et agissante de l’autre peut pour lui devenir une véritable gène : il voudrait tant que ce et ceux qui l’entourent, qui font partie de son univers familier, se fondent dans le décor, arrêtent de manifester leur présence et de lui demander de réagir. Il recherche la fusion, l’osmose indifférenciée, et non l’échange affectif ou sentimental qui demande d’être deux. Pour lui, avoir la paix c’est ne rien ressentir, n’être affecté par aucune turbulence émotionnelle. En positif, le lunaire sait maintenir sa quiétude à l’abri de toute perturbation affective, tout en restant chaleureux et réceptif à autrui. Il compatit, communie et comprend intimement sans se laisser troubler ni envahir par les passions émotionnelles ou sentimentales qu’implique généralement un excès d’affectivité et de sensorialité.

Non-transcendance intensive : manque d’esprit critique

En négatif, le lunaire, complètement accaparé par ses routines, son vécu au jour le jour, n’a ni recul ni distance vis-à-vis de sa situation présente. Naïf, suggestible, influençable, impressionnable, il ne voit malice nulle part. Il ne se méfie pas, n’a ni l’esprit pénétrant ni les réflexes d’investigation : incapable de discrimination, trop réceptif et trop bonne pâte, il « gobe » tout. Crédule, enfantin, moutonnier, volage, il ne se pose pas de questions ni ne remet rien en question : il accepte tout sans prendre de champ, sans aucun doute ni scepticisme. Exagérément confiant et débordant de gentillesse, il est incapable d’habileté manœuvrière, de subtilité stratégique, de rouerie efficace. En positif, le lunaire se prémunit de tout scepticisme, de toute méfiance expérimentale et de tout désabusement chronique en gardant un regard frais, neuf et spontanément confiant sur le monde qui l’entoure et les êtres qui l’habitent. Spontané, naturel et fondamentalement gentil, il est incapable de duplicité, de rouerie, de sombres machinations. SUITE

La fonction planétaire inverse est la fonction marsienne


Cet article vous a été proposé par : Richard Pellard

Voir aussi :

- Fonction lunaire
- Profil psychologique du Lunaire
- La dialectique des pouvoirs dans le système R.E.T.
- Pouvoirs de Soleil-Lune : la Lune
- Famille ‘p’ (pouvoir intensif)
- Stade lunaire (de 0 à 1 mois) : l’âge de la communion
- Espace personnel et aura lunaire
- Fonction lunaire et libéralisme économique
- Le lunaire en B.D.


Les Significations planétaires

par Richard Pellard. 620 pages. Format PDF. Illustrations en couleur.

La décision de ne traiter dans ce livre que des significations planétaires ne repose pas sur une sous-estimation du rôle des Signes du zodiaque et des Maisons. Le traditionnel trio Planètes-Zodiaque-Maisons est en effet l’expression d’une structure qui classe ces trois plans selon leur ordre de préséance et dans ce triptyque hiérarchisé, les Planètes occupent le premier rang. La première partie de ce livre rassemble donc, sous une forme abondamment illustrée de schémas pédagogiques et tableaux explicatifs, une édition originale revue, augmentée et actualisée des textes consacrés aux significations planétaires telles qu’elles ont été définies par l’astrologie conditionaliste et une présentation détaillée des méthodes de hiérarchisation planétaire et d’interprétation accompagnées de nombreux exemples concrets illustrés par des Thèmes de célébrités. La deuxième partie est consacrée, d’une part à une présentation critique des fondements traditionnels des significations planétaires, d’autre part à une présentation des rapports entre signaux et symboles, astrologie et psychologie. Enfin, la troisième partie présente brièvement les racines astrométriques des significations planétaires… et propose une voie de sortie de l’astrologie pour accéder à une plus vaste dimension noologique et spirituelle qui la prolonge et la contient. Vous pouvez dès maintenant le commander à la boutique.

L’astrologie, la nanification de Pluton & les astres transplutoniens

par Richard Pellard. 117 pages. Format PDF. Illustrations en couleur.

Pluton ne fait plus partie des planètes majeures de notre système solaire : telle est la décision prise par une infime minorité d’astronomes lors de l’Assemblée Générale de l’Union Astronomique Internationale qui s’est tenue à Prague en août 2006. Elle est reléguée au rang de « planète naine », au même titre que les nombreux astres découverts au-delà de son orbite. Ce livre récapitule et analyse en détail le pourquoi et le comment de cette incroyable et irrationnelle décision contestée par de très nombreux astronomes de premier plan. Quelles sont les effets de cette « nanification » de Pluton sur son statut astrologique ? Faut-il remettre en question son influence et ses significations astro-psychologiques qui semblaient avérées depuis sa découverte en 1930 ? Les « plutoniens » ont-ils cessé d’exister depuis cette décision charlatanesque ? Ce livre pose également le problème des astres transplutoniens nouvellement découverts. Quel statut astrologique et quelles influences et significations précises leur accorder ? Enfin, cet ouvrage propose une vision unitaire du système solaire qui démontre, chiffes et arguments rationnels à l’appui, que Pluton en est toujours un élément essentiel, ce qui est loin d’être le cas pour les autres astres au-delà de son orbite. Après avoir lu ce livre, vous saurez quoi répondre à ceux qui pensent avoir trouvé, avec l’exclusion de Pluton du cortège planétaire traditionnel, un nouvel argument contre l’astrologie ! Vous pouvez dès maintenant le commander à la boutique.





Suivez nos actualités astronomiques, astrologiques, pédagogiques et humoristiques sur Facebook, Twitter et YouTube

Vous pouvez également nous soutenir en effectuant un don qui nous permettra de continuer à faire vivre ce site :

Merci pour votre contribution.


Tous droits réservés. © 2003–2017 Richard Pellard reproduction interdite.
Webmestre : Julien Rouger
AstroAriana — Site réalisé avec SPIP | Espace privé