AstroAriana Association pour la Recherche et l'Information
en Astrologie NAturelle
AstroAriana
Présentation Qui sommes nous ? Nous écrire Plan du site Annuaire de liens Astrosoft Calculez votre thème Thème du jour Boutique
Téléchargez nos livres au format PDF Les significations planétaires
Pour que ce site continue à exister sans publicité
Articles aléatoires  Bélier R.E.T.  Gémeaux R.E.T.  Le « Héros » et son « Ombre »  Les rythmes du zodiaque  Uranus astronomique  Yves Ouatou et les horoscoops  Astro-psychanalyse théorique et pratique  Du système solaire au système nerveux
Vous êtes ici : Accueil ►Astro-documentsPour débutantsQuand, comment, pourquoi l’astrologie ?


Témoignage astro de Marie-Hélène Rudel

Je ne sais pas du tout quand l’astrologie est entrée dans ma vie. Il me semble qu’elle en a toujours fait partie. Mes parents étaient mordus, « comme tous les artistes », m’a-t-on dit un jour. Il y avait un peu de mépris dans cette affirmation là. Ce sont mes parents qui m’ont contaminée et je me suis laissé contaminer avec délice. Nous ne connaissions rien à l’astrologie « sérieuse ». Nous lisions seulement ce qui con-cernait nos signes, la collection « Zodiaque » d’André Barbault, par exemple. Nous avions calculé nos ascendants.

« Comme tous les artistes » ?

J’étais « Scorpion » : j’avais lu que cela me donnait une vie intérieure ténébreuse et riche et une vie sexuelle future très enviable. J’étais fière de mon Signe. Je cohabitais avec un Capricorne, un Poissons et un Verseau. J’étais baignée par le vocabulaire de l’astrologie. Tous ces mots étaient pour moi surtout des sensations : couleurs, sons, images d’un monde chaleureux source de plaisir (ah ! Toutes ces discussions passionnées !), parfois même de réconfort (j’ai trouvé refuge dans l’astrologie, certains jours tristes de mon enfance).

Je ne voudrais pas avoir l’air de me moquer de mon approche première de l’astrologie. Grâce à l’astrologie, nous partagions un même langage, nous étions complices, nous communiquions. Nous apprenions à mieux nous connaître et à prendre conscience de nos différences. Les textes étaient souvent stéréotypés, quelquefois carrément ineptes, mais nous en faisions un prétexte pour parler de nous : « Tu te reconnais, là ? » « Pas du tout… Moi, ce serait plutôt… etc. ».

L’horreur de la Science vivisectrice

J’ai eu dès l’enfance en horreur la Science, cette Science froide, impersonnelle, implacable, qui méprise l’affectif, qui a toujours raison, qui peut tout comprendre, tout expliquer, qui justifie parfois l’intolérable (ah ! cette prof de sciences naturelles qui se fichait de moi parce que je refusais — avec quelques autres — d’assister à ses séances de vivisection sur des souris blanches !)

Bien sûr, mes premiers pas en math et en physique ont été désastreux. J’avais peur de mes profs scientifiques. J’avais l’intuition profonde que je n’habitais pas la même planète que cette prof vivisectionniste, sûre d’elle et du bien fondé de ses actes, pleine de certitudes.

L’astrologie était pour moi de ces choses qui permettent de se couper radicalement de ces gens là. J’étais fascinée par l’idée que sans nul doute les lois de l’univers et de la vie sont bien plus complexes (donc plus rigolotes !) qu’ils n’osent l’imaginer. Jusqu’alors, je ne connaissais de l’astrologie que les textes « déjà tout pondus ». Et puis, dans l’adolescence, j’ai découvert les notions de thème astrologique et de dominante. Cette notion de « dominante » m’a fait tilt. Je me suis mis à construire mon thème, celui de mes parents, de mon frère. Seule dans mon « laboratoire », je testais des formules de dominante, à commencer bien sûr par celles proposées par les bouquins. Mon plus grand plaisir était ensuite de les contester et d’essayer de trouver la mienne, puis de contester la mienne et d’essayer d’en trouver une autre, etc.

Tout un pan de l’astrologie me désolait et me révoltait. Comment pouvait-on prétendre attribuer à un type planétaire un physique donné ? Ah la fameuse rondeur du visage pâle du lunaire ! (n’y aurait-il jamais de noirs parmi les « lunaires » ?) Que faisait-on des lois de la génétique ? Et puis, tout ce sexisme ! J’avais honte des astrologues, devant les rationalistes.

Consult, FNAC, Astroflash…

Le hasard a voulu qu’un jour ma mère aille consulter… Jean-Pierre Nicola. De toute évidence, cette consultation lui fit forte impression. Et puis, au début de ma vie d’adulte, l’astrologie a perdu pour moi de son importance. J’avais autre chose à faire sans doute, autre chose à voir et à construire.

Elle est revenue en force il y a cinq ans. J’étais à la FNAC et je me suis mise à fouiner dans le rayon astrologie. Parmi une multitude de publications affligeantes, j’ai découvert le Manuel d’astrologie universelle de Richard Pellard. J’ai remarqué dans la préface le nom de Jean-Pierre Nicola et je me suis souvenue de la consultation de ma mère. La préface disait qu’il était à l’origine d’un véritable courant astrologique, qui délibérément se démarquait des autres. J’ai acheté le livre.

Un peu plus tard, j’ai ressenti — pour la première fois — le besoin de consulter un astrologue. Ne connaissant pas d’astrologue conditionaliste travaillant à Paris, j’ai demandé conseil à Astroflash : ils m’ont indiqué Michel Dacremont. Je dois dire que j’ai été stupéfaite de la justesse et de la finesse de ses analyses.

Convaincue par cette consultation (en fait, deux consultations), je me suis plongée dans le livre de Richard Pellard qui est rapidement devenu pour moi une sorte de « livre de chevet » (comment ça ? Mais non, Richard ne m’a pas payée pour écrire cela !). J’ai recommencé mes exercices d’adolescence mais avec de tout autres règles.

Méthode claire et zones d’incertitude

C’était beaucoup plus compliqué qu’auparavant : certes, la méthode était claire et permettait enfin de classer les dix planètes mais l’auteur ne cherchait pas à dissimuler toutes les zones d’incertitude de l’astrologie (doutes sur les orbes, etc.).

Ce qui m’a particulièrement séduite est l’aspect global de l’analyse, notamment l’importance attachée aux planètes faibles et bien sûr la rupture avec le symbolisme et toutes les foutaises prédictionnelles.

L’analyse astrologique ne peut prendre en compte le milieu social et familial d’une personne ou l’époque à laquelle elle vit, etc. La quantité d’informations qui lui manque est même impressionnante ! Je suis toujours étonnée de voir que les portraits dressés par les bons astrologues soient malgré tout si étonnamment fidèles ! Cette part d’inné que nous apporte notre ciel de naissance est-elle donc quantitativement si importante ? Ou bien plutôt est-elle une sorte de base, point de départ incontournable à partir duquel tout le reste se met en place ?

Quand ? Comment ? Pourquoi ? Ai-je fait le tour de ces questions ? Sûrement pas… Ma rencontre avec l’astrologie n’est pas datable. Elle a lieu tous les jours. Elle est loin d’être terminée. Quand vous saurez, par exemple, que mes connaissances en astronomie sont extrêmement rudimentaires, vous mesurerez tout le chemin qui me reste à parcourir !

Cet article vous a été proposé par : Marie-Hélène Rudel


Les Significations planétaires

par Richard Pellard. 620 pages. Format PDF. Illustrations en couleur.

La décision de ne traiter dans ce livre que des significations planétaires ne repose pas sur une sous-estimation du rôle des Signes du zodiaque et des Maisons. Le traditionnel trio Planètes-Zodiaque-Maisons est en effet l’expression d’une structure qui classe ces trois plans selon leur ordre de préséance et dans ce triptyque hiérarchisé, les Planètes occupent le premier rang. La première partie de ce livre rassemble donc, sous une forme abondamment illustrée de schémas pédagogiques et tableaux explicatifs, une édition originale revue, augmentée et actualisée des textes consacrés aux significations planétaires telles qu’elles ont été définies par l’astrologie conditionaliste et une présentation détaillée des méthodes de hiérarchisation planétaire et d’interprétation accompagnées de nombreux exemples concrets illustrés par des Thèmes de célébrités. La deuxième partie est consacrée, d’une part à une présentation critique des fondements traditionnels des significations planétaires, d’autre part à une présentation des rapports entre signaux et symboles, astrologie et psychologie. Enfin, la troisième partie présente brièvement les racines astrométriques des significations planétaires… et propose une voie de sortie de l’astrologie pour accéder à une plus vaste dimension noologique et spirituelle qui la prolonge et la contient. Vous pouvez dès maintenant le commander à la boutique.

L’astrologie, la nanification de Pluton & les astres transplutoniens

par Richard Pellard. 117 pages. Format PDF. Illustrations en couleur.

Pluton ne fait plus partie des planètes majeures de notre système solaire : telle est la décision prise par une infime minorité d’astronomes lors de l’Assemblée Générale de l’Union Astronomique Internationale qui s’est tenue à Prague en août 2006. Elle est reléguée au rang de « planète naine », au même titre que les nombreux astres découverts au-delà de son orbite. Ce livre récapitule et analyse en détail le pourquoi et le comment de cette incroyable et irrationnelle décision contestée par de très nombreux astronomes de premier plan. Quels sont les effets de cette « nanification » de Pluton sur son statut astrologique ? Faut-il remettre en question son influence et ses significations astro-psychologiques qui semblaient avérées depuis sa découverte en 1930 ? Les « plutoniens » ont-ils cessé d’exister depuis cette décision charlatanesque ? Ce livre pose également le problème des astres transplutoniens nouvellement découverts. Quel statut astrologique et quelles influences et significations précises leur accorder ? Enfin, cet ouvrage propose une vision unitaire du système solaire qui démontre, chiffres et arguments rationnels à l’appui, que Pluton en est toujours un élément essentiel, ce qui est loin d’être le cas pour les autres astres au-delà de son orbite. Après avoir lu ce livre, vous saurez quoi répondre à ceux qui pensent avoir trouvé, avec l’exclusion de Pluton du cortège planétaire traditionnel, un nouvel argument contre l’astrologie ! Vous pouvez dès maintenant le commander à la boutique.





Suivez nos actualités astronomiques, astrologiques, pédagogiques et humoristiques sur Facebook, Twitter et YouTube

Vous pouvez également nous soutenir en effectuant un don qui nous permettra de continuer à faire vivre ce site :

Merci pour votre contribution.


Tous droits réservés. © 2003–2017 Richard Pellard. Reproduction interdite.
Webmestre : Julien Rouger
AstroAriana — Site réalisé avec SPIP