AstroAriana Association pour la Recherche et l'Information
en Astrologie NAturelle
AstroAriana
Présentation Qui sommes nous ? Nous écrire Plan du site Annuaire de liens Astrosoft Calculez votre thème Thème du jour Boutique
Pour que ce site continue à exister sans publicité
Téléchargements de livres au format PDF Élections présidentielles 2017 : des candidats et des astres
Articles aléatoires  Le Lion mythologique  Lettre ouverte à Jean-Claude Pecker  Témoignage astro de Marie-Hélène Rudel  Témoignage astro de Béatrice Martignon  Les Thèmes de deux jumeaux monozygotes  Profil psychologique du Jupitérien  Un Scorpion nommé François Mitterrand  Bertrand Cantat, un Poissons bouquet de nerfs
Vous êtes ici : Accueil ►Astro-pratiqueExemples de consultations


Les Thèmes de deux jumeaux monozygotes

Rémy et Pascal sont des jumeaux nés à 4 minutes l’un de l’autre, ils ont le même patrimoine génétique mais ils sont psychologiquement très différents. Ils constituent un excellent exemple du fait que le même Thème natal peut se vivre à deux ou à plusieurs. Explications.

Astro-profils de Rémy et Pascal

Balance ascendant Gémeaux, 23/09/1983 à 21 h 20 et 21 h 24 TU à Paris

Le problème des jumeaux en astrologie

Rémy et Pascal sont nés à quatre minutes de différence, du même œuf et de la même maman (bien entendu…) : ils ont donc exactement le même patrimoine génétique et pratiquement le même ciel astrologique. Pourtant, ils sont sensiblement différents dans leurs comportements : si tous les deux ont en commun une affectivité à fleur de peau, vive, franche et directe, Pascal est plus inquiet et tourmenté tout en ayant davantage besoin de jouer un rôle, d’être reconnu, alors que Rémy est plus confiant, plus serein, moins sensible aux problèmes de doute et d’affirmation qui préoccupent son frère.

On croit que les jumeaux monozygotes (ceux qui sont nés du même œuf et qui, ayant le même sexe, sont une réplique biologique parfaite l’un de l’autre) se ressemblent psychologiquement. L’observation et l’expérience ont permis de remettre en question cette certitude : la plupart du temps, les jumeaux ont des caractères différents, et ces différences sont encore plus sensibles dans le cas des jumeaux dizygotes (nés de deux œufs différents, ces derniers n’ont pas la même formule génétique). On sait aussi que dans la majorité des cas, les jumeaux naissent à moins de vingt minutes d’intervalle. En vingt minutes, l’état du ciel change peu, et généralement pas d’une manière suffisamment significative pour être à l’origine des différences psychologiques entre jumeaux.

Le problème des jumeaux prendrait-il l’astrologie en défaut ? Pas du tout. Tout d’abord, naître au même moment et au même endroit implique qu’on a le même ciel de naissance. Comme le dit l’astrologue Jean-Pierre Nicola, « l’horoscope n’est pas le sujet ». On ne saurait identifier étroitement un individu à son thème astral, lequel n’est jamais que la représentation du système solaire tel qu’il est perçu depuis la Terre. Un thème astrologique n’est jamais qu’une structure vide, une proposition d’être qui peut être partagée par une, deux, trois ou plusieurs personnes (cas des quadruplés, sextuplés, etc), qui se répartiront alors entre eux les différents « pôles psychologiques » que représentent les planètes fortes, moyennes ou faibles. De plus, l’influence astrologique n’est qu’une influence parmi d’autres, même si elle est sans doute la plus déterminante pour évaluer le mode de fonctionnement d’un individu. Il faut aussi, pour comprendre sa personnalité, prendre en compte le type d’éducation qu’il a reçu, son milieu social, etc.

Dans le cas des jumeaux monozygotes ce problème ne se pose pas : leurs parents les éduqueront exactement de la même manière. Exactement ? Pas tout-à-fait : certains parents valorisent la ressemblance de leurs jumeaux (mêmes vêtements, même coupe de cheveux, mêmes orientations scolaires, etc.) alors que d’autres insistent sur la nécessité de les éduquer de telle manière qu’ils puissent se différencier. Cette tendance est d’ailleurs aujourd’hui dominante.

Le cas de Rémy et Pascal

Ceci dit, comment se fait-il que Rémy et Pascal, pourtant nés sous le même ciel (quatre minutes de différence ne comptent pas du strict point de vue de la technique astrologique) et du même œuf, aient des comportements si manifestement différents ? Observons leur ciel de naissance : on peut le diviser en deux grands systèmes planétaires. D’une part, le groupe des planètes dominantes qui valorise Neptune, Jupiter et Uranus qui se couchent, Mars et Vénus qui sont au plus bas de leur course quotidienne, ainsi que la Lune, planète la plus haute et qui forme de surcroît des trigones (aspects harmonieux) avec Vénus, Mars et Neptune : c’est la partie aisée, fluide de ce ciel.

D’autre part, l’ensemble des planètes qui se trouvent en dehors des axes AS-DS et MC-FC (Soleil, Mercure, Saturne, Pluton). C’est la partie difficile, conflictuelle de ce ciel, représentée par les traits discontinus : aspect d’opposition entre Saturne-Pluton et la Lune, aspect de carré entre Soleil et Neptune.

Faisons comme si ce thème n’appartenait qu’à un seul individu de la même famille. On dirait alors qu’il valorise avant tout les bons rapports entre les familles « existence intensive » (Vénus-Mars-Neptune), « représentation intensive » (Jupiter-Uranus) et « pouvoir intensif ». On ferait alors l’astro-profil d’un être à l’affectivité à fleur de peau, émotif, sensible, réagissant la plupart du temps avec son cœur et ses tripes, réceptif, actif, tendre, énergique et convivial, tout en étant extrêmement volontaire, déterminé, soucieux d’imposer son rang et son rôle. On considérerait ensuite le conflit entre familles « pouvoir intensif » (Lune) et « transcendance intensive » (Saturne-Pluton), et on en déduirait que si l’équilibre affectif général de cet individu est plutôt aisé, il n’en est pas moins traversé par des doutes, des inquiétudes, des interrogations qui mettent parfois à mal sa sérénité naturelle.

Un astrologue avisé se pencherait également sur la famille « Représentation extensive » (Soleil-Mercure) en conflit avec la famille Neptune. Il en déduirait que l’individu à qui appartient ce thème se sent partagé entre le besoin de points de repères fixes et précis, de modèles stables et fiables (Soleil) et ses inspirations pas toujours très claires (Neptune), en préférant sans doute compter sur son feeling, ses intuitions (Neptune est dominant, le Soleil ne l’est pas).

Et pourtant, Rémy et Pascal sont différents. Très différents ? Non. Ils partagent la même affectivité à fleur de peau (« existence intensive » dominante), le même volontarisme (« représentation intensive » dominante et le même besoin de quiétude conviviale (Lune co-dominante). Ensuite, ils se différencient : Rémy privilégie le pôle indépendant, volontariste, soucieux d’affirmation personnelle (Jupiter-Uranus), alors qu’en contrepoint Pascal, tout en privilgiant la sensorialité, vit davantage les tendances plus inquiètes, plus anxieuses (conflit Lune-Saturne-Pluton, conflit Soleil-Neptune).

Rémy parvient généralement à vivre sans souci parce qu’il sait que son frère s’en fait pour deux, tandis que Pascal, plus vigilant, sait éviter à son frère les conséquences parfois fâcheuses de ses naïvetés impulsives et de ses tendances dominatrices.

Il est donc parfaitement possible à un astrologue disposant d’une seule carte du ciel pour deux jumeaux de décrire les grandes lignes de leurs profils psychologiques respectifs. Certains thèmes incitent les jumeaux à privilégier à l’extrême leur unité, leur ressemblance (c’est le plus souvent le cas lorsque les planètes dominantes ont entre elles des relations harmonieuses). D’autres thèmes les incitent davantage à faire état de leurs dissemblances (thèmes où les planètes dominantes ont entre elles des relations conflictuelles). Cela dans les cas où il n’y a pas de domination très nette d’un jumeau sur l’autre. Dans le cas où les jumeaux vivent un rapport dominant-dominé, le jumeau dominant adopte la plupart du temps un comportement conforme à ce que prédisent les planètes dominantes, tandis que le dominé illustre par ses attitudes le « pôle faible » du thème.

Pourquoi l’un a-t-il hérité d’un pôle du thème plutôt que l’autre ? Dans l’état actuel de ses connaissances et expérimentations, l’astrologie ne peut répondre avec certitude à cette question ; elle ne peut que constater que les comportements différenciés de deux jumeaux peuvent être déduits d’un seul ciel.

Être à soi-même son propre jumeau

Ces considérations sur les jumeaux amènent à porter un nouveau regard sur ce qu’on appelle le « profil » psychologique d’un individu. Si chacun de nous se définit par des traits de caractère spécifiques et reconnaissables, c’est qu’il laisse d’autres traits de caractère dans l’ombre de sa personnalité. Un extraverti est un introverti refoulé ou qui s’ignore. Les individus tirés à un seul exemplaire sont obligés de vivre la totalité de leur ciel : c’est si complexe qu’ils préfèrent en général n’illustrer dans leurs comportements que les cractéristiques de leurs planètes et Signes du zodiaque dominants. Les jumeaux vivent la totalité de leur ciel à deux en se répartissant les rôles : peut-être ainsi nous donnent-ils une précieuse leçon ? Et si nous étions à nous-mêmes notre propre jumeau, si nous osions vivre absolument toutes les facettes de nos personnalités au lieu de n’en privilégier et répéter que quelques-unes, par commodité ou par habitude ? Mais c’est une autre histoire…

Cet article vous a été proposé par : Richard Pellard





Pour que ce site continue à exister sans publicité :


Tous droits réservés. © 2003–2017 Richard Pellard reproduction interdite.
Webmestre : Julien Rouger
AstroAriana — Site réalisé avec SPIP | Espace privé