AstroAriana Association pour la Recherche et l'Information
en Astrologie NAturelle
AstroAriana
Présentation Qui sommes nous ? Nous écrire Plan du site Annuaire de liens Astrosoft Calculez votre thème Thème du jour Boutique
Pour que ce site continue à exister sans publicité
Téléchargements de livres au format PDF Élections présidentielles 2017 : des candidats et des astres
Articles aléatoires  En quatrième vitesse  2.1. Le r.e.t. dans le R.E.T.  Témoignage astro de Béatrice Martignon  Anthologie astrologique 1980–1986  Uranus astronomique  Fondements et méthodologie de l’interprétation de Mars en conditionalisme  Vivre en harmonie avec le ciel : le bonheur d’être soi existe-t-il ?  Profil psychologique du Solaire
Vous êtes ici : Accueil ►Astro-pratiqueLes astro-entretiens de Françoise HardyMédias


Bernard Tapie, Verseau flamboyant

Années-fric, années-paillettes, les années 80 paraissent déjà bien loin. Bernard Tapie en fut l’incarnation flamboyante. Elles virent l’ascension vertigineuse de ce self-made man haut en couleurs, tour à tour ou en même temps chanteur de variétés, milliardaire pirate des affaires, animateur télé, ludion médiatique, champion de la traversée de l’Atlantique en bateau, footeux halluciné, politicien démagogue, ministre météorique, acteur lelouchien. Avec trois Planètes dans ce Signe, « Nanard » a incarné toutes les facettes du Verseau : espoirs mirobolants et poudre aux yeux, enthousiasme recréateur et manque de bases solides, optimisme stimulant et naïve imprévoyance.



Micro-portrait théorique de Bernard Tapie

Ce micro-portrait ne fait qu’esquisser une interprétation très simplifiée des configurations zodiaco-planétaires dominantes et de la planète la plus faible de ce Thème natal. Excluant par exemple l’interprétation des Aspects, cette étude succincte ne saurait remplacer une véritable analyse approfondie, mais elle en ouvre quelques-unes des pistes principales.

La configuration dominante du Thème natal de Bernard Tapie est une conjonction Lune-Neptune en Balance au carré de Mars en Sagittaire et double trigone de Saturne-Uranus en Gémeaux et de Soleil-Mercure en Verseau. Jupiter en Cancer est la planète la plus faible.

Ses réponses aux questions devraient donc refléter les pôles hyper-dominants de sa personnalité :

Verseau affectif-sensoriel

- Vos qualités : émotif, affectif et réactif, vous vivez avant tout au niveau de ce que vous ressentez, de ce que vous vivez intensément, de ce qui vous touche et vous ébranle ici et maintenant. Dès que vous aimez et que vous vous sentez aimé, vous êtes comme illuminé de l’intérieur, transfiguré et galvanisé pour prendre les choses et les êtres à bras-le-corps en ne vous laissant guider que par vos sentiments généreux, altruistes et optimistes, passionnés et en constant renouvellement. Vous vivez sentiments et sensations dans un corps-à-corps et cœur-à-cœur toujours rafraîchissant, donnez tout sans compter à ceux qui sont chers à votre cœur. L’amour est pour vous une inépuisable fontaine de jouvence qui fait fi de toutes les conventions.

- Vos défauts : vous êtes trop souvent l’otage de vos emballements naïfs, de vos coups de cœur sans lendemain, de votre frénésie jouisseuse et des espoirs inconsidérés et démesurés dont vous investissez sans réfléchir ce et ceux qui vous aiment. Dans ces moments-là, votre existence chaotique, votre vécu fébrile et inconséquent se dérouillent au rythme frénétique de vos humeurs en dents de scie, de vos réactions aussi brusques qu’irrationnelles, de vos désirs saugrenus. Difficile dans ces conditions d’enraciner vos sentiments dans la durée, de ne pas gaspiller inutilement vos réserves d’affection : vous ne pouvez et ne voulez pas résister à l’attrait de l’expérience nouvelle et inédite.

Verseau actif-pragmatique

- Vos qualités : vous percevez d’emblée ce que les situations concrètes auxquelles vous aimez à vous confronter directement ont de prometteur. Réaliste, énergique et pragmatique, l’action organisée est pour vous un viatique qui permet de secouer toutes les scléroses, de refuser toutes les fatalités. Là où d’autres perçoivent des situations figées et sans espoir, vous ne voyez que des opportunités stimulantes de construire du neuf et du solide : aucun obstacle ne vous paraît insurmontable, et aucun échec, aucune difficulté ne vous rebute. votre volontarisme actif, combatif et vivifiant vous incite à lancer des initiatives hardies et audacieuses et pourtant frappées au coin d’un bon sens mêlé de réflexions novatrices.

- Vos défauts : trop souvent saisi par une véritable frénésie d’action et de réalisation, vous avez tendance à vous surmener, au risque de gaspiller trop rapidement vos réserves d’énergie. Votre haine de la routine vous incite à vous désintéresser vite de ce que vous avez commencé à entreprendre pour vous jeter à nouveau dans d’autres combats, d’autres conquêtes qui vous galvanisent davantage, quitte souvent à ce que vous ayez du mal à tirer profit des fruits de votre réalisme. Brouillon et désordonné, sujet à des réactions brusques et intempestives en dépit de votre bon sens, vous minimisez dangereusement les obstacles placés sur votre chemin et accordez une foi trop aveugle à votre pouvoir d’agir concrètement sur les choses.

Inversement, les réponses de Bernard Tapie aux questions devraient montrer qu’il ne correspond pas du tout au portrait suivant :

Vous êtes avant tout un pragmatique organisé. Dynamique, jovial, bon vivant, entreprenant, vous prenez tout à fait au sérieux les réalités de l’existence dont vous n’entendez perdre aucune opportunité. Vous avez du savoir-faire, du bon sens, une logique pratique qui vous permet de prendre les problèmes concrets à bras-le-corps et de les orienter au mieux de vos intérêts. Empirique et raisonnable, soucieux de prospérité économique, vous savez tirer de vos expériences des leçons simples, utiles et rentables. Vous savez mettre de l’ordre dans votre ressenti des choses, discipliner votre vécu, hiérarchiser vos envies et besoins, réguler votre activité en fonction de normes précises. Confiant, sûr de vous, vous vous sentez à l’aise dans le monde des réalités matérielles dont vous faites le tremplin de vos ambitions. Expansif, enjoué, plutôt optimiste, vous vous donnez les moyens de pouvoir jouir sainement et en abondance des bonnes choses de la vie sans jamais perdre de vue vos intérêts pratiques. Chacun de vos actes est utile, productif, organisé, orienté vers une finalité précise.

Vous savez ce que vous voulez, et vous vous donnez les moyens qu’il faut pour l’obtenir. Ambitieux, plein d’autorité, impérieux, soucieux de votre impact social, vous entendez pleinement jouer le rôle qui est le vôtre dans la société à laquelle vous appartenez. Vous êtes toujours prêt à prendre l’initiative pour échanger, négocier, coopérer avec autrui, vous rendre utile pour vous mettre en valeur. Vous avez des talents de pédagogue, d’avocat, de diplomate, de meneur d’hommes et possédez au plus haut point l’art du langage : vous savez avec aisance et clarté communiquer vos volontés, expliquer vos intentions, convaincre vos interlocuteurs du bien-fondé de votre vision du monde. Vos jugements sont impérieux, frappés au coin du bon sens. Travailleur, gestionnaire, volontaire, doué du sens de l’organisation, vous vous imposez comme homme d’expérience et êtes doué pour mettre du classement, de la logique et de l’ordre dans tout ce que vous faites. Vous voulez être reconnu pour vos compétences concrètes, pour votre aptitude à vous plier à la règle du jeu social, à vous rendre utile si ce n’est indispensable.

Françoise Hardy : Votre ciel est si conforme à ce que l’on sait de vous, à la légende qui est déjà la votre, que vous poser les questions qu’il suggère, revient à enfoncer des portes ouvertes. Par exemple, le Verseau, votre signe dominant, a une fonction de « re-création » qui consiste, je cite : « …à réagir contre le désintérêt, le désabusement, le renoncement, l’oubli, la sclérose… à reprendre en considération, sous un nouvel angle, les signaux extérieurs, bref : à trouver de nouvelles raisons, de nouvelles façons de s’adapter, d’agir, de comprendre, de vivre ensemble… » Vu de l’extérieur, c’est en assumant cette fonction Verseau de recréation, que vous vous êtes fait connaître. Quand et de quelle façon avez-vous pris conscience de votre faculté de voir la valeur cachée ou en germe de ce qui n’a pas ou plus d’intérêt pour les autres ?

Bernard Tapie : Je ne me suis pas réveillé un beau matin en me disant que j’allais refaire le monde… II y a des moments où l’on a le sentiment de ne pas être dans son élément et où l’on finit par ne plus supporter de se débattre dans une structure inadaptée. L’important, le vital même, est de trouver un ou des champs d’activité où l’on se sente bien. Par exemple, j’ai vite senti que la chanson, l’un des premiers domaines où j’ai fait une incursion, n’était pas mon élément et que je n’avais pas, par conséquent, le pouvoir d’agir sur le show-business pour en modifier, éventuellement, le cours. En revanche, la crédibilité que j’ai ensuite acquise sur le plan des affaires, en réussissant comme conseil pendant huit ans dans des structures déjà existantes, me donnait le droit d’en contester le fondement. J’ai vite pensé que le management français commettait deux grosses erreurs dans la gestion de l’entreprise : la première, en se laissant porter par le taux de croissance, la seconde en ayant des relations sociales inexistantes au sein de l’entreprise. Je disais qu’étant donné notre manque d’imagination et de créativité, nous aurions de gros problèmes le jour où le taux de croissance baisserait. En même temps, je mettais l’accent sur le fait qu’à quelque niveau qu’ils soient, les employés de l’entreprise ne se réduisent pas à des tubes digestifs, qu’ils ont aussi un ego à satisfaire. Je me rendais compte que plus on descend dans l’échelle hiérarchique, moins les gens ont la possibilité d’y parvenir. Il est facile d’avoir une identité lorsqu’on est en haut de l’échelle, parce qu’on est positionné dans une structure établie qui comporte des points de repère — ce sont les points de repère individuels. Au bas de l’échelle, au contraire, le positionnement individuel n’existe pas car les repères manquent, et les gens qui s’y trouvent, n’ayant pas une image d’eux-mêmes suffisamment personnalisée ou valorisante, n’ont pas la capacité de se projeter dans leur environnement en général et leur activité professionnelle en particulier. C’était la ma façon de voir les choses autrement. (simulant l’inquiétude) Ai-je bien répondu ?

Vous avez un bon point et nous allons continuer à enfoncer les portes ouvertes. L’axe Gémeaux-Sagittaire est très valorisé dans votre ciel, puisque vous avez l’Ascendant et Mars en Sagittaire, ainsi que deux autres de vos planètes fortes, Uranus et Saturne, en Gémeaux. Au positif, cet axe incite à étendre toujours plus loin et dans le plus grand nombre de directions possibles son champ d’action, ainsi qu’à avoir — ce qui va avec — le goût et le sens des vastes synthèses. Là aussi on sait, tout au moins on se doute, que cela fait partie de vos ambitions et de vos atouts. Parlons donc plutôt de l’aspect négatif de cet axe qui incite à la dispersion et au bric-à-brac. Finalement, deux des dangers majeurs qu’indique votre ciel sont : par l’axe Gémeaux-Sagittaire, l’excès de généralisation, la confusion des extrêmes, l’auto-contradiction, la dispersion, le désordre, et, par l’axe Verseau-Lion, la survalorisation de sa force et des éléments positifs des situations, autrement dit : la minimisation de ses talons d’Achille et des risques, l’excès d’optimisme donc. Avec le recul, pouvez-vous dire si vos échecs éventuels sont imputables à des tendances de ce genre ?

Pas du tout. Mais je ne conteste pas cette analyse que je ressens bien, au contraire. Si ce n’est que je n’ai jamais la certitude d’avoir raison et, qu’ayant conscience du fait que personne n’est bon en tout, n’est universel, ainsi que des inconvénients que risque d’entraîner un certain excès d’optimisme, je mets dans mon état-major des gens qui sont à l’opposé de moi. De cette façon j’évite l’optimisation des facteurs positifs et la mise à l’écart des éléments négatifs.

Votre Soleil en Verseau est aspect consonant à Uranus et Saturne, ce qui, au positif, donne des qualités d’ambition, de volonté, de ténacité, d’autorité, de sérieux. Mais il est aussi conjoint à Mercure et opposé à Pluton, ce qui pourrait nuire aux qualités évoquées et à votre crédibilité, en induisant chez vous de brusques accès de désintérêt ou d’impulsion à faire basculer les situations dans un tout autre sens que celui décidé au départ, le tout se traduisant par des pirouettes, des absences, une insaisissabilité déconcertantes… Comme si une partie de vous avait du mal à s’impliquer et s’ingéniait à tourner l’autre partie, celle qui s’implique, en dérision…

Je suis content d’être ainsi, car cela signifie que je suis capable de faire des remises en question et d’avoir envie d’autre chose. Dans l’idéal, le chef d’entreprise de demain doit être un mutant capable de faire des virages à 180° en très peu de temps, des qu’il réalise qu’il ne va pas dans la bonne direction. Il n’y a rien de pire que ces gens figés, immobiles, qui restent assis sur une recette qui a fonctionné à un moment donné, sans se rendre compte qu’elle a fait son temps et qu’elle les mène désormais droit à l’échec. Il faut être mobile et à même de changer d’orientation dans des délais très courts. Mais je conteste la difficulté à s’impliquer. Ce qui est vrai, c’est que je n’ai jamais eu les mêmes passions longtemps et que j’ai toujours réussi à me dégager de ce qui ne me passionnait plus. l’ai comme souci essentiel, non pas de réussir dans la vie, mais de réussir ma vie. Ce qui veut dire que je fais les choses que j’aime au fur et à mesure qu’elles se présentent.

Êtes-vous joueur ?

On ne peut pas être joueur et réussir en affaires. C’est complètement incompatible. Ou alors je serais un joueur refoulé. Car je vais très loin dans mon désir de ne pas être joueur : sur le plan professionnel comme sur le plan privé, je refuse complètement les situations qui comportent trop de risques ou d’incertitudes — ce qui est le cas du jeu. Ça signifie peut-être que je suis joueur et que je m’en défends.

Les angularités de Mars, Saturne et Uranus, indiquent tout un pôle réaliste, combatif, mais aussi tendu, sec, dur, de votre personnalité, qui contraste singulièrement avec une conjonction Lune-Neptune culminante, révélatrice d’un pôle inverse, impressionnable, influençable, dépendant, voire subjectif et naïf. L’homme d’affaires redoutable coexiste-t-il avec une midinette fragile ?

Je suis capable d’aller au bout de mes convictions, même si elles sont contraires à une partie de mon affectivité. Mais je suis également capable de chialer devant un film ou de demander un autographe à Françoise Hardy. Si c’est être une midinette que pleurer, éprouver des émotions comme la moyenne des gens, alors là je le suis tout à fait. Mais je ne ferai jamais passer ce côté de ma personnalité avant le reste. Si j’ai des licenciements à faire, j’en serai malheureux pendant quinze jours, mais je ferai quand même ce que la réalité me dicte, car l’intérêt collectif passe avant mes états d’âme.

Une autre façon de différencier ces deux pôles est de parler de la coexistence chez vous de tendances à la précision et à l’imprécision. Êtes-vous aussi précis sur le plan professionnel que flou sur le plan privé, ou êtes-vous un perpétuel et paradoxal mélange de précision et de flou ?

Je suis hyper-chiant à vivre car j’exerce une pression éprouvante sur mon entourage — famille et amis — dans la mesure où je ne supporte pas l’improvisation, l’amateurisme, l’à-peu-près, y compris pour les choses sans importance. Je suis d’une exigence difficilement supportable avec les autres comme avec moi-même.

Vous avez lu Janov, et vous savez donc à quel point nous gardons l’empreinte de nos premiers conditionnements terrestres. La valorisation de Lune-Neptune dans votre ciel m’incite a vous demander quel type de relation vous avez eu avec votre mère et en quoi, éventuellement, ce type de relation a accentue la difficulté de base qu’indique votre ciel à concilier en vous le pôle martien de dynamisme, de combativité, de réalisme, d’agressivité, avec le pôle neptuno-lunaire de passivité, de douceur, de dépendance, en bref, à concilier le masculin et le féminin en vous ?

II faut considérer l’ensemble des relations entre mon père et ma mère, ma mère et moi, mon père et moi. L’aspect positif de ma personnalité à été cristallise par la relation de complicité totale, d’affection sans mesure, entre ma mère et moi. De plus, ma mère m’a nourri au sein pendant vingt-cinq mois, ce qui, comme vous savez, est d’un apport irremplaçable pour l’équilibre et l’épanouissement. Mais mon père, ouvrier et prolétaire, axé, de ce fait, sur le travail et exprimant difficilement ses sentiments, était un homme dur, tant avec les autres qu’avec lui-même. Pas une seule fois je ne l’ai entendu me dire : « c’est bien ». J’avais le sentiment profond de ne pas réussir à le convaincre. Je n’arrivais donc pas à faire l’unanimité et les difficultés de communication ont provoqué chez moi une sorte de course au compliment. Je multipliais les tentatives de performances en étant brillant en sport, en faisant de la musique classique, en bossant à l’école et même pendant les vacances. Mais, paradoxalement, plus j’avançais, moins mon père se reconnaissait en moi, plus il avait de doutes quant à sa paternité, non pas sur le plan génétique, mais psychologique. À un certain moment, il y a eu comme une rupture : on n’était pratiquement plus ni le père ni le fils, tout en continuant à vivre sous le même toit. En contraste avec l’affection débordante de ma mère, le conflit avec mon père était très difficile, mais il m’a armé, dans la mesure où c’était un conflit d’adulte alors que je n’étais qu’un enfant.

Restons sur cette dissonance Mars contre Lune-Neptune

Qui est mon copain là-dedans, j’aimerais bien le savoir ! .

Une façon de le savoir est de vous demander dans quelles situations vous êtes le plus à l’aise : celles qui requièrent agressivité, mordant, rapports de force, ou celles qui requièrent confiance, douceur, tendresse, abandon ?

Je dirai que mes surrénales ne fonctionnent bien que dans des situations conflictuelles, ce qui est une conséquence de ma jeunesse qui a eu, entre autres effets, de m’hypertrophier les surrénales qui ont un volume double de la normale. J’ai donc une suractivité surrénalienne — avec en contrecoup des coups de pompe dramatiques qui me laissent K.-O. une ou deux fois par trimestre. Les doses excessives d’adrénaline qui en résultent, sont véritablement comparables à une drogue aussi toxique que la cocaïne. Or, je suis dans un tel état d’accoutumance, de dépendance, vis-à-vis de cette drogue que je me fabrique moi-même, que dès que je ne suis plus dans des situations anxiogènes, passionnelles ou émotionnelles, intenses, je me retrouve en quelque sorte en manque, ce qui m’amène à provoquer parfois des situations de ce type. Ce n’est pas un hasard si, après avoir été conseil, je me suis oriente vers les affaires en faillite : je trouvais là, manifestement, le genre de situation dont j’ai quasi névrotiquement besoin.

Une question tout à fait indiscrète à présent : une Lune culminante en Vierge, à la conjonction de Neptune et au carré d’un Mars tout-puissant, prédispose à avoir une image trop idéalisée de la femme, une image de pureté, de rêve, de poésie, qui intègre mal sa part d’animalité. Cette dissociation ange-bête, cœur-sexe, vous concerne-t-elle ?

Non, pas du tout…

Je suis ravie pour votre épouse…

Les femmes sont une race dominatrice. l’ai depuis longtemps confiance en leur intelligence et leur efficacité, mais il y a belle lurette aussi que je n’y crois pas du tout en tant que partenaires complémentaires de l’homme. Je crois que la relation homme-femme est systématiquement basée sur des rapports de force et que, quand c’est la femme qui est en situation de faiblesse, l’homme, par prétention peut-être, se comporte généralement avec gentillesse, alors que quand c’est l’homme qui est dans la même situation, la femme lui fait beaucoup moins de cadeaux.

Je ne sais pas si vous avez répondu à ma question qui consistait à vous demander si vous divisez les femmes en deux catégories : la femme idéalisée qu’on aime et qu’on ne touche pas d’une part, et les femmes d’autant plus excitantes qu’on ne les idéalise ni ne les aime d’autre part.

En termes crus : je ne pourrais pas me satisfaire d’une femme qui ne soit pas un petit peu salope quelque part, si c’est ça que vous voulez me faire dire.

D’une façon plus générale, le carré de Mars à Lune-Neptune revient à avoir du mal à ajuster ses rêves à la réalité. Cela vaut-il pour vous ?

Non. À partir du moment où vous êtes animé du souci de réussir votre vie, celle-ci n’est rien d’autre que la transposition de vos rêves et de vos fantasmes. Le décalage rêve-réalité est évidemment sensible au moment où l’on projette un avenir différent du présent. J’ai la chance de réaliser les rêves que j’avais projetés dans l’avenir. Soit parce que mes rêves n’étaient pas exagérément ambitieux, soit parce que je suis particulièrement performant dans la réalité. En fait, je crois que je n’ai jamais fait de rêve insensé.

Une conjonction Lune-Neptune en heure de puissance rend particulièrement réceptif à l’irrationnel. Quel irrationnel vous attire plus spécialement ?

L’irrationnel, c’est ce qui n’est pas quantifiable. L’irrationnel peut, par exemple, consister à me débarrasser de ce qui relève de la comptabilité et faire de la musique avec des amis, ce à quoi je consacre pas mal de temps.

Je sais que vous avez lu Groddeck qui va assez loin dans une autre forme d’irrationnel que la musique. Comment vous êtes-vous intéressé à cet auteur ?

Tout simplement parce que, quand vous voulez établir des relations sociales, il est nécessaire de toucher chez les gens à qui vous avez affaire, un certain nombre de fibres, que seule la psychologie, à mon avis, permet de déceler. La psychologie permet aussi de se débarrasser de la cuirasse qui nous enferme, nous comprime et nous empêche d’être nous-mêmes. Personnellement, elle m’a aidé à prendre conscience de certains problèmes et des tensions qui en découlent, ainsi que d’en tirer parti dans mes relations avec les autres. Elle m’a également fait concevoir et admettre que la vérité sur soi, qui blesse obligatoirement, est finalement constructive.

Vos planètes faibles sont Venus et Jupiter, ce qui peut révéler une sociabilité qui laisse à désirer — en plus ou en moins —, une difficulté par exemple à se rendre et à tenir compte de ce qui est agréable ou désagréable aux autres. Est-ce un de vos travers ?

Complètement. C’est mon défaut majeur !

Entretien réalisé en mars 1985

Cet article vous a été proposé par : Françoise Hardy


Le petit livre du Verseau

par Richard Pellard. 49 pages. Illustrations en couleurs

Ce livre présente et explique les trois zodiaques : celui du décor des constellations, celui de l’astrologie traditionnelle basé sur les Quatre Éléments symboliques (Feu, Terre, Air & Eau) et celui de l’astrologie naturelle basé sur les phénomènes astronomiques objectifs.

Interprétation du Verseau selon la symbolique classique et selon ses réflexes dans le zodiaque naturel (force, vitesse, équilibre) ; interprétation du Verseau en fonction des planètes dominantes ; le Signe solaire & le Signe Ascendant. Vous pouvez dès maintenant le commander à la boutique.





Pour que ce site continue à exister sans publicité :


Tous droits réservés. © 2003–2017 Richard Pellard reproduction interdite.
Webmestre : Julien Rouger
AstroAriana — Site réalisé avec SPIP | Espace privé