AstroAriana Association pour la Recherche et l'Information
en Astrologie NAturelle
AstroAriana
Présentation Qui sommes nous ? Nous écrire Plan du site Annuaire de liens Astrosoft Calculez votre thème Thème du jour Boutique
Téléchargez nos livres au format PDF Les significations planétaires
Pour que ce site continue à exister sans publicité
Articles aléatoires  2.3. D’oscillations en translations  Analyse de Thèmes d’une famille : les parents  Cécilia Sarkozy, Scorpionne dangereusement absente  Sandrine Kiberlain, Poissons-girafe mais pas godiche  Saturne-Neptune  Le Scorpion mythologique  Les Aspects kepleriens  Astrologie et profession : des métiers et des astres
Vous êtes ici : Accueil ►Astro-documentsAstro-physiqueAstronomie des planètes


Cérès astronomique

Selon Wikipedia, « Les observations suggèrent que Cérès est issue d’une protoplanète, un embryon planétaire qui s’est formé il y a 4,57 milliards d’années dans la ceinture d’astéroïdes. Tandis que la majorité des protoplanètes furent éjectées du Système solaire par Jupiter ou rentrèrent en collision entre elles en formant les planètes telluriques, Cérès a survécu relativement intact. Dans la ceinture d’astéroïdes, Pallas et Vesta pourraient également être d’anciennes protoplanètes mais ne possèdent pas une forme sphérique — dans le cas de Vesta, cette difformité pourrait être principalement due à un impact majeur après son accrétion.

Cérès, dont l’Union Astronomique Internationale a décidé qu’elle était une « planète naine » au même titre que Pluton, est le principal représentant de la ceinture d’astéroïdes qui gravite entre Mars et Jupiter.

Dans la mythologie gréco-romaine, Cérès-Déméter est la déesse de l’agriculture, des moissons et de la fécondité. Dans un torride élan sexuel incestueux, elle et son frère firent naître Proserpine-Perséphone. Neptune fut aussi parmi d’autres son amant

Peu après sa formation, Cérès s’est différencié entre un noyau rocheux et un manteau de glace, en raison de l’échauffement provoqué par l’accrétion et peut-être par la désintégration de radioisotopes disparus depuis lors, comme 26Al10. Ce processus provoqua un volcanisme d’eau et une tectonique, qui firent disparaître de nombreuses caractéristiques géologiques. Cependant, Cérès se refroidit par la suite en raison de l’épuisement rapide des sources de chaleur. La glace de la surface s’est graduellement sublimée, laissant derrière elle divers minéraux hydratés : argile et carbonates. Cérès est désormais un corps géologiquement mort dont la surface n’est plus sculptée que par des impacts.

L’existence de quantités significatives de glace d’eau dans Cérès a soulevé la possibilité d’une couche d’eau liquide (éventuellement déjà solidifiée). Cette couche hypothétique, parfois appelée un océan, est — ou était — probablement située entre le noyau et le manteau de glace comme sur Europe. L’existence d’un océan est plus probable si de l’ammoniac ou d’autres substances dissoutes (comme des sels) agissant comme antigel, sont présentes dans l’eau. L’existence possible d’eau liquide dans Cérès en fait une cible potentielle des recherches de vie extraterrestre.

La plupart des astrologues ne tiennent pas compte de Cérès dans leurs interprétations. Dans un but de vérification expérimentale, l’étude des effets éventuels d’un « stade astéroïdal » dans la Théorie des âges planétaires semble s’imposer. Ce « stade astéroïdal » se situerait entre le stade marsien (jusqu’à 2 ans) et le stade jupitérien (jusqu’à 12 ans). Quelle durée lui attribuer ? La période de révolution sidérale moyenne des astéroïdes est d’environ 5 ans. Va pour un « stade astéroïdal » de 2 à 5 ans. Les effets jupitériens dès deux ans étant indubitables (apparition de la fonction symbolique, apprentissage du langage officiel, socialisation intensive), l’effet astéroïdal se superposerait sous forme de brouillage à celui de Jupiter plutôt que de s’y substituer. On remarque effectivement qu’entre 2 et 5 ans, les enfants se socialisent de manière brouillonne, communiquent de manière absurde. Serait-ce un « effet astéroïdal » parasitant l’effet jupitérien ? Pas impossible… Les recherches sont en cours. Elles excluent pour l’instant de faire de Cérès le représentant unique et exclusif de la ceinture d’astéroïdes, même si elle en constitue le tiers de la masse totale. SUITE

Cet article vous a été proposé par : Richard Pellard


Les significations planétaires par Richard Pellard

620 pages. Illustrations en couleur. Format PDF.

La décision de ne traiter dans ce livre que des significations planétaires ne repose pas sur une sous-estimation du rôle des Signes du zodiaque et des Maisons. Le traditionnel trio Planètes-Zodiaque-Maisons est en effet l’expression d’une structure qui classe ces trois plans selon leur ordre de préséance et dans ce triptyque hiérarchisé, les Planètes occupent le premier rang. La première partie de ce livre rassemble donc, sous une forme abondamment illustrée de schémas pédagogiques et tableaux explicatifs, une édition originale revue, augmentée et actualisée des textes consacrés aux significations planétaires telles qu’elles ont été définies par l’astrologie conditionaliste et une présentation détaillée des méthodes de hiérarchisation planétaire et d’interprétation accompagnées de nombreux exemples concrets illustrés par des Thèmes de célébrités. La deuxième partie est consacrée, d’une part à une présentation critique des fondements traditionnels des significations planétaires, d’autre part à une présentation des rapports entre signaux et symboles, astrologie et psychologie. Enfin, la troisième partie présente brièvement les racines astrométriques des significations planétaires… et propose une voie de sortie de l’astrologie pour accéder à une plus vaste dimension noologique et spirituelle qui la prolonge et la contient.

Téléchargez-le dès maintenant dans notre boutique


Pluton planète naine : une erreur géante par Richard Pellard

117 pages. Illustrations en couleur. Format PDF.

Pluton ne fait plus partie des planètes majeures de notre système solaire : telle est la décision prise par une infime minorité d’astronomes lors de l’Assemblée Générale de l’Union Astronomique Internationale qui s’est tenue à Prague en août 2006. Elle est reléguée au rang de “planète naine”, au même titre que les nombreux astres découverts au-delà de son orbite. Ce livre récapitule et analyse en détail le pourquoi et le comment de cette incroyable et irrationnelle décision contestée par de très nombreux astronomes de premier plan. Quelles sont les effets de cette “nanification” de Pluton sur son statut astrologique ? Faut-il remettre en question son influence et ses significations astro-psychologiques qui semblaient avérées depuis sa découverte en 1930 ? Les “plutoniens” ont-ils cessé d’exister depuis cette décision charlatanesque ? Ce livre pose également le problème des astres transplutoniens nouvellement découverts. Quel statut astrologique et quelles influences et significations précises leur accorder ? Enfin, cet ouvrage propose une vision unitaire du système solaire qui démontre, chiffes et arguments rationnels à l’appui, que Pluton en est toujours un élément essentiel, ce qui est loin d’être le cas pour les autres astres au-delà de son orbite. Après avoir lu ce livre, vous saurez quoi répondre à ceux qui pensent avoir trouvé, avec l’exclusion de Pluton du cortège planétaire traditionnel, un nouvel argument contre l’astrologie !

Téléchargez-le dès maintenant dans notre boutique






Suivez nos actualités astronomiques, astrologiques, pédagogiques et humoristiques sur Facebook, Twitter et YouTube

Vous pouvez également nous soutenir en effectuant un don qui nous permettra de continuer à faire vivre ce site :

Merci pour votre contribution.


Tous droits réservés. © 2003–2018 Richard Pellard. Reproduction interdite.
Webmestre : Julien Rouger
AstroAriana — Site réalisé avec SPIP