AstroAriana Association pour la Recherche et l'Information
en Astrologie NAturelle
AstroAriana
Présentation Qui sommes nous ? Nous écrire Plan du site Annuaire de liens Astrosoft Calculez votre thème Thème du jour Boutique
Téléchargez nos livres au format PDF Les significations planétaires
Pour que ce site continue à exister sans publicité
Articles aléatoires  Saturne, Franquin et Lagaffe : Gaston n’était pas à l’heure…  Balance-Poissons : similarités et différences  Soleil-Uranus  Stade jupitérien (2 à 12 ans) : l’âge de la socialisation  Le référentiel Relation du S.O.R.I.  Un langage pour la féérie  Introduction à l’astrologie babylonienne  Astrologie Naturelle (1997–1999)
Vous êtes ici : Accueil ►Astro-documentsAstro-physique


Astronomie des planètes

La Terre astronomique par Richard Pellard

La Terre possède un seul satellite, la Lune, orbitant à environ 300 000 km. De plus l’astéroïde 3753 a une relation avec la Terre, mais néanmoins ce n’est pas un satellite mais plutôt un compagnon. L’interaction entre la Terre et la Lune ralentit la rotation de la Terre de 2 millisecondes par siècle. La Terre possède un champ magnétique modeste produit par des courants électriques dans son cœur. Le pôle magnétique terrestre se déplace à la surface du globe ; le pôle magnétique nord est actuellement (...) Lire la suite...

La Lune astronomique par Richard Pellard

Pendant qu’elle effectue une révolution entière autour de la Terre, la Lune effectue exactement une rotation sur elle-même : sa période de révolution sidérale est rigoureusement égale à sa période de rotation sidérale, ce qui explique pourquoi la Lune présente toujours la même face à la Terre, la partie invisible de la Lune depuis notre planète ayant été baptisée face cachée. La Lune est l’unique satellite naturel de la Terre. On appelle mois lunaire, ou lunaison, le temps que met la Lune pour se retrouver (...) Lire la suite...

Le Soleil astronomique par Richard Pellard

Le Soleil est une étoile ordinaire parmi les quelques centaines de milliards d’étoiles que compte notre galaxie, la Voie Lactée. Le Soleil est de loin le plus gros objet de notre système solaire. Il représente à lui seul 99,8 % de la masse totale du système solaire (Jupiter représente presque tout le reste). Le Soleil est actuellement constitué de 75 % d’hydrogène et 25 % d’hélium en masse et 92,1 % d’hydrogène et 7,8 % d’hélium en nombre d’atomes. Tous les autres éléments ne représentent pas plus de 0,1 (...) Lire la suite...

Mercure astronomique par Richard Pellard

L’orbite de Mercure est très excentrique : son périhélie ne se situe qu’à 46 million de km du Soleil alors que son aphélie est à 70 millions de km. Jusqu’en 1962 les astronomes pensaient que le « jour » (la période de rotation) de Mercure était le même que son « année » (la période de révolution). On pensait donc que Mercure présentait toujours la même face au Soleil comme la Lune le fait avec la Terre. Mais en 1965, des observations effectuées par radar doppler révélèrent que la période de rotation de Mercure (...) Lire la suite...

Vénus astronomique par Richard Pellard

Vénus étant l’objet le plus brillant dans le ciel après le Soleil et la Lune, elle est connue depuis que l’Homme existe. Tout comme Mercure, la plupart des gens pensaient qu’il s’agissait de deux corps séparés car elle n’était observable que lors du coucher ou du lever du Soleil. Cependant les astronomes grecs savaient déjà qu’il s’agissait du même astre. Vénus occupe la deuxième orbite autour du Soleil. Dans la mythologie, Vénus est la Déesse de l’amour et de la beauté. Elle doit probablement son nom au (...) Lire la suite...

Mars astronomique par Richard Pellard

L’orbite de Mars est considérablement elliptique. Il en résulte une variation de température d’environ 30° C dans les régions qui font face au Soleil. Dans l’ensemble, les sondes Viking montrèrent que les températures martiennes varient de −120° C à 25° C. Bien que Mars soit plus petite que la Terre, sa surface présente à peu près la même superficie que les zones émergées de la Terre. Mars occupe la quatrième orbite autour du Soleil. Mythologiquement, Mars est le Dieu de la guerre. La planète s’est (...) Lire la suite...

Cérès astronomique par Richard Pellard

Selon Wikipedia, « Les observations suggèrent que Cérès est issue d’une protoplanète, un embryon planétaire qui s’est formé il y a 4,57 milliards d’années dans la ceinture d’astéroïdes. Tandis que la majorité des protoplanètes furent éjectées du Système solaire par Jupiter ou rentrèrent en collision entre elles en formant les planètes telluriques, Cérès a survécu relativement intact. Dans la ceinture d’astéroïdes, Pallas et Vesta pourraient également être d’anciennes protoplanètes mais ne possèdent pas une forme (...) Lire la suite...

Jupiter astronomique par Richard Pellard

Les géantes gazeuses comme Jupiter ne possèdent pas de surface solide, leurs matières gazeuses deviennent juste de plus en plus dense lorsque l’on s’enfonce dans l’atmosphère (les rayons et diamètres de ces planètes sont donnés pour une altitude correspondant à une atmosphère). Quand nous regardons ces planètes en lumière visible, on ne peut voir que le sommet des plus hauts nuages dans l’atmosphère. Jupiter occupe la cinquième orbite autour du Soleil et est environ deux fois plus massive que toutes les (...) Lire la suite...

Saturne astronomique par Richard Pellard

Saturne est la moins dense des planètes, sa gravité spécifique (0,7) est inférieure à celle de l’eau. Tout comme Jupiter, Saturne est composée d’environ 75 % d’hydrogène et 25 % d’hélium ainsi que de quelques traces d’eau, de méthane, d’ammoniac et de « roches ». L’intérieur de Saturne est similaire à celui de Jupiter et consiste en un noyau rocheux. Il est chaud (12000° C dans le noyau) et Saturne irradie plus d’énergie dans l’espace qu’elle n’en reçoit du Soleil. Saturne occupe la sixième orbite autour du (...) Lire la suite...

Uranus astronomique par Richard Pellard

Uranus fut la première planète découverte au début de l’époque moderne. C’est William Herschel qui la découvrit par accident le 13 mars 1781 et il pensa tout d’abord avoir affaire à une comète. Uranus avait déjà été observée auparavant mais elle fut ignorée et cataloguée comme simple étoile (la première observation enregistrée d’Uranus date de 1690 lorsque John Flamsteed la catalogua comme l’étoile 34 Tauri). Après avoir correctement déterminé la nature de l’astre, Herschel l’appela la Planète Géorgienne en (...) Lire la suite...

Neptune astronomique par Richard Pellard

Neptune fut découverte grâce aux perturbations qu’elle exerce sur l’orbite d’Uranus. En effet, après la découverte d’Uranus, les scientifiques remarquèrent que son orbite ne se conformait pas aux lois de Newton. On pu ainsi prédire la présence d’une autre planète plus distante qui devait perturber l’orbite d’Uranus. Neptune fut donc observée en premier par Galle et D’Arrest en 1846 au point exact prédit indépendamment par Adams et Le Verrier à partir de calculs basés sur l’observation des positions (...) Lire la suite...

Pluton astronomique par Richard Pellard

Pluton effectue une révolution autour du Soleil en 248 ans. L’orbite de Pluton est très excentrique, et de ce fait Pluton est parfois plus proche du Soleil que Neptune. Pluton effectue sa rotation dans le sens opposé de la plupart des autres planètes. Pluton est en résonance 3/2 avec Neptune. En effet, la période orbitale de Pluton est exactement 1,5 fois plus longue que celle de Neptune. Ainsi, bien qu’il semble que l’orbite de Pluton croise celle de Neptune, elles n’entreront jamais en collision. (...) Lire la suite...

La ceinture d’astéroïdes entre Mars et Jupiter par Richard Pellard

Entre Mars et Jupiter gravite une « ceinture d’astéroïdes » composée d’une centaine de milliers de corps célestes dont les plus volumineux sont Cérès (le plus gros), Pallas, Vesta, et Junon ; leur masse totale est largement inférieure à celle de la Lune. Les astéroïdes ont pour la plupart des formes de « patatoïdes » Du côté des astrologues : la plupart des astrologues les ignorent quand ils font un Thème ; mais une minorité fait figurer les plus gros d’entre eux — et tout particulièrement Cérès — et leur (...) Lire la suite...

La déplanétisation de Pluton, une décision hystérique par Richard Pellard

L’Assemblée Générale de l’Union Astronomique Internationale (UAI) s’est réunie à Prague du 14 au 24 août 2006 pour s’accorder sur la définition du mot « planète ». Dès le 17, une rumeur, distillée par les astronomes eux-mêmes, s’est répandue, selon laquelle l’UAI se préparerait à faire passer le nombre des planètes du système solaire de 9 à 12. Mais le 24 août, coup de théâtre et de tonnerre : Pluton ayant été déchu de son statut antérieur, il n’y avait plus que 8 planètes officielles. Acte 1 : Pluton, Cérès, (...) Lire la suite...

Les astres transplutoniens par Richard Pellard

Au-delà de Pluton gravite une ceinture de « planétoïdes » dont on pense qu’ils sont majoritairement formés de poussière et de glace, matières résiduelles de la formation des planètes. C’est l’astronome Gerard Kuiper qui, au début des années 50, a eu l’intuition de leur existence, qui ne fut confirmée que pendant les années 90. Au-delà de Pluton gravite une ceinture de « planétoïdes » dont on pense qu’ils sont majoritairement formés de poussière et de glace, matières résiduelles de la formation des planètes. (...) Lire la suite...

Sedna : une dixième planète ? par Jean-Pierre Nicola

« En géométrie élémentaire, on se représente généralement l’espace comme l’ensemble d’une infinité de points. On est plus près de sa signification physique si on le regarde comme un réseau de distances. Mais cette représentation ne va pas assez loin en ce sens que les distances, comme nous l’avons vu, n’interviennent que par leurs rapports dans l’expérience physique. Pour qu’un espace puisse correspondre exactement à la réalité physique, il faut qu’on puisse le construire au moyen de rapports de distances » (...) Lire la suite...

Varuna et la bêtise astrologique par Richard Pellard

« Père, gardez-vous à droite ; père, gardez-vous à gauche », disait Philippe le Hardi à son père Jean Le Bon lors d’une furieuse bataille moyenâgeuse. Comme ce roi de France, l’astrologie doit elle aussi se garder des coups qu’elle reçoit d’un peu partout. Le dernier coup d’épée venait de gauche, en l’occurrence de l’astronome rationaliste André Brahic. Cette fois-ci, il vient de droite, c’est-à-dire de la revue Horoscope qui, dans son numéro d’août, consacrait un dossier à la découverte de « Varuna, la (...) Lire la suite...



Tous droits réservés. © 2003–2017 Richard Pellard. Reproduction interdite.
Webmestre : Julien Rouger
AstroAriana — Site réalisé avec SPIP