AstroAriana Association pour la Recherche et l'Information
en Astrologie NAturelle
AstroAriana
Présentation Qui sommes nous ? Nous écrire Plan du site Annuaire de liens Astrosoft Calculez votre thème Thème du jour Boutique
Pour que ce site continue à exister sans publicité
Téléchargements de livres au format PDF Élections présidentielles 2017 : des candidats et des astres
Articles aléatoires  Le Lion mythologique  Lettre ouverte à Jean-Claude Pecker  Témoignage astro de Marie-Hélène Rudel  Témoignage astro de Béatrice Martignon  Les Thèmes de deux jumeaux monozygotes  Profil psychologique du Jupitérien  Un Scorpion nommé François Mitterrand  Bertrand Cantat, un Poissons bouquet de nerfs
Vous êtes ici : Accueil ►Astro-pratiqueLes astro-entretiens de Françoise HardyChanson


Jane Birkin, Sagittaire enthousiaste et secrète

Pendant dix ans, Jane Birkin a formé avec Serge Gainsbourg un couple-culte rendu célèbre par la torride chanson « Je t’aime moi non plus ». Elle a ensuite poursuivi une carrière solo impeccable, toujours hantée par la présence de Gainsbarre, « Poinçonneur de Lolitas ».



Micro-portrait théorique de Jane Birkin

Ce micro-portrait ne fait qu’esquisser une interprétation très simplifiée des configurations zodiaco-planétaires dominantes et de la planète la plus faible de ce Thème natal. Excluant par exemple l’interprétation des Aspects, cette étude succincte ne saurait remplacer une véritable analyse approfondie, mais elle en ouvre quelques-unes des pistes principales.

La configuration dominante du Thème natal de Jane Birkin est une opposition d’Uranus en Gémeaux à Soleil-Mercure en Sagittaire, ainsi qu’une conjonction Vénus-Jupiter en Scorpion au carré de Saturne-Pluton en Lion. La Lune en Vierge est la planète la plus faible.

Ses réponses aux questions devraient donc refléter les pôles hyper-dominants de sa personnalité :

Sagittaire ambitieux-volontaire

- Vos qualités : vous avez de puissantes ambitions et vous ne vous en cachez pas : vous voulez jouer un rôle social important, appartenir à l’élite, au club des décideurs, des gens reconnus, respectés et admirés pour leur aptitude à endosser de lourdes responsabilités. Vous êtes prêt à vous montrer en tout points exemplaire, à indiquer aux autres l’itinéraire à suivre, à faire respecter, au nom du bien commun et des valeurs supérieures et exigeantes qui vous habitent, les lois et règles de la société où vous vivez. Volontaire, énergique, dynamique et épris d’unité, vous êtes doué pour piloter de vastes ensembles. Maître de l’art oratoire, vous trouvez aisément les mots et formules pour simplifier les problèmes les plus complexes.

- Vos défauts : en dépit des quelques principes fermes qui vous animent, vous risquez d’être l’otage d’une véritable frénésie de puissance et de domination qui peut vous amener à être excessivement opportuniste et à manger à tous les râteliers pour satisfaire vos ambitions. Autoritaire et pompeux, solennel et prétentieux, vous laissez trop souvent votre orgueil vous aveugler. Trop sûr de vous et gonflé de votre propre importance, vous risquez de vivre de nombreux revers dans vos projets surdimensionnés à force de prendre des décisions risquées, à l’emporte-pièce, pour le simple plaisir d’imposer votre marque sur les événements et de démontrer à quel point vous êtes capable d’ignorer superbement le poids des circonstances concrètes.

Sagittaire sociable-communicatif

- Vos qualités : vous disposez d’une très large ouverture d’esprit et d’une très grande facilité pour nouer des contacts dans bien des domaines et avec des gens très différents. Dans votre optique, pourvu qu’on ait d’emblée un minimum de points communs, il n’y a aucune raison de ne pas favoriser tous les rapprochements possibles dans une atmosphère d’entente décontractée et de coopération spontanée : il suffit pour cela d’assimiler dynamiquement les us et coutumes du milieu social où l’on se trouve. Curieux, charmeur et soucieux de votre impact social, vous savez à la fois vous engager avec enthousiasme dans vos rencontres et vous en dégager avec tact et décontraction. Tolérant et humaniste, vous voyez loin et grand.

- Vos défauts : dans vos mauvais moments, vous rejetez toute limitation, toute contrainte, toute sécurité au nom de la liberté absolue de flâner selon vos désirs multiples, vos curiosités éclectiques, vos centres d’intérêt changeants. Dans votre désir parfois pathétique d’être a priori respecté, reconnu, admiré par les gens les plus divers, vous vous illusionnez sur vos propres capacités et compétences, exagérez, en faites trop, brassez du vent. Votre décontraction souriante masque mal des appétits de puissance dont vous est incapable de vous donner les moyens tant vous êtes indiscipliné et versatile. Contradictoire et parfois incohérent, vous est capable de soutenir en même temps les points de vue les plus opposés.

Inversement, les réponses de Jane Birkin aux questions devraient montrer qu’elle ne correspond pas du tout au portrait suivant :

Plastique, réceptif, accommodant, accueillant, vous savez créer autour de vous un climat de quotidienneté paisible, d’intimité chaleureuse, d’harmonie simple, de convivialité bon enfant, et vous vous épanouissez dans les ambiances porteuses, amicales et familières. Complaisant, obligeant, prévenant, compréhensif, tolérant, solidaire, vous vous adaptez souplement à autrui. Vis à vis des situations pratiques et des problèmes concrets auxquels vous confronté, vous vous efforcez de trouver les lignes de moindre résistance et de vous assurer des appuis solides plutôt que de vous épuiser en luttes. Vous épousez au mieux ce que vous proposent les circonstances pour en tirer parti en vous y adaptant souplement, au jour le jour. Subtil, rêveur, changeant, ondoyant, imaginatif, votre vie intérieure est riche. Le besoin de plénitude, de complétude, de sérénité, de vivre selon vos rythmes intimes et personnels sont pour vous des exigences impérieuses : vous vivez vos rêves et rêvez votre vie, en osmose profonde et détendue avec vous-même et votre milieu ambiant, dans lequel vous baignez tel un poisson dans l’eau.

Vous ne prenez que les décisions qui ne vous coûtent pas, avec lesquelles vous faites intimement corps, celles que les circonstances vous imposent et qui préservent autant que possible le fondu-enchaîné et la tranquillité d’une vie quotidienne que vous voulez dépourvue de toute crispation autoritaire. Vous assimilez sans effort et sans concentration savoirs et connaissances. Votre quête de bien-être passe par le refus de toute discipline contraignante, et vous savez faire disparaître les exigences de votre moi pour maintenir l’harmonie de votre groupe. Votre riche affectivité est marquée par le besoin d’osmose, de fusion, d’intimité partagée avec ceux que vous aimez tout simplement parce qu’avec eux vous vous sentez bien, parce que vous les sentez et les comprenez intimement en vous mettant sans peine à leur place. Tout en étant convivial, la solitude ne vous fait pas peur : dans les moments où vous vous mettez à l’écart du monde extérieur et des autres sans pour autant être distant, vous vous ressourcez dans la rêverie éveillée, la contemplation paisible et fluide. Vierge de tout a priori, de toute certitude, vous savez poser sur les êtres et les choses un regard neuf et frais.

Françoise Hardy : Aborder avec quelqu’un son ciel de naissance, revient plus ou moins à une sorte de jeu de la vérité. Or, dans votre ciel, Mars qui incite à voir les choses telles qu’elles sont, est à la conjonction du Soleil et à l’opposition d’Uranus qui incitent à privilégier l’idée qu’on se fait des choses aux dépens de leur réalité objective. N’avez-vous pas tendance à occulter les aspects de cette dernière réalité quand ils ne conviennent pas à l’image idéale que vous souhaitez donner de vous-même ou des autres.

Jane Birkin (surprise, elle rit de bon cœur) : Vous me demandez si je mens ? Oui, en fait, j’ai toujours ressenti le besoin de rendre la réalité plus excitante, plus pimentée qu’elle n’est. Toute jeune déjà, je ne résistais pas à la tentation de fabuler pour me rendre intéressante. Par exemple, quand je vivais avec John Barry, mon premier mari, je faisais croire aux chauffeurs de taxi que j’étais fille au pair ou quelque chose du même genre. À présent que je joue des rôles dans des films, je devrais arriver à être seulement moi dans la vie et dire la vérité. Mais récemment, quelqu’un m’a beaucoup troublée en me laissant entendre que j’essaie de me fabriquer un personnage en conformité avec ce qui me séduit, au risque de m’éloigner de ma réalité et de me noyer dans l’illusion. Cela m’a été dit très gentiment mais je me suis sentie piégée comme une petite fille surprise à voler de la confiture : la main dedans ! Alors, à partir du moment où la vie consiste pour moi à jouer un rôle parce qu’il ne m’a pas été donné d’être ce rôle, je me demande ce qu’est vraiment la vie et, parfois, j’ai l’impression de me surveiller comme si ce n’était pas moi qui marchais, qui faisais les choses, mais quelqu’un d’autre.

L’axe Sagittaire-Gémeaux qui domine votre ciel pourrait vous prédisposer à la dispersion et au désordre si deux de vos dominantes — Uranus et le Soleil — ne vous incitaient à vous polariser sur un objectif unique et valorisant. Avez-vous conscience d’avoir besoin d’un programme fort à remplir pour vous protéger de la tentation du n’importe quoi, n’importe où, n’importe qui ?

Certainement. Quand je tourne un film, je suis soulagée de ne plus être dans la vie. Même si je me plains de devoir me lever à 6 heures du matin, secrètement ça m’arrange, car si je n’avais pas une raison impérative de faire sonner mon réveil aussi tôt, je dormirais jusqu’à 3 heures de l’après-midi et ce serait déjà la matinée de perdue. J’aime être prise en main : on m’emmène au studio pour faire un métier que j’adore, à midi on me donne à manger, on me demande si j’ai froid, si j’ai chaud… C’est comme une enfance idéale, magique et, malgré l’angoisse de ne pas être à la hauteur du rôle à jouer, c’est un plaisir. Alors que quand il n’y a rien d’autre à faire qu’attendre que les enfants rentrent de l’école, je me trouve sans intérêt, sans utilité, je suis beaucoup moins drôle et ça me panique.

Lorsque l’on fait un métier public, un Soleil dominant en Sagittaire prédispose à être le prototype, l’ambassadrice d’une mode, d’un milieu, d’une époque. Mais votre composante uranienne pourrait vous faire mal supporter d’être prisonnière d’une image de marque, à plus forte raison si elle a été façonnée par un autre que vous. Avoir été pendant longtemps la « muse-objet » de Serge Gainsbourg vous a-t-il posé problème ?

J’ai toujours eu le désir secret d’être une muse. J’ai toujours envié les modèles des peintres parce que le fait d’être représentée, vue par l’œil de quelqu’un rend exceptionnelle… Ça m’excitait donc beaucoup d’être une muse mais, parallèlement, j’avais des sursauts d’orgueil : d’un côté, je doutais d’avoir un autre intérêt possible que celui de muse, de l’autre, je n’avais pas envie de rester muette toute ma vie. Mais ces spasmes-là ne durent pas longtemps chez moi, parfois assez tout de même pour fermer la porte. Et puis, tout de suite après, je me sens nulle à nouveau et je me réachemine vers la situation de muse. De toute façon, être actrice revient plus ou moins à être une muse quand on travaille avec des artistes créateurs qui coulent s’ils ne créent pas et qu’on a, de ce fait, l’impression de sauver dans une relative mesure. Évidemment, c’est avec ce type d’artiste — Gainsbourg, Doillon, Rivette… — que je préfère travailler. Je ne suis donc pas sortie de l’ambition d’être une muse mais c’est vrai que ça m’agace tout autant de ne pas l’être assez que de l’être trop.

Justement, la contradiction majeure de votre ciel — que l’on peut schématiser par un conflit entre le besoin solaire de se conformer et le besoin uranien de se démarquer — pourrait faire de vous quelqu’un de très paradoxal. Vous pourriez par exemple avoir du mal à dire, vouloir, faire quelque chose, sans avoir envie de dire, vouloir ou faire aussitôt l’inverse.

C’est comme ma mère : quand elle cherche ses clés de voiture, on peut être sûr qu’elle les a oubliées ou qu’elle a pris celles de mon père à la place, ou sinon qu’elle va se tromper de voiture… Elle passe son temps à faire des plans et toute cette confusion a pour résultat de les défaire, si bien qu’elle ne sait plus où elle va. C’est la même chose en ce qui me concerne : j’ai un projet et quelque chose vient se mettre en travers… Comme maintenant : je viens de perdre le fil… J’avais une très bonne idée et elle est sortie. C’est exaspérant ! Quelle était votre question ?

L’attitude que vous décrivez relève de tes dominante solsticiale qui prédispose au « bric à brac », c’est-à-dire à penser, faire plusieurs choses différentes en même temps ainsi qu’à inverser les extrêmes.

Il y a plus pervers : souvent, j’essaie de provoquer ce que j’ai envie d’entendre en disant le contraire de ce que je pense. Par exemple, si je refuse une proposition de film pour une autre, je vais utiliser ce refus en exagérant l’importance de la proposition que j’ai refusée afin de faire valoir au metteur en scène avec qui je signe, tout ce que je lui sacrifie, dans le but de l’amener à m’exprimer sa reconnaissance et me dire qu’il n’aurait pas pu faire son film sans moi. Mais ça ne se passe pas ainsi. Il me reproche d’avoir peut-être agi à la légère, argue qu’il avait contacté d’autres actrices, qu’il aurait pu s’arranger, car si l’autre film est si important, je vais lui en vouloir de m’avoir empêchée de le faire. De fil en aiguille, alors que je cherchais la confirmation de mon irremplaçabilité, je m’aperçois que je suis interchangeable.

La double valorisation du Soleil et d’Uranus fait en effet aspirer à être unique aux yeux de ceux qui importent. Revenons au conflit : besoin se conformer contre besoin de se démarquer. N’avez-vous pas l’impression de vous opposer à vous-même, en faisant trop ce que les autres attendent de vous et, à l’inverse, de ne pouvoir être vous-même qu’en vous opposant aux autres ?

J’en fais trop. Par exemple, je vais me mettre à faire très bien la cuisine même si je n’en ai ni le temps, ni la force, uniquement pour prouver à quelqu’un que je suis une très bonne femme d’intérieur et pouvoir ainsi l’épater, lire dans ses yeux que je ne le déçois pas. Si je suis seule, je ne mange pas et, à l’extrême limite (elle rit), les enfants non plus. Je cherche sans cesse à dominer les traits de mon caractère qui ne sont pas des qualités aux yeux de l’autre. S’il trouve cela immodeste, je ne découpe pas les articles de presse me concernant, alors que ça me ferait plaisir. J’essaie d’être modeste alors que je ne le suis pas. Ou bien je domine ma jalousie pour qu’il pense que je suis très généreuse, ce qui est faux.

N’y a-t-il pas tout de même chez vous un goût pour le jeu de cache-cache : vous vous calqueriez d’autant plus et d’autant mieux sur ce que vous croyez que l’autre attend de vous, qu’au tournant vous allez subitement inverser votre attitude et lui claquer dans les doigts ?

Le plus désolant de tout, c’est qu’une fois qu’on a essayé de rendre l’autre à un tel point fier de soi, en faisant des choses qu’on n’aurait peut-être jamais faites autrement, une fois qu’à la limite de l’épuisement on sent, sans en être tout à fait sûre, qu’on est presque entièrement devenue ce que l’autre souhaitait, après tant d’efforts, la chose la plus triste du monde, c’est de ne même pas arriver à jouer le jeu jusqu’au bout et d’abattre toutes ses cartes en disant : « Tout ça était faux, j’ai essayé de faire tout ça pour vous plaire, finalement je n’ai pas pensé ça du tout ».

L’importance excessive que vous accordez au regard de l’autre vient pour l’astrologue de votre dominante solaire, mais vous-même à quoi l’attribuez-vous ?

Je suis souvent sous le coup de l’admiration. J’ai commencé par vouloir que mon père soit fier de moi. j’essayais d’avoir son humour, de rire des mêmes choses que lui et j’ai fini par lui ressembler. Ça a été la même chose avec Serge, à un point tel que, parfois, j’avais l’impression d’être lui. Je ne fais rien seule. L’idée la pire pour moi est de me retrouver seule avec moi-même. Enfin non, il y a pire : tomber dans l’estime de tout le monde : qu’on fasse la lumière sur votre cas et que tout le monde se rende compte que vous êtes une faussaire, que rien n’est vrai, que vous êtes mauvaise en tout… que vos enfants finissent par s’apercevoir que vous n’étiez pas du tout ce que vous faisiez semblant d’être…

Une autre façon d’exprimer vos contradictions est de parler de divorce entre le pouvoir excessif du milieu sur vous et votre besoin, non moins excessif, d’exercer un pouvoir sur le milieu.

C’est pour cette raison que tout ce que j’essaie de faire de désintéressé me paraît suspect. Comme si le plaisir que j’y trouvais était la preuve même que ce n’est pas un vrai désintéressement, une vraie générosité. Si j’ai envie de faire plaisir à quelqu’un, je ne sais pas si c’est sans arrière-pensée ou si c’est pour me donner de l’importance à ses yeux.

Une conjonction Saturne-Pluton au Fond-du-Ciel suggère que votre famille d’origine ou les circonstances de votre arrivée dans la vie vous ont privée d’assises, de bases suffisamment solide,s ce qui expliquerait en partie votre manque de confiance en vous-même…

J’ai été en pension à l’âge de 12 ans. J’étais une petite fille très lâche par peur de me faire attraper et qu’on dise du mal de moi à mes parents. Je ne m’amusais jamais car je faisais d’énormes efforts pour prouver que si je n’étais pas assez calée, ce n’était pas ma faute.

Comment étaient vos relations avec vos parents ?

J’étais la préférée de mon père et ravie de l’être. J’étais également folle de mon frère aîné que je suivais partout et que j’imitais en me coiffant et m’habillant comme lui. J’avais envie de lui ressembler car il me paraissait courageux alors que je me trouvais lâche.

Et votre mère ?

(Sa voix se brise et elle s’écrie :) Ma mère était très belle ! (Se reprenant) Ma mère était actrice. Je pensais qu’elle préférait ma sœur. Aujourd’hui, je me rends compte qu’elle essayait d’équilibrer les choses car, non seulement j’avais mon père et mon frère dans mon camp, mais encore j’ignorais injustement ma sœur… Je n’ai découvert ma mère qu’à 30 ans, car j’ai eu besoin d’aller la trouver à ce moment-là pour qu’elle me dise que j’étais belle, que j’étais quelqu’un de bien… et je me suis rendu compte qu’elle est une femme extrêmement généreuse, spirituelle, drôle…

Votre besoin éperdu de reconnaissance, d’approbation, d’amour, joint à l’impossibilité d’être vous-même puisque vous vous croyez indigne de susciter tout cela, devrait vous valoir des moments de dépression, d’angoisse très pénibles ?

Help ! Je ne veux pas donner l’impression de quelqu’un pour qui on n’en fait pas assez, je ne veux pas faire de peine avec mon cas.

Je ne dis pas que vous êtes tout le temps dans ce genre d’état mais que quand ça vous arrive, c’est susceptible d’aller plus loin, de faire plus mal que la moyenne.

Jane hésite puis finit par lâcher un « oui » mal assuré, puis un autre plus affirmé, mais derrière lequel perce comme une fêlure.

Texte paru dans Entre les lignes, entre les Signes, Éd. RMC.

Cet article vous a été proposé par : Françoise Hardy


Le petit livre du Sagittaire

par Richard Pellard. 49 pages. Illustrations en couleurs

Ce livre présente et explique les trois zodiaques : celui du décor des constellations, celui de l’astrologie traditionnelle basé sur les Quatre Éléments symboliques (Feu, Terre, Air & Eau) et celui de l’astrologie naturelle basé sur les phénomènes astronomiques objectifs.

Interprétation du Sagittaire selon la symbolique classique et selon ses réflexes dans le zodiaque naturel (force, vitesse, équilibre) ; interprétation du Sagittaire en fonction des planètes dominantes ; le Signe solaire & le Signe Ascendant. Vous pouvez dès maintenant le commander à la boutique.





Pour que ce site continue à exister sans publicité :


Tous droits réservés. © 2003–2017 Richard Pellard reproduction interdite.
Webmestre : Julien Rouger
AstroAriana — Site réalisé avec SPIP | Espace privé