AstroAriana Association pour la Recherche et l'Information
en Astrologie NAturelle
AstroAriana
Présentation Qui sommes nous ? Nous écrire Plan du site Annuaire de liens Astrosoft Calculez votre thème Thème du jour Boutique
Pour que ce site continue à exister sans publicité
Téléchargements de livres au format PDF Élections présidentielles 2017 : des candidats et des astres
Articles aléatoires  Yves Ouatou et les prévisions  Astronomie des Maisons  Philippe Bouvard, un ourson Sagittaire dans le caviar  Le Cancer mythologique  Introduction aux significations planétaires  La Terre astronomique  Lune-Saturne  Le neptunien en bande dessinée
Vous êtes ici : Accueil ►Astro-pratiqueAstro-portraits célèbresLittérature


Jacques Prévert ou le réalisme poétique du Verseau

Né à Neuilly-sur-Seine dans un milieu petit-bourgeois dont il ne cessera de moquer les obsessions et les convenances, Jacques Prévert est, et souhaitons-le restera encore longtemps, le poète le plus populaire de sa génération. Titi des faubourgs parisiens et prince du réalisme poétique, l’homme était ennemi des définitions, et ni sa vie, ni son œuvre ne se laissent aisément fixer. Tentons pourtant de mieux comprendre cette figure du XXe siècle à travers son thème.



Imagination sans limites

Avec une dominante ‘T’ en Gémeaux, l’imaginaire de Jacques Prévert est sans limites, vaste et ouvert sur tout les possibles. Il est important de noter qu’Uranus dissonant à Neptune et Pluton, et conjoint à Jupiter fonctionne plus sur le mode ‘r’, d’autant que cette dernière conjonction est sextile au Soleil. Ce fait explique que la pensée de Prévert n’est ni directive, ni révélatrice d’une idée maîtresse. Ses poèmes, tout comme ses scénarios les plus marquants nous entraînent dans un monde magique, sensible à l’invisible, et universel.

Jacques Prévert a fréquenté un temps le mouvement surréaliste d’André Breton, or si l’on reprend la définition du surréalisme parue dans le manifeste de 1924, on note : « …dictée de la pensée, en l’absence de tout contrôle exercé par la raison, en dehors de toute préoccupation esthétique ou morale ». Définition alléchante pour un homme comme Prévert, ennemi de toutes structures organisées, surtout lorsqu’il s’agit de la pensée. Il quittera pourtant le mouvement en partie à cause de la personnalité d’André Breton, et surtout parce que Prévert est résolument libre dans sa tête et qu’aucun système, qu’aucun groupe, aussi surréaliste soit-il, ne peut lui convenir.

Rebondissements

L’opposition dominante du ‘T’ au MC au ‘r’ au FC amène le poète a réfuter tout ordre moral et tout encadrement de l’imaginaire, et en même temps il y puise la forme particulière de son écriture, de ses expressions à la fois floues et précises. On notera l’absence quasi-totale de ponctuation et la liberté avec les rythmes et normes de la poésie classique, qu’applique Prévert. Rien ne peut encadrer, limiter le ‘T’ Gémeaux de l’écrivain. La fuite de tout groupe est aussi due à la faiblesse de la Lune dans le thème de Prévert, mais nous y reviendrons en fin d’analyse.

Une des particularité des poèmes de Prévert, outre la dispersion des pensées, c’est aussi leurs rebondissements. Prévert part d’un mot et reconstruit la réalité à partir de ce terme. Le ‘T’ trigone au pôle ‘R’ en Verseau conjoint à Mars amène le poète à toujours renouveler la réalité et les conceptions acquises à partir de son inconscient qui s’exprime. Ainsi se moque-t-il des us et coutumes, mais il fait plus : il en invente d’autres. L’expression même usitée pour le décrire : « réalisme poétique » résume cet aspect de Mars au trigone de Neptune-Pluton. Bien qu’il soit ‘T’, la réalité concrète est hyper-présente dans ses textes : c’est souvent à partir d’un objet, d’un fait que les écrits naissent, car le poète les redéfinit en les décrivant sous un angle nouveau. L’angle de l’imaginaire, celui qu’on ressent mais que l’on ne peut voir. Il arrive souvent à Prévert de glisser ou de sous-entendre une morale, une leçon de vie dans ses poèmes ; de cette manière il boucle la boucle entre le ‘T’ et le ‘r’, si ennemis l’un de l’autre dans la vie, mais complices dans l’écriture par le biais du pôle Verseau (Soleil, Mercure, Mars).

« La poésie de Prévert est volontiers visuelle, mais avec une nuance de flou qui enveloppe les images d’un halo magique » (cf. Lagarde & Michard XXe siècle).

Le rêve et les images

L’analyse est subtile : en effet, autre dominante du thème, Vénus est au Descendant en Poissons est au carré de Neptune-Pluton et d’Uranus, et l’on reparle d’image. L’imaginaire fantasmagorique s’incarne dans les images vénusiennes. Le ‘e’ dissonant en partie avec cet Aspect amène Prévert à jouer en permanence d’une double sensibilité, celle du rêve et celle des images. Avec Neptune et Pluton, le poète nous entraîne dans un monde à la fois inconnu mais réel, cette réalité que l’on perçoit, que l’on ressent mais que l’on ne peut ni voir, ni palper. Avec Vénus l’homme se fait plus charmeur et donne des couleurs, des sonorités à ses idées soudain mises en images. On a peut-être là l’explication d’une passion connue de Prévert, celle des collages délirants mais toujours colorés.

Si l’on recoupe cette dominante de Vénus avec celle de Jupiter au FC en Sagittaire, on comprend l’importance du mot « objet » chez Prévert. Avec Vénus et Jupiter, on est en présence des deux planètes qui lient la réalité concrète à la représentation. Vénus amène les émotions à partir des représentations, tandis que Jupiter transforme les mêmes émotions concrètes en représentations par le verbe. Ainsi avec Jupiter, le simple fait de dire suffit à concrétiser le terme, « La cage de l’oiseau » dans « Portrait pour un oiseau » ressemble étrangement à la caisse du mouton du Petit Prince d’un autre jupitérien né la même année, Saint-Exupéry. Les enfants apprécient d’ailleurs autant le Petit Prince que les poésies de Prévert, et le hasard n’y est pour rien, puisqu’en âge jupitérien, ils y retrouvent leurs états d’esprit, leurs modes de pensées.

L’ami Jacques

Nombreux furent les amis de Prévert, de Kosma à Boris Vian en passant par Desnos, Carné et Doisneau. Le poète écrira d’ailleurs un certain nombre de textes en hommage à ses amis disparus. Il est fidèle (Vénus en Poissons) à ses attachements affectifs, et toujours prêt aux nouvelles rencontres (‘R’ en Verseau). Ses relations sont souvent impliquées dans son œuvre : avec Mars conjoint au ‘R’, il aime partager, collaborer, ainsi Kosma mettra ses textes en musique, Carné ses scénarios en images, Doisneau ajoutera des photos à ses collages.

Dans cette dernière forme d’art qu’est le collage, il exprime aussi une recherche de compréhension de l’ordre des choses, il expérimente les formes et les couleurs à partir de l’existant. Prévert nous dévoile là une co-dominante avec Saturne en Capricorne opposé à Neptune et Pluton. L’existentialisme du poète est aussi souvent noté dans les caractéristiques de son œuvre, et son « réalisme poétique » c’est aussi cela, tout comme l’adolescent romantique Prévert se cherche et aime par goût de l’analyse décortiquer les situations les plus banales pour mieux les décrire et les comprendre. Au même titre que Jupiter et Vénus, Saturne et Neptune se font face dans le système R.E.T. ; ainsi, alors que Neptune transcrit l’inconscient dans la réalité par l’émotion, la sensation, l’intuition, Saturne entraîne les faits concrets dans l’analyse inconsciente, dans le questionnement du pourquoi, comment. L’opposition des deux planètes amène Prévert à toujours transformer ce qu’il ressent en questionnement pour son inconscient qui ne trouve en réponse que de nouvelles intuitions, et le cercle fou de cette quête existentielle nourrit une certaine angoisse vis à vis de la réalité concrète.

Faiblesse de la Lune

Bien que la Lune soit reliée à Neptune par un sextile, elle reste faible dans le thème. C’est dans le visionnage de ses films que l’on perçoit l’univers de Prévert. L’ambiance qui règne dans Les Enfants du Paradis ou Les Visiteurs du Soir nous démontre à quel point l’homme est en permanence branché sur le diffus, le non-dit, le ressenti de tout ce qui nous entoure, sur l’invisible. Le spectateur est promené dans un univers magique tout en étant ancré dans la réalité quotidienne. Prévert ne s’inquiétait que très peu de son bien-être intime : en permanence il promènerait sa silhouette dans les rues de Paris, une cigarette accrochée aux lèvres… ce qui pourrait sembler lunaire, mais qui ne l’était pas : le faux poète de la quotidienneté était en fait toujours ailleurs, très loin du quotidien. Autre indice de Lune faible (aussi explicable par l’opposition Pluton-Jupiter) : Prévert ne réussit jamais ou ne voulut pas s’engager dans un groupe, quand bien même il en partage les idées. Qu’il s’agisse des surréalistes ou des communistes, il a toujours fui ces rassemblements confortables pour l’expression de la pensée.

Article paru dans le n° 15 du Fil d’ARIANA (avril 2001).

Cet article vous a été proposé par : Béatrice Martignon


Le petit livre du Verseau

par Richard Pellard. 49 pages. Illustrations en couleurs

Ce livre présente et explique les trois zodiaques : celui du décor des constellations, celui de l’astrologie traditionnelle basé sur les Quatre Éléments symboliques (Feu, Terre, Air & Eau) et celui de l’astrologie naturelle basé sur les phénomènes astronomiques objectifs.

Interprétation du Verseau selon la symbolique classique et selon ses réflexes dans le zodiaque naturel (force, vitesse, équilibre) ; interprétation du Verseau en fonction des planètes dominantes ; le Signe solaire & le Signe Ascendant. Vous pouvez dès maintenant le commander à la boutique.





Pour que ce site continue à exister sans publicité :


Tous droits réservés. © 2003–2017 Richard Pellard reproduction interdite.
Webmestre : Julien Rouger
AstroAriana — Site réalisé avec SPIP | Espace privé