AstroAriana Association pour la Recherche et l'Information
en Astrologie NAturelle
AstroAriana
Présentation Qui sommes nous ? Nous écrire Plan du site Annuaire de liens Astrosoft Calculez votre thème Thème du jour Boutique
Téléchargez nos livres au format PDF Les significations planétaires
Pour que ce site continue à exister sans publicité
Articles aléatoires  La hiérarchisation des planètes  Aux charmes du palais  Le « non » de la rose  Mercure-Saturne  Le S.O.R.I. : la Relation  Dès deux mois, le réseau du langage est en marche  S.O.R.I., R.E.T., Logoscope, information, structures et fonctions  Astronomie des Maisons
Vous êtes ici : Accueil ►Astro-documentsThéories généralesThéorie de l’interprétation


Protocole de hiérarchisation d’Astrosoft 2.2

Ce protocole de hiérarchisation des éléments des Thèmes est celui qui est actuellement utilisé par notre logiciel Astrosoft dans sa version 2.2 modifiée, développée par le programmeur Franck Le Bozec et moi-même. Il va passer actuellement et progressivement à sa version 3.00, développée et améliorée cette fois par notre webmestre Julien Rouger et moi-même. Il est susceptible d’être modifié à tout moment en fonction des résultats de nos recherches. Vous serez bien entendu tenu au courant de ces modifications.

À la date du 7 octobre 2015, les modifications majeures sont les suivantes :

Zones d’angularité
- Zone 1 : 2 derniers tiers de la Maison XII, 2 premiers tiers de la Maison I (au lieu de 18° de la Maison I antérieurement) ;
- Zone 2 : 2 derniers de la Maison X (au lieu de 18° de la Maison X antérieurement), 2 derniers tiers de la Maison IX
- Zone 3 : 2 premiers tiers de la Maison VII, 2e moitié de la Maison VI
- Zone 4 : 2e moitié de la Maison III, 1re moitié de la Maison IV
- zone 5 : premier tiers de la Maison XII
- zone 6 : premier tiers de la Maison IX
- zone 7 : deuxième moitié de la Maison I
- zone 8 : dernier tiers de la Maison X

Les Planètes

Premier critère : l’angularité

Cette grille de hiérarchisation des puissances planétaires est basée en premier lieu sur les angularités planétaires (proximités à l’horizon ou au méridien) selon le calcul des domitudes (positions réelles des astres dans les Maisons) calculées en fonction de la domification placidienne (basée sur la tripartition des arcs diurnes et nocturnes).

Les critères d’angularité que nous avons retenus sont les suivants :

Zones d’angularité
- Zone 1 : 2 derniers tiers de la Maison XII, première moitié de la Maison I
- Zone 2 : derniers 18° de la Maison X, 2 derniers tiers de la Maison IX
- Zone 3 : 2 premiers tiers de la Maison VII, 2e moitié de la Maison VI
- Zone 4 : 2e moitié de la Maison III, 1re moitié de la Maison IV
- zone 5 : premier tiers de la Maison XII
- zone 6 : premier tiers de la Maison IX
- zone 7 : deuxième moitié de la Maison I
- zone 8 : 12 premiers degrés de la Maison X
- zone 9 : premier tiers de la Maison VII
- zone 10 : première moitié de la Maison VI
- zone 11 : première moitié de la Maison III
- zone 12 : seconde moitié la Maison IV
- zone 13 : toute la Maison XI
- zone 14 : toute la Maison VIII
- zone 15 : toute la Maison II
- zone 16 : toute la Maison V

On procède à une hiérarchisation ordinale de ces angularités : dans le classement, les planètes en zone 1 (AS) prévalent sur les les planètes en zone 2 (MC), lesquelles prévalent sur les planètes en zone 3 (DS), lesquelles prévalent sur les planètes en zone 4 (FC).

La planète la plus proche d’un angle l’emporte sur la moins proche ; dans le cas d’ex æquo, elles sont départagées selon la hiérarchie suivante : Lune, Soleil, Mercure, Vénus, Mars, Jupiter, Saturne, Uranus, Neptune, Pluton.

Deuxième critère : les aspects interplanétaires

Après épuisement des critères d’angularité en domitude, la hiérarchisation planétaire se base sur le critère des aspects interplanétaires, qui est lui-même dans cette première version basé sur le calcul des aspects en projection sur le plan écliptique. Dès que nous aurons fini de mettre au point le programme, une option rendra possible le calcul des aspects sur la base des latitudes écliptiques des astres.

La hiérarchie des aspects que nous avons retenue est la suivante :

- 1 Conjonction
- 2 Opposition
- 3 Carré
- 4 Trigone
- 5 Sextile

Autres critères possibles

Notre logiciel Astrosoft est en devenir. Nous nous réservons la possibilité de faire intervenir d’autres critères astronomiques dans notre méthode de hiérarchisation planétaire. Vous serez régulièrement tenus au courant des modifications que nous ferons et des options que nous apporterons.

Deux types de thèmes possibles

- Les thèmes avec planètes angulaires (avec au moins 1 planète dans une zone 1, 2, 3 ou 4).
- Les thèmes sans planètes angulaires (pas de planètes dans les zones 1, 2, 3 ou 4).

Cas des thèmes avec planètes angulaires :

1) Recherche des planètes proches des axes :

- Recherche des planètes en zones 1, 2, 3 puis 4
- Classement les planètes dans l’ordre de préférence 1, 2, 3, puis 4
- Si plusieurs planètes se trouvent dans la même zone, elles sont départagées 1) en privilégiant la planète la plus proche de l’axe et 2) selon la hiérarchie suivante : Lune, Soleil, Mercure, Vénus, Mars, Jupiter, Saturne, Uranus, Neptune, Pluton en cas d’ex-æquo.

2) Orbes des aspects entre planètes

- 1er groupe : Lune, Soleil, Mercure, Vénus, Mars
- 2e groupe : Jupiter, Saturne, Uranus, Neptune, Pluton

3) Recherche spécifique de la zone 5

- Si plusieurs planètes se trouvent dans cette même zone, elles sont départagées selon la hiérarchie suivante : Lune, Soleil, Mercure, Venus, Mars, Jupiter, Saturne, Uranus, Neptune, Pluton en cas d’ex-æquo.

4) On vérifie si il existe des amas dans le thème.

- On considère un amas s’il y a au moins 3 planetes rapides (Soleil, Lune, Mercure, Vénus) ou moyennes (Mars, Jupiter, Saturne) et qu’elle ne soient pas étalées de plus de 18°
- ou si il y a en a 3 (rapides jusqu’à lentes) et qu’elle ne soient pas étalées de plus de 14°.

5) Classement des planètes en aspects aux angulaires

- Les sextiles à partir de Saturne (inclus), ne sont pas pris en compte dans le calcul.

- on repère les conjonctions, dans l’ordre des planètes présentes en zone 1, 2, 3, 4 et 5.
- S’il y a plusieurs planètes en conjonction on les départage en comptant le nombre de conjonctions, celle qui en fait le plus sera devant, et en cas d’ex-æquo selon la hiérarchie suivante : Lune, Soleil, Mercure, Vénus, Mars, Jupiter, Saturne, Uranus, Neptune, Pluton.

- On vérifie si la planète fait partie d’un amas et si cet amas est « cassable ».
- Un amas cassable veut dire que nous pouvons hiérarchiser 1 ou plusieurs planète(s) de l’amas sans forcement hiérarchiser les autres planètes qui font partie de cet amas.
- Un amas est incassable dans le cas où au moins 2 planètes de cet amas forment des aspects à des angulaires et si l’étalement est tolérable :
- s’il y a 3 planètes dans l’amas, l’étalement ne doit pas dépasser 10°
- ou si 4 planètes ne sont pas plus étalées de 15°
- ou si 5 planètes ne sont pas plus étalées de 20°
- ou si 6 planètes ne sont pas plus étalées de 25°
- ou si 7 planètes ne sont pas plus étalées de 30°

- Si l’amas est incassable, on hiérarchise les planètes restantes selon la hiérarchie suivante : Lune, Soleil, Mercure, Vénus, Mars, Jupiter, Saturne, Uranus, Neptune, Pluton.

- on repère les oppositions, dans l’ordre des planètes présentes en zone 1, 2, 3, 4 et 5.
- S’il y a plusieurs planètes en opposition on les départage en comptant le nombre d’oppositions, celle qui en fait le plus sera devant, et en cas d’ex-æquo selon la hiérarchie suivante : Lune, Soleil, Mercure, Vénus, Mars, Jupiter, Saturne, Uranus, Neptune, Pluton.

On vérifie si elle fait partie d’un amas et si cet amas est « cassable ».
- Si l’amas est incassable, on hiérarchise les planètes restantes selon la hiérarchie suivante : Lune, Soleil, Mercure, Venus, Mars, Jupiter, Saturne, Uranus, Neptune, Pluton.

- on repère les carrés, dans l’ordre des planètes présentes en zone 1, 2, 3, 4 et 5.
- S’il y a plusieurs planètes en carré on les départage en comptant le nombre de carrés, celle qui en fait le plus sera devant, et en cas d’ex-æquo selon la hiérarchie suivante : Lune, Soleil, Mercure, Vénus, Mars, Jupiter, Saturne, Uranus, Neptune, Pluton.

On vérifie si elle fait partie d’un amas et si cet amas est « cassable ».
- Si l’amas est incassable, on é les planètes restantes selon la hiérarchie suivante : Lune, Soleil, Mercure, Vénus, Mars, Jupiter, Saturne, Uranus, Neptune, Pluton.

- on repère les trigones, dans l’ordre des planètes présentes en zone 1, 2, 3, 4 et 5.
- S’il y a plusieurs planètes en trigone on les départage en comptant le nombre de trigones, celle qui en fait le plus sera devant, et en cas d’ex-æquo selon la hiérarchie suivante : Lune, Soleil, Mercure, Vénus, Mars, Jupiter, Saturne, Uranus, Neptune, Pluton.

On vérifie si elle fait partie d’un amas et si cet amas est « cassable ».
- Si l’amas est incassable, on hiérarchise les planètes restantes selon la hiérarchie suivante : Lune, Soleil, Mercure, Vénus, Mars, Jupiter, Saturne, Uranus, Neptune, Pluton.

- on repère les sextiles, dans l’ordre des planètes présentes en zone 1, 2, 3, 4 et 5.
- S’il y a plusieurs planètes en sextile on les départage en comptant le nombre de sextiles, celle qui en fait le plus sera devant, et en cas d’ex-æquo selon la hiérarchie suivante : Lune, Soleil, Mercure, Vénus, Mars, Jupiter, Saturne, Uranus, Neptune, Pluton.

On vérifie si elle fait partie d’un amas et si cet amas est « cassable ».
- Si l’amas est incassable, on hiérarchise les planètes restantes selon la hiérarchie suivante : Lune, Soleil, Mercure, Vénus, Mars, Jupiter, Saturne, Uranus, Neptune, Pluton.

6) Classement des planètes sans aspects aux angulaires

- on repère les conjonctions, dans l’ordre des planètes présentes en zone 1, 2, 3, 4 et 5.
- S’il y a plusieurs planètes en conjonction on les départage en comptant le nombre de conjonctions, celle qui en fait le plus sera devant, et en cas d’ex-æquo selon la hiérarchie suivante : Lune, Soleil, Mercure, Vénus, Mars, Jupiter, Saturne, Uranus, Neptune, Pluton.

On vérifie si elle fait partie d’un amas et si cet amas est « cassable ».
- Si l’amas est incassable, on hiérarchise les planètes restantes selon la hiérarchie suivante : Lune, Soleil, Mercure, Vénus, Mars, Jupiter, Saturne, Uranus, Neptune, Pluton.

- on repère les oppositions, dans l’ordre des planètes présentes en zone 1, 2, 3, 4 et 5.
- S’il y a plusieurs planètes en opposition on les départage en comptant le nombre d’oppositions, celle qui en fait le plus sera devant, et en cas d’ex-aequo selon la hiérarchie suivante : Lune, Soleil, Mercure, Vénus, Mars, Jupiter, Saturne, Uranus, Neptune, Pluton.

On vérifie si elle fait partie d’un amas et si cet amas est « cassable ».
- Si l’amas est incassable, on hiérarchise les planètes restantes selon la hiérarchie suivante : Lune, Soleil, Mercure, Vénus, Mars, Jupiter, Saturne, Uranus, Neptune, Pluton.

- on repère les carrés, dans l’ordre des planètes présentes en zone 1, 2, 3, 4 et 5.
- S’il y a plusieurs planètes en carré on les départage en comptant le nombre de carrée, celle qui en fait le plus sera devant, et en cas d’ex-æquo selon la hiérarchie suivante : Lune, Soleil, Mercure, Vénus, Mars, Jupiter, Saturne, Uranus, Neptune, Pluton.

On vérifie si elle fait partie d’un amas et si cet amas est « cassable ».
- Si l’amas est incassable, on hiérarchise les planètes restantes selon la hiérarchie suivante : Lune, Soleil, Mercure, Vénus, Mars, Jupiter, Saturne, Uranus, Neptune, Pluton.

- on repère les trigones, dans l’ordre des planètes présentes en zone 1, 2, 3, 4 et 5.
- S’il y a plusieurs planètes en trigone on les départage en comptant le nombre de trigones, celle qui en fait le plus sera devant, et en cas d’ex-æquo selon la hiérarchie suivante : Lune, Soleil, Mercure, Vénus, Mars, Jupiter, Saturne, Uranus, Neptune, Pluton.

On vérifie si elle fait partie d’un amas et si cet amas est « cassable ».
- Si l’amas est incassable, on hiérarchise les planètes restantes selon la hiérarchie suivante : Lune, Soleil, Mercure, Vénus, Mars, Jupiter, Saturne, Uranus, Neptune, Pluton.

- on repère les sextiles, dans l’ordre des planètes présentes en zone 1, 2, 3, 4 et 5.
- S’il y a plusieurs planètes en sextile on les départage en comptant le nombre de sextiles, celle qui en fait le plus sera devant, et en cas d’ex-æquo selon la hiérarchie suivante : Lune, Mercure, Vénus, Soleil, Mars, Jupiter, Saturne, Uranus, Neptune, Pluton.

On vérifie si elle fait partie d’un amas et si cet amas est « cassable ».
- Si l’amas est incassable, on hiérarchise les planètes restantes selon la hiérarchie suivante : Lune, Mercure, Vénus, Soleil, Mars, Jupiter, Saturne, Uranus, Neptune, Pluton.

7) Classement des planètes sans aspects

- on repère les zones suivantes non angulaires dans leur ordre ;

- en cas de planètes dans la même zone, utilisation du classement suivant pour les départager : Lune, Soleil, Mercure, Vénus, Mars, Jupiter, Saturne, Uranus, Neptune, Pluton.

Cas des thèmes sans planètes angulaires

1) Calcul des orbes :

2) On vérifie s’il existe des amas dans le thème.

- On considère un amas s’il y a au moins 3 planètes rapides (Soleil, Lune, Mercure, Vénus) ou moyennes (Mars, Jupiter, Saturne) et qu’elle ne soient pas étalées de plus de 18°
- ou s’il y a en a 3 (Rapides jusqu’à Lentes) et qu’elle ne soient pas étalées de plus de 14°

Si plusieurs amas sont trouvés, les classer suivant ce barème :

- 10 points pour le Soleil
- 9 points pour la Lune
- 8 points pour Mercure
- 7 points pour Vénus
- 6 points pour Mars
- 5 points pour Jupiter
- 4 points pour Saturne
- 3 points pour Uranus
- 2 points pour Neptune
- 1 point pour Pluton

Le total le plus élevé de toutes les planètes de l’amas déterminera l’amas classé en tête.

3) Classement des planètes dans les amas
- Utilisation du classement suivant pour les départager : Lune, Mercure, Vénus, Soleil, Mars, Jupiter, Saturne, Uranus, Neptune, Pluton.

4) On recommence le classement pour chaque amas.

5) On repère s’il existe une ou des oppositions dans le thème et si cette planète forme aussi une opposition avec une ou plusieurs planètes de l’amas (donc avec une planète déjà hiérarchisée), si oui, on la hiérarchise à la suite.

6) Classement des planètes en aspects a ou aux amas.

- même méthode de classement par la hiérarchie des aspects et leur nombre

7) Classement des planètes sans aspects a ou aux amas.

8) Classement des planètes sans aspects

- on repère les zones non-angulaires dans leur ordre ;
- en cas de planètes dans la m^me zone, utilisation du classement suivant pour les départager : Lune, Soleil, Mercure, Vénus, Mars, Jupiter, Saturne, Uranus, Neptune, Pluton.

Hiérarchisation des familles R.E.T.

Thèmes avec angularités

Reprendre la hiérarchie planétaire.

- Additionner les n° d’ordre obtenus par chacune des trois Planètes appartenant à une même famille.
- Retrancher du total obtenu par chaque famille 3 points par Planète se trouvant dans les Zones 1 & 2.
- Retrancher du total obtenu par chaque famille 2 points par Planète se trouvant dans les Zones 3 & 4.
- Si deux familles sont ex-æquo, valoriser la famille dont deux au moins des Planètes sont en Aspect.
- Si deux familles sont toujours ex-æquo, suivre l’ordre p R e E t r T.
- cas particulier de la Lune. Elle représente une famille (‘p’) à elle toute seule. Son classement est donc plus délicat. La logique apparente demanderait de multiplier par 3 le numéro d’ordre qu’elle a obtenu dans la hiérarchie planétaire ‘HP’ pour obtenir son rang en ‘HF’. Mais étant donné que les autres membres des familles planétaires ont des numéros d’ordre variés, on risque alors soit de la sur-valoriser, soit de la sous-valoriser. Voici une méthode (relative) qui permet malgré tout de la situer à peu près à sa juste place dans le classement ‘HF’ :

- si la Lune est classée n° 1 en ‘HP’, la classer n° 1 de la ‘HF’.
- si elle est classée n° 2 ou 3 en ‘HP’ et si elle est angulaire, la classer n° 2 dans la ‘HF’.
- si elle est classée n° 2 ou 3 en ‘HP’ et si elle n’est pas angulaire, la classer n° 3 dans la ‘HF’.
- si elle est classée n° 4 ou 5 en ‘HP’, la classer n° 4 dans la ‘HF’ si elle est angulaire et n° 5 si elle ne l’est pas.
- si elle est classée n° 6 ou 7 en ‘HP’, la classer n° 6 dans la ‘HF’ si elle est angulaire et n° 7 si elle ne l’est pas.
- si elle est classée n° 8 en ‘HP’, la classer n° 7 dans la ‘HF’.
- si elle est classée n° 9 en ‘HP’, la classer n° 8 dans la ‘HF’.

La famille ayant obtenu le total le moins élevé est dominante. Celle qui a le total le plus élevé est la plus faible.

Thèmes sans angularités

Reprendre la hiérarchie planétaire.

- Additionner les n° d’ordre obtenus par chacune des trois Planètes appartenant à une même famille.
- Retrancher du total obtenu par chaque famille 3 points par Planète se trouvant classée de 1 à 3 inclus en ‘HP’.
- Retrancher du total obtenu par chaque famille 2 points par Planète se trouvant classée de 4 à 6 inclus en ‘HP’.
- Si deux familles sont ex-æquo, valoriser la famille dont deux au moins des Planètes sont en Aspect.
- Si deux familles sont ex-æquo, suivre l’ordre p R e E t r T.
- Cas particulier de la Lune : procéder comme pour les thèmes avec angularité.

La famille ayant obtenu le total le moins élevé est dominante. Celle qui a le total le plus élevé est la plus faible.

Losange R.E.T.

Thèmes avec angularités

- 1) Cases noires pour les 5 premières planètes angulaires.
- 2) S’il y a plus de 5 planètes angulaires, cases noires pour les 5 premières, cases grises pour les angulaires suivantes.
- 3) S’il y a 4 planètes angulaires, cases noires pour les 4, cases grises pour les 3 suivantes et blanches pour les dernières.
- 4) S’il y a 3 planètes angulaires, cases noires pour les 3, cases grises pour les 4 suivantes et blanches pour les dernières.
- 5) S’il y a 2 planètes angulaires dont l’une d’elles forme un Aspect majeur (conjonction, opposition, carré, trigone) avec une non-angulaire, case noire pour cette dernière, cases grises pour les 4 suivantes et blanches pour les dernières.
- 6) S’il y a 1 seule planète angulaire, case noire pour les deux suivantes, cases grises pour les 4 suivantes et blanches pour les dernières.

Thèmes sans angularités

Cases noires pour les quatre premières, cases grises pour les 3 suivantes et blanches pour les dernières.

Hiérarchisation des Aspects

La hiérarchisation des aspects découle nécessairement de celle des planètes. Sont dominants les aspects réunissant les planètes les plus puissantes ; puis ceux qui relient les fortes aux moyennes ; les fortes aux faibles ; les moyennes aux faibles ; et enfin les faibles aux faibles. Ces rapports peuvent être chiffrés, en combinant la hiérarchie ordinale des planètes à des coefficients multiplicateurs :

Dans un premier temps, additionner les numéros d’ordre obtenus par chacun des duos planétaires en aspect.

Thèmes avec angularités

- Multiplier par 1 aspects entre Z 1–2–3–4 et Z 1–2–3–4
- Multiplier par 2 aspects entre Z 1–2–3–4 et Z 5–6–7
- Multiplier par 3 aspects entre Z 1–2–3–4 et Z 8–9–10–11
- Multiplier par 4 aspects entre Z 5–6–7 et Z 8–9–10–11

L’aspect qui a le total le plus faible l’emporte sur le suivant.

Thèmes sans angularités

- Multiplier par 1 aspects entre les 5 premières planètes du classement
- Multiplier par 2 aspects entre les 5 premières planètes du classement et les 5 dernières.

L’aspect qui a le total le plus faible l’emporte sur le suivant.

Le zodiaque

Hiérarchisation des Signes

Pluton est éliminé (étant donné sa forte inclinaison sur l’écliptique, il est rarement dans le Signe où il paraît être en projection écliptique). On refait la hiérarchie initiale en l’éliminant.

- Signe Lune : 9 points
- Signe Mercure : 8 points
- Signe Vénus : 7 points
- Signe Soleil : 6 points
- Signe Mars : 5 points
- Signe Jupiter : 4 points
- Signe Saturne : 3 points
- Signe Uranus : 2 points
- Signe Neptune : 1 point

- Signe planète n° 1 : 9 points
- Signe planète n° 2 : 8 points
- Signe planète n° 3 : 7 points
- Signe planète n° 4 : 6 points
- Signe planète n° 5 : 5 points
- Signe planète n° 6 : 4 points
- Signe planète n° 7 : 3 points
- Signe planète n° 8 : 2 points
- Signe planète n° 9 : 1 point

On additionne le nombre de points de chaque planète au nombre de points de la hiérarchie, ce qui nous donne le classement des Signes. Le Signe dominant est celui qui a le total le plus élevé. N’afficher à l’écran que les 3 Signes les plus valorisés. Lorsque deux Signes sont ex-æquo, observer dans l’ordre les règles suivantes :

1) le Signe contenant le plus de planètes l’emporte sur les autres.

2) le Signe contenant le plus de planètes rapides l’emporte (si les deux signes contiennent le même nombre de planètes) et appliquer l’ordre Lune-Mercure-Vénus-Soleil-Mars-Jupiter-Saturne-Uranus-Neptune. Exemple : un Signe contenant Lune-Mercure-Jupiter l’emporte sur un Signe conte-nant Soleil-Mars-Saturne.

3) appliquer l’ordre Lune-Mercure-Vénus-Soleil-Mars-Jupiter-Saturne-Uranus-Neptune.

Hiérarchisation des F+ et F−

On additionne le nombre de points de chaque planète au nombre de points de la hiérarchie, ce qui nous donne le classement des F+ et F−. La dominante est celle qui a le total le plus élevé.

En cas d’ex-æquo, le signe contenant le plus de planètes rapides l’emporte. Pour la comparaison de l’égalité une marge de tolérance permet de définir si il y a égalité ou pas cette marge est de plus ou moins 20 %.

- Si F+ = F−, afficher « Force d’excitation », « Force d’inhibition »
- Si F+ > F−, afficher « Force d’excitation », « faiblesse d’inhibition »
- Si F+ < F−, afficher « Force d’inhibition », « faiblesse d’excitation »

Hiérarchisation des V+, L+, V− et L−

On additionne le nombre de points de chaque planète au nombre de points de la hiérarchie, ce qui nous donne le classement des V+, L+, V− et L−. La dominante est celle qui a le total le plus élevé.

En cas d’ex-æquo, le signe contenant le plus de planètes rapides l’emporte. Pour la comparaison de l’égalité une marge de tolérance permet de définir si il y a égalité ou pas cette marge est de plus ou moins 20 %.

- Si V+ = L+, afficher « Vitesse d’excitation », « Lenteur d’excitation »
- Si V+ = V−, afficher « Vitesse d’excitation », « Vitesse d’inhibition »
- Si V+ = L−, afficher « Vitesse d’excitation », « Lenteur d’inhibition »
- Si L+ = V−, afficher « Lenteur d’excitation », « Vitesse d’inhibition »
- Si L+ = L−, afficher « Lenteur d’excitation », « Lenteur d’inhibition »
- Si L− = V−, afficher « Lenteur d’inhibition », « Vitesse d’inhibition »
- Si V+ > L+, et que L+ est n° 2, afficher « Vitesse d’excitation », « Lenteur d’excitation »
- Si V+ > L+, afficher et que L+ est n° 3 ou 4, afficher « Vitesse d’excitation », « lenteur d’excitation inadaptée »
- Si V+ > V−, et que L+ est n° 2, afficher « Vitesse d’excitation », « Vitesse d’inhibition »
- Si V+ > V−, et que L+ est n° 3 ou 4, afficher « Vitesse d’excitation », « vitesse d’inhibition inadaptée »
- Si V+ > L−, et que L− est n° 2, afficher « Vitesse d’excitation », « Lenteur d’inhibition »
- Si V+ > L−, et que L− est n° 3 ou 4, afficher « Vitesse d’excitation », « lenteur d’inhibition inadaptée »
- Si L+ > V−, et que V− est n° 2, afficher « Lenteur d’excitation », « Vitesse d’inhibition »
- Si L+ > V−, et que V− est n° 3 ou 4, afficher « Lenteur d’excitation », « vitesse d’inhibition inadaptée »
- Si L+ > L−, et que L− est n° 2, afficher « Lenteur d’excitation », « Lenteur d’inhibition »
- Si L+ > L−, et que V− est n° 3 ou 4, afficher « Lenteur d’excitation », « lenteur d’inhibition inadaptée »
- Si L− > V−, et que V− est n° 2, afficher « Lenteur d’inhibition », « Vitesse d’inhibition »
- Si L− > V−, et que V− est n° 3 ou 4, afficher « Lenteur d’inhibition », « vitesse d’inhibition inadaptée »
- Si V+ < L+, et que V+ est n° 2, afficher « Lenteur d’excitation », « Vitesse d’excitation »
- Si V+ < L+, et que V+ est n° 3 ou 4, afficher « Lenteur d’excitation », « vitesse d’excitation inadaptée »
- Si V+ < V−, et que V+ est n° 2, afficher « Vitesse d’inhibition », « Vitesse d’excitation »
- Si V+ < V−, et que V+ est n° 3 ou 4, afficher « Vitesse d’inhibition », « vitesse d’inhibition inadaptée »
- Si V+ < L−, et que V+ est n° 2, afficher « Lenteur d’inhibition », « Vitesse d’excitation »
- Si V+ < L−, et que V+ est n° 3 ou 4, afficher « Lenteur d’inhibition », « vitesse d’excitation inadaptée »
- Si L+ < V−, et que L+ est n° 2, afficher « Vitesse d’inhibition », « Lenteur d’excitation »
- Si L+ < V−, et que L+ est n° 3 ou 4, afficher « Vitesse d’inhibition », « lenteur d’excitation inadaptée »
- Si L+ < L−, et que L+ est n° 2, afficher « Lenteur d’inhibition », « Lenteur d’excitation »
- Si L+ < L−, et que L+ est n° 3 ou 4, afficher « Lenteur d’inhibition », « lenteur d’excitation inadaptée »
- Si L− < V−, et que L− est n° 2, afficher « Vitesse d’inhibition », « Lenteur d’inhibition »
- Si L− < V−, et que L− est n° 3 ou 4, afficher « Vitesse d’inhibition », « lenteur d’inhibition inadaptée »

Hiérarchisation des phases

On additionne le nombre de points de chaque planète au nombre de points de la hiérarchie, ce qui nous donne le classement des V+, L+, V− et L−. La dominante est celle qui a le total le plus élevé. En cas d’ex-æquo, le signe contenant le plus de planètes rapides l’emporte.

Abréviations :
- Sens des Contraires = SC
- Sens des Dosages = SD
- Sens des Ensembles = SE

- Si SC a 50 % ou plus, afficher « Sens des Contraires », « manque de Sens des Dosages », « manque de Sens des Ensembles »
- Si SD a 50 % ou plus, afficher « Sens des Dosages », « manque de Sens des Contraires », « manque de Sens des Ensembles »
- Si SE a 50 % ou plus, afficher « Sens des Ensembles », « manque de Sens des Contraires », « manque de Sens des Dosages »

- Si SC et SD sont les deux premiers et totalisent à eux deux 66,66 % ou plus, afficher « SensdesContraires », « Sens des Dosages », « manque de Sens des Ensembles »
- Si SC et SE sont les deux premiers et totalisent à eux deux 66,66 % ou plus, afficher « Sens des Contraires », « Sens des Ensembles », « manque de Sens des Dosages »
- Si SD et SE sont les deux premiers et totalisent à eux deux 66,66 % ou plus, afficher « Sens des Dosages », « Sens des Ensembles », « manque de Sens des Contraires »
- Si SC et SD et DE sont sensiblement à égalité (environ 33,33 % chacun), afficher « Sens des Contraires », « Sens des Dosages », « Sens des Ensembles »

Hiérarchisation des saisons

On calcule ensuite quelle est la saison dominante en additionnant les points obtenus par chacun des trois Signes appartenant à une même saison. La saison dominante est celle qui obtient le maximum de points. (Ex : soit Bélier = 8, Taureau = 25, Gémeaux = 11, Sagittaire = 6, Cancer = 4. La saison dominante est le printemps : 8 + 25 + 11 = 44). Si deux saisons sont ex-æquo, appliquer la règle précédente. Seule la saison dominante est affichée à l’écran.

LA SPHÈRE LOCALE

Hiérarchisation des Maisons

- 1) La hiérarchie des Maisons se base sur la hiérarchie planétaire initiale. La planète n° 1 vaut 10 points, la planète n° 2 vaut 9 points, etc.
- 2) additionner les n° d’ordre de la ou des planètes se trouvant dans chaque Maison. La Maison ayant le total le plus élevé l’emporte sur les autres.
- 3) la Maison contenant le maximum de planètes l’emporte sur les autres.
- 4) La Maison contenant le maximum de planètes rapides l’emporte sur les autres.

Hiérarchisation des Hémisphères

- 1) La hiérarchie des Hémisphères se base sur la hiérarchie planétaire initiale. La planète n° 1 vaut 10 points, la planète n° 2 vaut 9 points, etc.
- 2) additionner les n° d’ordre des planètes se trouvant dans chaque Hémisphère. L’Hémisphère ayant le total le plus élevé l’emporte sur l’autre.

Abréviations :
- Hémisphère diurne = HD
- Hémisphère nocturne = HN
- Hémisphère oriental = FC-AS-MC
- Hémisphère occidental = MC-AS-FC

Pour la comparaison de l’égalité une marge de tolérance permet de définir si il y a égalité ou pas cette marge est de plus ou moins 20 %.

- Si HD = HN, afficher « Hémisphères diurnes et nocturnes égaux ».
- Si HD > HN, et que HD = 66,66 % ou plus, afficher « Hémisphère diurne nettement dominant ».
- Si HD > HN, et que HD = − de 60 %, afficher « Hémisphère diurne relativement dominant ».
- Si HD < HN, et que HN = 66,66 % ou plus, afficher « Hémisphère nocturne nettement dominant ».
- Si HD < HN, et que HN = − de 60 %, afficher « Hémisphère nocturne relativement dominant ».
- Si FC-AS-MC = MC-AS-FC, afficher « Hémisphères oriental et occidental égaux ».
- Si FC-AS-MC > MC-AS-FC, et que FC-AS-MC = 66,66 % ou plus, afficher « Hémisphère oriental nettement dominant ».
- Si FC-AS-MC > MC-AS-FC, et que FC-AS-MC = − de 60 %, afficher « Hémisphère oriental relativement dominant ».
- Si FC-AS-MC < MC-AS-FC, et que MC-AS-FC = 66,66 % ou plus, afficher « Hémisphère occidental nettement dominant ».
- Si FC-AS-MC < MC-AS-FC, et que MC-AS-FC = − de 60 %, afficher « Hémisphère occidental relativement dominant ».

Hiérarchisation des Quadrants

- 1) La hiérarchie des Quadrants se base sur la hiérarchie planétaire initiale. La planète n° 1 vaut 10 points, la planète n° 2 vaut 9 points, etc.
- 2) additionner les n° d’ordre de la ou des planètes se trouvant dans chaque Quadrant. Le Quadrant ayant le total le plus élevé l’emporte sur l’autre.

Abréviations :
- 1er Quadrant diurne = AS-MC
- 2e Quadrant diurne = MC-DS
- 1er Quadrant nocturne = DS-FC
- 2e Quadrant nocturne = FC-AS

Pour la comparaison de l’égalité une marge de tolérance permet de définir si il y a égalité ou pas cette marge est de plus ou moins 20 %.

- Si HD = HN, afficher « Hémisphères diurnes et nocturnes égaux ».
- Si AS-MC = 50 % ou plus, afficher « premier Quadrant diurne nettement dominant ».
- Si MC-DS = 50 % ou plus, afficher « deuxième Quadrant diurne nettement dominant ».
- Si DS-FC = 50 % ou plus, afficher « premier Quadrant nocturne nettement dominant ».
- Si FC-AS = 50 % ou plus, afficher « deuxième Quadrant nocturne nettement dominant ».

Cet article vous a été proposé par : Richard Pellard

Voir aussi :

- Historique de l’évaluation des puissances planétaires
- Fréquences et intensités
- Astrologie, adaptation & inadaptation


Les Significations planétaires

par Richard Pellard. 620 pages. Format PDF. Illustrations en couleur.

La décision de ne traiter dans ce livre que des significations planétaires ne repose pas sur une sous-estimation du rôle des Signes du zodiaque et des Maisons. Le traditionnel trio Planètes-Zodiaque-Maisons est en effet l’expression d’une structure qui classe ces trois plans selon leur ordre de préséance et dans ce triptyque hiérarchisé, les Planètes occupent le premier rang. La première partie de ce livre rassemble donc, sous une forme abondamment illustrée de schémas pédagogiques et tableaux explicatifs, une édition originale revue, augmentée et actualisée des textes consacrés aux significations planétaires telles qu’elles ont été définies par l’astrologie conditionaliste et une présentation détaillée des méthodes de hiérarchisation planétaire et d’interprétation accompagnées de nombreux exemples concrets illustrés par des Thèmes de célébrités. La deuxième partie est consacrée, d’une part à une présentation critique des fondements traditionnels des significations planétaires, d’autre part à une présentation des rapports entre signaux et symboles, astrologie et psychologie. Enfin, la troisième partie présente brièvement les racines astrométriques des significations planétaires… et propose une voie de sortie de l’astrologie pour accéder à une plus vaste dimension noologique et spirituelle qui la prolonge et la contient. Vous pouvez dès maintenant le commander à la boutique.

L’astrologie, la nanification de Pluton & les astres transplutoniens

par Richard Pellard. 117 pages. Format PDF. Illustrations en couleur.

Pluton ne fait plus partie des planètes majeures de notre système solaire : telle est la décision prise par une infime minorité d’astronomes lors de l’Assemblée Générale de l’Union Astronomique Internationale qui s’est tenue à Prague en août 2006. Elle est reléguée au rang de « planète naine », au même titre que les nombreux astres découverts au-delà de son orbite. Ce livre récapitule et analyse en détail le pourquoi et le comment de cette incroyable et irrationnelle décision contestée par de très nombreux astronomes de premier plan. Quelles sont les effets de cette « nanification » de Pluton sur son statut astrologique ? Faut-il remettre en question son influence et ses significations astro-psychologiques qui semblaient avérées depuis sa découverte en 1930 ? Les « plutoniens » ont-ils cessé d’exister depuis cette décision charlatanesque ? Ce livre pose également le problème des astres transplutoniens nouvellement découverts. Quel statut astrologique et quelles influences et significations précises leur accorder ? Enfin, cet ouvrage propose une vision unitaire du système solaire qui démontre, chiffes et arguments rationnels à l’appui, que Pluton en est toujours un élément essentiel, ce qui est loin d’être le cas pour les autres astres au-delà de son orbite. Après avoir lu ce livre, vous saurez quoi répondre à ceux qui pensent avoir trouvé, avec l’exclusion de Pluton du cortège planétaire traditionnel, un nouvel argument contre l’astrologie ! Vous pouvez dès maintenant le commander à la boutique.





Suivez nos actualités astronomiques, astrologiques, pédagogiques et humoristiques sur Facebook, Twitter et YouTube

Vous pouvez également nous soutenir en effectuant un don qui nous permettra de continuer à faire vivre ce site :

Merci pour votre contribution.


Tous droits réservés. © 2003–2017 Richard Pellard reproduction interdite.
Webmestre : Julien Rouger
AstroAriana — Site réalisé avec SPIP | Espace privé