AstroAriana Association pour la Recherche et l'Information
en Astrologie NAturelle
AstroAriana
Présentation Qui sommes nous ? Nous écrire Plan du site Annuaire de liens Astrosoft Calculez votre thème Thème du jour Boutique
Téléchargez nos livres au format PDF Les significations planétaires
Pour que ce site continue à exister sans publicité
Articles aléatoires  La fonction jupitérienne ‘rE’ (représentation de l’Existence)  Cancer-Sagittaire : similarités et différences  Témoignage astro de Manuel Da Costa  Le Scorpion dans « La Condition solaire »  Aspects neptuniens dissonants (Neptune non-dominant)  Aspects mercuriens dissonants (Mercure non-dominant)  L’astrologie et le Bouddhisme  La gravité anti-astrologique ne pèse pas lourd
Vous êtes ici : Accueil ►Astro-documentsPour débutantsQuestions de base à propos de l’astrologie


Astrologie d’hier, d’aujourd’hui et de demain

Qui dit astrologie dit « Sciences Occultes », dit « Savoir Traditionnel »… voire. L’astrologie est-elle « occulte » ? N’est-elle pas plutôt occultée par trois siècles de scientisme borné, d’intolérance matérialiste, d’aveuglement positiviste ? L’astrologie est-elle une connaissance « traditionnelle » ? Si c’est le cas, qu’est-ce que la « Tradition » ?

Par définition, c’est un ensemble plus ou moins cohérent et homogène de manières de penser, de croire et d’agir qui se transmet de génération en génération. C’est une connaissance accumulée au fil des âges, riche des observations, réflexions, expériences, intuitions, rêves et états d’âme de millions d’êtres humains, chaque culture et chaque époque apportant sa contribution, plus ou moins novatrice et originale, à l’édifice fluctuant du savoir collectif. La « sagesse des grands anciens » existe, certes. Elle est néanmoins perpétuellement réactualisée par les découvertes des « petits modernes » dont certains, un jour, deviendront à leur tour des « grands anciens » après avoir été violemment critiqués et rejetés par les conservateurs de leur siècle. Car — c’est une immémoriale Tradition — le conservatisme et le traditionalisme sont les pires ennemis d’une Tradition bien comprise et bien vivante.

Il n’est donc pas question de rejeter, dénigrer ou transgresser puérilement, au nom d’une mythique « modernité », les enseignements que nous a légués la Tradition astrologique, c’est-à-dire l’astrologie d’hier. Mais il n’est pas interdit de porter un regard actuel et critique sur la façon dont les astrologues du passé concevaient la relation Homme-Ciel à l’aune des connaissances physiques, mais aussi des mythes, modèles et représentations du monde dominants à leur époque. C’est en élaguant les branches mortes, en prenant acte des erreurs et errements, en reformulant et précisant certains points de doctrine que l’on fera fructifier cet enseignement traditionnel en y intégrant les connaissances et découvertes les plus récentes, tant en astronomie qu’en ce qui concerne le fonctionnement de l’être humain.

S’il y a bien continuité du savoir traditionnel, depuis les astrologues-astronomes mésopotamiens jusqu’à nos modernes scientifiques, il se produit parfois de soudaines discontinuités dans le champ du savoir. C’est ce que l’on appelle les « coupures épistémologiques ». Par exemple, jusqu’à Copernic (1473–1543), tous les savants, astronomes et astrologues compris, étaient persuadés que l’univers était géocentrique, c’est-à-dire que la Terre était située au centre du monde. À partir du moment où Copernic a définitivement démontré que les planètes, y compris la Terre, tournaient autour du Soleil, c’est tout un pan multi-millénaire du champ du savoir qui s’est écroulé : notre vision du monde en était radicalement bouleversée, et nous découvrions de nouvelles réalités physiques, jusqu’alors insoupçonnées. Et néanmoins, Copernic n’a pu aller jusqu’au bout de sa découverte — et non de son invention — qu’en exploitant les forces et faiblesses d’un savoir traditionnel, certes largement erroné et insuffisant, mais assez riche pour permettre de conquérir quelques vérités de plus sur le grand territoire de l’inconnu.

Il en est de même en ce qui concerne l’astrologie. Elle s’est construite progressivement, par accumulation d’observations, de réflexions et de découvertes, et non par la soudaine révélation initiale d’une Tradition immémoriale, figée et définitive.

La révolution copernicienne, suivie des travaux de Kepler, a bouleversé le champ du savoir astrologique en modifiant profondément nos connaissances astronomiques. Aux cycles planétaires géocentriques apparents et parfois fictifs auxquels se sont référé, pendant plusieurs millénaires, les astronomes-astrologues pré-coperniciens, se sont substituées les durées de révolution planétaires héliocentriques. Quel est l’impact de ces cycles réels sur l’être humain ? La Tradition astrologique ne traite bien évidemment pas ce problème, puisqu’elle l’ignorait.

Autre exemple : jusqu’en 1781, date de la découverte d’Uranus, seules les sept planètes dites « traditionnelles » figuraient dans nos systèmes de représentation. Neptune n’a été vu dans le ciel qu’en 1846. Et de quelle « Tradition » se réclamer aujourd’hui pour les significations attribuées à Pluton, découvert en 1930 ? Jusqu’en 1964, date de la parution de La Condition Solaire, de Jean-Pierre Nicola, l’astrologie s’est contentée de répéter et maintenir des doctrines et théories — pour la plupart structurées par les mythes et philosophies hellénistiques — qui généralement avaient été formulées avant le IIe siècle après J.-C. À partir de La Condition solaire, l’astrologie a renoué avec son époque, en se préoccupant du même problème central : quelle est la nature de la relation entre l’espèce humaine et son environnement solaire ?

La Condition Solaire marque en quelque sorte une « coupure épistémologique » par rapport à l’astrologie dite « traditionnelle ». Le langage, le discours, les méthodes et les protocoles expérimentaux de l’astrologie ont été depuis radicalement renouvelés. Le savoir astrologique traditionnel ayant été passé au crible des découvertes et théories les plus récentes, nombre d’idées reçues et de traditions fossiles ont été soit balayées, soit profondément remises en question. L’astrologie d’aujourd’hui existe. Elle réactualise, rend disponible et compréhensible, pour nos contemporains, l’astrologie de toujours… en attendant que d’autres viennent porter un regard neuf pour enrichir et transformer à nouveau le patrimoine astrologique : aucun savoir n’est définitif. En astrologie comme dans d’autres domaines, nous en savons aujourd’hui plus qu’hier et moins que demain…

Cet article vous a été proposé par : Richard Pellard

Voir aussi :

- Une brève histoire de l’astrologie occidentale
- Bases du système R.E.T.
- Le zodiaque dans l’Homme
- Bilans comparés des formes d’astrologie


Les significations planétaires par Richard Pellard

620 pages. Illustrations en couleur. Format PDF.

La décision de ne traiter dans ce livre que des significations planétaires ne repose pas sur une sous-estimation du rôle des Signes du zodiaque et des Maisons. Le traditionnel trio Planètes-Zodiaque-Maisons est en effet l’expression d’une structure qui classe ces trois plans selon leur ordre de préséance et dans ce triptyque hiérarchisé, les Planètes occupent le premier rang. La première partie de ce livre rassemble donc, sous une forme abondamment illustrée de schémas pédagogiques et tableaux explicatifs, une édition originale revue, augmentée et actualisée des textes consacrés aux significations planétaires telles qu’elles ont été définies par l’astrologie conditionaliste et une présentation détaillée des méthodes de hiérarchisation planétaire et d’interprétation accompagnées de nombreux exemples concrets illustrés par des Thèmes de célébrités. La deuxième partie est consacrée, d’une part à une présentation critique des fondements traditionnels des significations planétaires, d’autre part à une présentation des rapports entre signaux et symboles, astrologie et psychologie. Enfin, la troisième partie présente brièvement les racines astrométriques des significations planétaires… et propose une voie de sortie de l’astrologie pour accéder à une plus vaste dimension noologique et spirituelle qui la prolonge et la contient.

Téléchargez-le dès maintenant dans notre boutique


Pluton planète naine : une erreur géante par Richard Pellard

117 pages. Illustrations en couleur. Format PDF.

Pluton ne fait plus partie des planètes majeures de notre système solaire : telle est la décision prise par une infime minorité d’astronomes lors de l’Assemblée Générale de l’Union Astronomique Internationale qui s’est tenue à Prague en août 2006. Elle est reléguée au rang de “planète naine”, au même titre que les nombreux astres découverts au-delà de son orbite. Ce livre récapitule et analyse en détail le pourquoi et le comment de cette incroyable et irrationnelle décision contestée par de très nombreux astronomes de premier plan. Quelles sont les effets de cette “nanification” de Pluton sur son statut astrologique ? Faut-il remettre en question son influence et ses significations astro-psychologiques qui semblaient avérées depuis sa découverte en 1930 ? Les “plutoniens” ont-ils cessé d’exister depuis cette décision charlatanesque ? Ce livre pose également le problème des astres transplutoniens nouvellement découverts. Quel statut astrologique et quelles influences et significations précises leur accorder ? Enfin, cet ouvrage propose une vision unitaire du système solaire qui démontre, chiffes et arguments rationnels à l’appui, que Pluton en est toujours un élément essentiel, ce qui est loin d’être le cas pour les autres astres au-delà de son orbite. Après avoir lu ce livre, vous saurez quoi répondre à ceux qui pensent avoir trouvé, avec l’exclusion de Pluton du cortège planétaire traditionnel, un nouvel argument contre l’astrologie !

Téléchargez-le dès maintenant dans notre boutique






Suivez nos actualités astronomiques, astrologiques, pédagogiques et humoristiques sur Facebook, Twitter et YouTube

Vous pouvez également nous soutenir en effectuant un don qui nous permettra de continuer à faire vivre ce site :

Merci pour votre contribution.


Tous droits réservés. © 2003–2017 Richard Pellard. Reproduction interdite.
Webmestre : Julien Rouger
AstroAriana — Site réalisé avec SPIP