AstroAriana AstroAriana
Association pour la Recherche et l’Information
en Astrologie Naturelle

Chronologie des Aspects et Transits

Présentation de la chronologie de tous les Aspects interplanétaires entre planètes lentes qui se forment le temps de la durée d’une vie humaine.

Les tableaux suivants vous donnent les valeurs en durées des cycles et intercycles moyens des planètes lentes.

Exemples :

▶ 1re ligne, 2e colonne du premier tableau. Jupiter se trouve au sextile (60°) de sa position natale au bout d’un an 365 jours en moyenne (donc entre 2 et 3 ans).

▶ 2e ligne, 2e colonne du premier tableau. S’il y avait une conjonction Jupiter-Uranus dans le thème natal, Jupiter forme son premier sextile à Pluton. Plus généralement, quelle que soit la distance angulaire natale entre ces deux planètes, leur écart aura augmenté de 60° à 2 ans 27 jours (donc entre 2 et 3 ans).

« Je recommande aux coloristes nantis d’une quinzaine de crayons aux différentes couleurs d’en employer un par cycle pour rendre le tableau vivant et chatoyant. Si, dans cette œuvre, vous usez de symbolique en accordant les couleurs vives aux cycles courts, les sombres aux cycles longs, vous verrez vieillir le tableau, prendre du noir en progressant dans le temps. L’effet est assuré lorsqu’on se donne pour règle de ne retenir que le premier Aspect de cycle ou intercycle pour rester fidèle à la Théorie des âges. Après la fin du 1er cycle de Jupiter, ne coloriez plus les Aspects où Jupiter est concerné si cet Aspect s’est déjà produit une fois, et faites de même pour Saturne, Uranus, etc. Un Aspect, en pratique, ne s’élimine pas par sa reproduction, il est un rappel d’expérience (positive ou négative) antérieure. En principe, l’apprentissage se fait par les premières rencontres. Vous pensez bien que les trigones, carrés, sextiles de la 2e vague (de 8 à 11 ans 1/2), n’ont pas le même sens que ceux de 2 à 5 ans… ». (J.-P. Nicola).

Pulsations planétaires

Texte de Jean-Pierre Nicola :

Avant de revenir à la Théorie des âges et aux recherches que vous suggéreront vos tableaux coloriés, en voici d’autres fondés sur les « pulsations temporelles » que donnent les Aspects.

Entendez par « pulsations », le ou les intervalles de temps qui séparent un Aspect de sa répétition : d’une conjonction à son retour, d’un sextile à l’autre sextile, et ainsi de suite. Avec les pulsations, il est possible de connaître sans éphémérides ouvertes et dans un orbe suffisant, les temps forts d’une configuration natale liant une ou deux planètes lentes à des rapides ou aux axes du Thème.

Par simplification les temps sont indiqués en années et parties décimales d’année en retenant 3 chiffres après la virgule. Si vous tenez à convertir la partie décimale en jours, il vous suffira de multiplier uniquement cette partie par 365,257, c’est-à-dire par le nombre de jours qu’il y a dans un an.

La première colonne indique la date des conjonctions, la quatrième celle des carrés et la cinquième celle des oppositions. La deuxième colonne indique la date des premiers sextiles (croissants), la troisième aux premiers trigones (croissants) ; la sixième colonne indique la date des seconds sextiles (décroissants), la troisième aux seconds trigones (décroissants).

Les aspects en tête de colonne concernent l’état de départ, celui d’origine, au moment de votre naissance par exemple. Vous êtes né sous une conjonction Jupiter-Mars. La pulsation étant de 11,862 ans, Jupiter transite et relance cette conjonction autour de votre 12e année d’âge, il remet ça entre vos 23–24 ans, et ainsi de suite, de 12 en 12 ans, voyez le tableau pour être plus précis.

Un Aspect natal de 180° entre Jupiter et Mars donnerait le même échéancier, bien que l’opposition ne soit que la moitié du cycle : elle se reproduit selon la pulsation de 11,862 ans, Ne vous mélangez pas les référentiels.

Pour le carré, que Jupiter soit avant ou après Mars en suivant l’ordre des Signes du zodiaque, au terme de 6 ans, vous le retrouverez, c’est sa pulsation temporelle. Le carré suivant, à votre Mars supposé fixe, se produira donc autour de vos 12 ans. Et ainsi de suite… Notez que cette pulsation qui fonde l’échéancier de la colonne 4 vaut 1/2 cycle.

Supposons, maintenant, que dans l’ordre de succession des Signes, Jupiter se place, à la naissance, à la valeur angulaire d’un sextile au-devant de Mars. Il vous faudra attendre 8 ans environ pour que Jupiter transiteur parvienne après votre naissance à 60° (sextile) avant Mars. Et puis, 4 années après cette première répétition, le sextile natal se produira, cette fois avant Mars — au-delà et non « en avant ». La pulsation « sextiles » est ici de 8, puis 4. En continuant cela donne 8, 4, 8, 4… marche en sextile. Si le sextile natal était formé par un Jupiter avant Mars, la marche en sextile serait de 4, 8, 4, 8… en années et vous consulteriez la dernière colonne, au lieu de la deuxième.

Les trigones relèvent de la même démonstration. Pour un Jupiter devant le point dont vous voulez connaître l’échéancier des transits principaux, consultez la colonne 3. Si Jupiter est arrière, consultez la colonne 6. Il y aura d’autres exemples.

Notez, pour ce tableau, le progrès de la présentation. Quel que soit l’Aspect de départ, la pulsation d’un cycle s’impose à tous. Peut-être comprendrez-vous ainsi pourquoi le 1er cycle suffit à la Théorie des âges.

Application élémentaire : s’il existe dans votre Thème l’un des Aspects ci-dessus, consultez la colonne s’y rapportant pour connaître les échéances (moyennes) de répétition. Pour les sextiles et trigones des colonnes 2 et 3, Jupiter est « devant » Pluton ; pour les sextiles et trigones des colonnes 6 et 7, Jupiter est « derrière » Pluton.

Pluton étant très excentrique, ces échéances moyennes risquent d’accuser des retards ou des avances par rapport aux échéances réelles. Toutefois, la grande durée du cycle de Pluton ne modifie pas le profil de la chronologie naturelle. Enfin, on doit s’assurer par la pratique si les échéances systématiques — qui supposeraient une intégration de la pulsation par le récepteur humain — l’emportent en efficacité sur les échéances moins régulières des mouvements observés.

Rappel : pour les intercycles, si vous êtes né sous une conjonction de planètes lentes, reportez-vous au tableau concernant ces planètes et à la colonne concernant leur Aspect initial (colonne 1 pour les conjonctions, colonne 5 pour les oppositions). Le premier sextile (dans l’ordre des Signes, la planète la plus rapide est « devant » l’autre) et le dernier trigone (la plus rapide des deux est en arrière de l’autre) ont le même échéancier (colonnes 2 et 6). Même calendrier des temps forts pour le premier trigone (rapide devant) et le dernier sextile (rapide en arrière) : colonnes 3 et 7. Un seul calendrier des retours pour le carré, qu’il soit premier ou dernier dans le développement du cycle.

Avec Saturne en cycle simple, les tableaux vont perdre de la densité. La fréquences des Aspects baisse, c’est l’âge.

Vous avez constaté le dépérissement progressif des tableaux, la baisse de fréquence des Aspects. Pour une base de 100 ans, à partir d’Uranus-Pluton, 5 retours seulement figurent au tableau. Sous l’horloge de Neptune, ils se réduisent à 3, puis à 2 sous Pluton, et à néant avec Neptune-Pluton. Le premier tableau de Jupiter en affiche 98.

En comptant les Aspects par tableau vous aurez une idée de ce que l’on appelle une fréquence astronomique théorique des Aspects entre lentes pour l’intervalle d’un siècle. La fréquence réelle en différera peu. Ces fréquences découlent inévitablement des durées respectives des cycles simples. Elles sont à considérer en priorité lorsqu’on cherche à préciser l’importance d’un Aspect par un système de cotations comparatives. Un sextile Neptune-Pluton (1 seul et unique dans un siècle) n’a pas le même poids qu’un sextile Jupiter-Pluton (18 dans le même siècle).

Cet article vous a été proposé par Jean-Pierre Nicola

Voir aussi :

▶ Théorie et pratique des aspects
▶ Les aspects, phases d’un cycle
▶ Aspects : Existe-t-il un modèle traditionnel ?
▶ Aspects : Théorie et Bilan Conditionaliste
▶ Les Aspects planétaires et leurs orbes
▶ Les Aspects kepleriens
▶ Les « aspects » aux Angles
▶ Chronologie des Aspects et Transits
▶ Les Aspects planétaires


Les significations planétaires

par Richard Pellard

620 pages. Illustrations en couleur.

La décision de ne traiter dans ce livre que des significations planétaires ne repose pas sur une sous-estimation du rôle des Signes du zodiaque et des Maisons. Le traditionnel trio Planètes-Zodiaque-Maisons est en effet l’expression d’une structure qui classe ces trois plans selon leur ordre de préséance et dans ce triptyque hiérarchisé, les Planètes occupent le premier rang.

La première partie de ce livre rassemble donc, sous une forme abondamment illustrée de schémas pédagogiques et tableaux explicatifs, une édition originale revue, augmentée et actualisée des textes consacrés aux significations planétaires telles qu’elles ont été définies par l’astrologie conditionaliste et une présentation détaillée des méthodes de hiérarchisation planétaire et d’interprétation accompagnées de nombreux exemples concrets illustrés par des Thèmes de célébrités.

La deuxième partie est consacrée, d’une part à une présentation critique des fondements traditionnels des significations planétaires, d’autre part à une présentation des rapports entre signaux et symboles, astrologie et psychologie. Enfin, la troisième partie présente brièvement les racines astrométriques des significations planétaires… et propose une voie de sortie de l’astrologie pour accéder à une plus vaste dimension noologique et spirituelle qui la prolonge et la contient.

Téléchargez-le dès maintenant dans notre boutique

Pluton planète naine : une erreur géante

par Richard Pellard

117 pages. Illustrations en couleur.

Pluton ne fait plus partie des planètes majeures de notre système solaire : telle est la décision prise par une infime minorité d’astronomes lors de l’Assemblée Générale de l’Union Astronomique Internationale qui s’est tenue à Prague en août 2006. Elle est reléguée au rang de « planète naine », au même titre que les nombreux astres découverts au-delà de son orbite.

Ce livre récapitule et analyse en détail le pourquoi et le comment de cette incroyable et irrationnelle décision contestée par de très nombreux astronomes de premier plan. Quelles sont les effets de cette « nanification » de Pluton sur son statut astrologique ? Faut-il remettre en question son influence et ses significations astro-psychologiques qui semblaient avérées depuis sa découverte en 1930 ? Les « plutoniens » ont-ils cessé d’exister depuis cette décision charlatanesque ? Ce livre pose également le problème des astres transplutoniens nouvellement découverts. Quel statut astrologique et quelles influences et significations précises leur accorder ?

Enfin, cet ouvrage propose une vision unitaire du système solaire qui démontre, chiffes et arguments rationnels à l’appui, que Pluton en est toujours un élément essentiel, ce qui est loin d’être le cas pour les autres astres au-delà de son orbite. Après avoir lu ce livre, vous saurez quoi répondre à ceux qui pensent avoir trouvé, avec l’exclusion de Pluton du cortège planétaire traditionnel, un nouvel argument contre l’astrologie !

Téléchargez-le dès maintenant dans notre boutique

Suivez nos actualités astronomiques, astrologiques, pédagogiques et humoristiques sur Facebook, Twitter et YouTube

Vous pouvez également nous soutenir en effectuant un don qui nous permettra de continuer à faire vivre ce site :
Merci pour votre contribution.


Tous droits réservés. © 2003–2018 Richard Pellard. Reproduction interdite.
Webmestre : Julien Rouger
AstroAriana — Site réalisé avec SPIP