AstroAriana Association pour la Recherche et l'Information
en Astrologie NAturelle
AstroAriana
Présentation Qui sommes nous ? Nous écrire Plan du site Annuaire de liens Astrosoft Calculez votre thème Thème du jour Boutique
Pour que ce site continue à exister sans publicité
Téléchargements de livres au format PDF Élections présidentielles 2017 : des candidats et des astres
Articles aléatoires  Le Lion mythologique  Lettre ouverte à Jean-Claude Pecker  Témoignage astro de Marie-Hélène Rudel  Témoignage astro de Béatrice Martignon  Les Thèmes de deux jumeaux monozygotes  Profil psychologique du Jupitérien  Un Scorpion nommé François Mitterrand  Bertrand Cantat, un Poissons bouquet de nerfs
Vous êtes ici : Accueil ►Astro-documentsThéories généralesLes planètes et le R.E.T.Les familles planétaires du R.E.T.


Les couples planétaires

Les planètes dont les formules R.E.T. sont inverses forment des paires d’opposés-complémentaires : le niveau-source (‘R’, ‘E’ ou ‘T’ de l’une) est le niveau-but (‘r’, ‘e’ ou ‘t’ de l’autre), ce qui constitue un « cercle fou » ou cercle vicieux en feedback intégral. Quand l’un des membres du duo domine dans un thème, il importe de bien analyser la situation et la force du second.

Couple Vénus-Jupiter

Alors que la formule R.E.T. de Vénus est « existence de la Représentation », celle de Jupiter est « représentation de l’Existence ». Par la fonction vénusienne, les mots et images (niveau-source ‘R’) provoquent des réactions affectives et sensorielles (niveau-but ‘e’).

Par la fonction jupitérienne au contraire, il s’agit d’exprimer par des mots et images (niveau-but ‘r’) ce que l’on a senti, vécu, expérimenté (niveau-source ‘E’). Vénus passe des mots et des images au vécu et au ressenti, alors que Jupiter passe du vécu et du ressenti aux mots et aux images. Le vénusien est plus à l’aise dans le langage de connivence, dans une relation émotionnelle ; le jupitérien est plus à l’aise dans le langage codifié, dans une relation officielle.

Couple Mercure-Uranus

Alors que la formule R.E.T. de Mercure est « transcendance de la Représentation », celle d’Uranus est « représentation de la Transcendance ». Par la fonction mercurienne, les mots et images (niveau-source ‘R’) provoquent des interrogations et ouvrent à l’inconnu (niveau-but ‘t’).

Par la fonction uranienne au contraire, il s’agit d’exprimer par des mots et images (niveau-but ‘r’) ce qui est complexe et inconnu (niveau-source ‘T’). Mercure complexifie le simple, alors qu’Uranus simplifie le complexe. Le mercurien hyper-détendu est plus à l’aise dans le monde des hypothèses, de la communication ouverte, « pour voir » ; l’uranien hyper-tendu est plus à l’aise dans le monde des théories codifiées, de la communication dirigée.

Couple Saturne-Neptune

Alors que la formule R.E.T. de Saturne est « transcendance de l’Existence », celle de Neptune est « existence de la Transcendance ». Par la fonction saturnienne, le vécu et le ressenti (niveau-source ‘E’) provoquent des interrogations et ouvrent à l’inconnu (niveau-but ‘t’).

Par la fonction neptunienne au contraire, il s’agit d’exprimer par des sensations et réactions affectives (niveau-but ‘e’) ce qui est complexe et inconnu (niveau-source ‘T’). Saturne multiplie les expériences pour tenter d’en saisir la finalité cachée, alors que Neptune se détermine dans son vécu en fonction de finalités non-évidentes. Le saturnien passe de l’abstrait au concret, le neptunien de l’abstrait au concret ; le premier cherche et teste obscurément, le second dévoile et découvre partiellement.

Couple Soleil-Pluton

Alors que la formule R.E.T. du Soleil est « représentation de la Représentation », celle de Pluton est « transcendance de la Transcendance ». Par la fonction solaire, tout est clair, simple, évident, élucidé, expliqué et explicable : mots et images sont spontanément signifiants.

Par la fonction plutonienne au contraire, tout est obscur, complexe, inévident, étrange, inexpliqué ou inexplicable : mots et images sont pour Pluton spontanément insignifiants. Le Soleil ne prête foi qu’au visible et Pluton qu’à l’invisible. Le Soleil est central, dans la lumière et Pluton est marginal, dans l’ombre. Quand l’un affirme et réaffirme et campe dans ses certitudes, l’autre nie et renie et campe dans ses incertitudes.

Lune-Mars

Alors que la formule R.E.T. de Mars est « existence de l’Existence » (maintien et reconduction des duo-duels, des divisions, des séparations), celle de la Lune est de maintenir et reconduire l’homogénéité, la cohésion, la non-séparabilité d’un ensemble.

Par la fonction marsienne, on cherche la confrontation, dans un rapport abrupt avec les êtres et les choses et les situations ; par la fonction lunaire, on cherche la fusion harmonieuse, l’absence de dualité et de conflictualité, la douceur paisible. Là où la fonction marsienne pousse au réalisme, à l’action directe voire à l’aventure, la fonction lunaire pousse à la rêverie, au laisser-faire, à la quotidienneté routinière.

L’axe de symétrie « marsien » des diagrammes circulaires ou en losange du système R.E.T. implique l’existence de deux autres couples : les « entrants » (Vénus et Neptune, niveau-but ‘e’) et les « sortants » (Jupiter et Saturne, niveau-but ‘E’) du niveau ‘E’ central.

Couple Jupiter-Saturne

Alors que la fonction jupitérienne a pour vocation de simplifier (niveau-but ‘r’) l’Existence, la fonction saturnienne a pour vocation de la compliquer ou complexifier (niveau-but ‘t’).

Là où les expériences vécues poussent le « jupitérien » à s’extravertir et à afficher ses réussites et ses certitudes, les mêmes expériences incitent le « saturnien » à pratiquer l’introversion et à creuser ses échecs et ses doutes. En dépit de leur appartenance commune à la famille « grand E », les fonctions jupitérienne et saturnienne sont extrêmement divergentes tant leurs finalités s’opposent quand au traitement à accorder aux réalités vécues et expérimentales. Les Aspects dissonants soulignent ces divergences.

Couple Vénus-Neptune

Alors que la fonction vénusienne a pour vocation de donner une dimension sensible, un corps vibrant aux mots et images qui constituent son niveau-source d’information, la fonction neptunienne a pour vocation de rendre palpable l’indicible et l’inimaginable.

Si le « vénusien » et le « neptunien » convergent vers le même niveau-but ‘e’ (l’intensité du vécu, du ressenti, des réactions affectives), ils le font depuis des niveaux-sources si opposés que cette intensité perceptive est source de désordre et de turbulences difficilement contrôlables. L’un (Vénus) cherche à faire exister des images extérieures, l’autre (Neptune) des visions intérieures. Les Aspects dissonants soulignent ces divergences.

À noter que l’appartenance chacun de ces couples planétaires à la même famille R.E.T. (‘E’ pour Jupiter-Saturne, ‘e’ pour Vénus-Neptune) renforce leurs liens de complémentarité par rapport à ce qui les oppose. C’est aussi le cas pour le couple Soleil-Pluton, dont les deux membres appartiennent à la même famille ‘P’ (« Pouvoir extensif »). Mais en cas de dissonance forte et mal intégrée entre membres de ces couples, ce qui les oppose l’emporte nettement sur ce qui les réunit.

Cet article vous a été proposé par : Richard Pellard





Pour que ce site continue à exister sans publicité :


Tous droits réservés. © 2003–2017 Richard Pellard reproduction interdite.
Webmestre : Julien Rouger
AstroAriana — Site réalisé avec SPIP | Espace privé