AstroAriana Association pour la Recherche et l'Information
en Astrologie NAturelle
AstroAriana
Présentation Qui sommes nous ? Nous écrire Plan du site Annuaire de liens Astrosoft Calculez votre thème Thème du jour Boutique
Téléchargez nos livres au format PDF Les significations planétaires
Pour que ce site continue à exister sans publicité
Articles aléatoires  Le Cancer en astrologie naturelle  Vierge-Sagittaire : similarités et différences  Plutonmania  Mars astronomique  Le conditionnement en astrologie mondiale  Astrologie canine, astrologie cynique ? À propos d’une expérience statistique sur des chiens  Astrologie mondiale : une méthode  Signes solaires et intérêt pour l’astrologie
Vous êtes ici : Accueil ►Astro-documentsThéories généralesLes aspects interplanétairesInterprétation des Aspects


Introduction à l’interprétation des aspects

Les exemples d’interprétation que nous donnons sont très loin d’être exhaustifs : ils ne font qu’indiquer et esquisser un cadre général décrivant la problématique de l’aspect. Ils ne sauraient donc être pris au pied de la lettre. Chaque être, en effet, apporte ses propres réponses, plus ou moins originales, aux questions que soulève un aspect. Il n’y a pas de recette. En vous aidant du R.E.T. et de la Théorie des âges et en combinant logique, observation et imagination, vous pourrez développer mille autres significations possibles, mille autres variations sur le même thème.

Mode d’emploi :

Pour simplifier, les aspects ont été classés en consonants (conjonction consonante, sextile, trigone) et dissonants (conjonction dissonante, carré, opposition). Avant l’interprétation proprement dite des aspects, le paragraphe « L’aspect en questions » illustre le « squelette » abstrait dont découlent les textes qui suivent. Il met également en relief les « manques » inhérents à chaque aspect. Ces « manques » n’étant pas directement traités dans l’interprétation, je vous convie néanmoins à en tenir compte les interprétant vous-même. Par exemple, un aspect Soleil-Mars (« rR‘−’eE ») est en manque de ‘T’ et de ‘t’, c’est-à-dire d’inspiration et de froid esprit critique. Il « manque » donc de ce qui fait la richesse d’une consonance entre planètes ‘T’ (Uranus-Neptune-Pluton) et ‘t’ (Mercure-Saturne-Pluton).

L’interprétation des aspects consonants se compose d’un seul texte qui décrit quelques-uns des effets possibles d’une harmonieuse relation entre deux fonctions planétaires.

L’interprétation des aspects dissonants demandait de mettre en jeu davantage de possibles. Pour simplifier, j’ai limité cette interprétation à quatre possibilités : « Dissonance équilibrée » ne fait que donner quelques pistes concernant le vécu d’un aspect dissonant qui relie deux fonctions planétaires d’égale puissance. Les deux paragraphes suivants, « Si X domine » et « Si Y domine », décrivent quelques effets possibles des subordinations. Pour interpréter vous-même une « dissonance équilibrée », vous pouvez mixer les textes de ces deux paragraphes. Enfin, le dernier paragraphe évoque la « Dissonance bien intégrée » : les deux fonctions planétaires se vivent en alternance, sans heurts ni conflits, et la « Dissonance sublimée » : une fonction planétaire en maîtrise, en principe harmonieusement, une autre.

Pour information, les textes d’interprétation sont tirés de mon Manuel d’astrologie universelle. Mon éditeur m’avait demandé de me limiter à un maximum de 300 pages. Quand j’ai commencé à rédiger ces textes, je me suis rapidement rendu compte que si je faisais des interprétations nuancées et donc assez longues, ce livre ferait près de 1000 pages, ce que l’éditeur ne pouvait accepter. Finalement, j’ai réussi à le convaincre de publier un livre de plus de 400 pages pour ne pas trop rogner sur l’interprétation des aspects. Néanmoins, celle-ci restait excessivement réductrice à mes yeux.

Depuis, je me suis attelé à l’écriture de nouveaux textes d’interprétations plus subtils, nuancés et équilibrés. Vous ne m’en voudrez pas, j’espère, de ne pas avoir encore terminé ce travail énorme à l’heure où j’écris ces lignes (07/11/2005).

À titre comparatif, voici l’interprétation actuellement disponible sur le site des aspects Lune-Soleil (version courte et schématique) puis celle que j’ai plus longuement développée (version longue et nuancée) :

Version schématique des Aspects Lune-Soleil

Consonant (conjonction consonante, trigone, sextile)

Le sujet se perçoit comme le centre absolu d’un univers homogène dont il est partie intégrante. Sa quête de reconnaissance, d’estime, d’admiration inconditionnelle ne l’empêchent pas de rester pleinement lui-même : il donne de lui-même une image forte mais sans artifices, conforme à sa nature intime. Rester à la hauteur de ses idéaux, modèles et principes ne lui coûte pas : c’est ainsi qu’il se sent à l’aise, bien dans sa peau. Les objectifs qu’il se donne reflètent les possibilités inhérentes à la situation globale où il est immergé. Volontaire mais partisan du moindre effort, il ne décide jamais de rien sans être fort d’un sûr soutien ou d’un milieu porteur et familier. Il est à la recherche d’une relation d’osmose, de fusion où il serait l’objet d’une attention permanente. Capable lui-même d’une exemplaire solidarité, il exige en ce domaine une totale réciprocité. Il se veut le roi, à la fois exigeant et débonnaire, de son petit univers.

Dissonant (conjonction dissonante, opposition, carré)

Dissonance équilibrée : le sujet passe alternativement de l’hyper-représentativité (Soleil) à l’intimité reposante (Lune), sans pouvoir se résoudre à choisir. Selon que l’une ou l’autre fonction domine dans son vécu, il peut adopter les attitudes suivantes :

Si la Lune domine, attaché à sa quiétude, à son bien-être et à sa tranquillité, le sujet a bien du mal à paraître, à jouer le rôle qu’on attend de lui, à s’affirmer comme individualité, à s’adapter socialement. Suggestible et nonchalant, son abandon à de douces rêveries lui interdit toute attention soutenue, toute concentration vigilante. Il végète dans une paisible anarchie, en osmose profonde avec son milieu ambiant, et fuit comme la peste les moments où il est indispensable de formuler des objectifs clairs, de prendre des décisions contraignantes. À la logique des modèles normatifs, il oppose la subjectivité de son imagination désordonnée. Trop à l’aise dans sa bulle, il angoisse à l’idée d’en sortir pour s’impliquer dans un but, un projet, une relation. Sa perception globale du monde semble incompatible avec tout modèle fort et structuré.

Si le Soleil domine, le sujet, au nom d’un idéal, d’un désir d’exemplarité ou de stricts principes moraux, s’interdit tout abandon, tout laisser-aller, toute plénitude paisible. Hyper-conscient et auto-contrôlé, il stresse pour se maintenir au niveau du modèle auquel il s’identifie. Son désir de paraître, d’être admiré et reconnu bloquent en lui tout naturel et toute réceptivité aux êtres et aux climats. Ses raisonnements simplistes, basés sur des certitudes dogmatiques et des a priori, se construisent en dépit de toute cohérence, de toute vision d’ensemble. Il impose ses buts et ses projets en ramant à contre-courant des circonstances, de toute ambiance porteuse. S’il s’enorgueillit de montrer qu’ainsi il résiste héroïquement à la facilité, il risque fort d’échouer à force de se couper de tout soutien et de tout lien de solidarité.

Dissonance maîtrisée : le sujet a durement appris qu’il y a un temps pour le maintien de sa représentativité et un temps pour l’intimité reposante, et sait sans fausse note alterner ces deux fonctions. Dissonance sublimée : le sujet a délibérément sacrifié toute intimité reposante au nom d’un idéal supérieur, ou abdiqué de toute désir de paraître au profit d’une harmonieuse quiétude.

Version nuancée des Aspects Lune-Soleil

Lune consonante Soleil

Vos points forts : vous vous percevez comme le centre absolu d’un univers homogène dont vous êtes partie intégrante, comme un axe essentiel, un point de référence important au sein de votre milieu, de votre groupe ou de votre famille. Votre quête de reconnaissance sociale, d’estime publique, d’admiration inconditionnelle ne vous empêche pas de rester pleinement vous-même : vous donnez de vous une image forte mais sans artifices, conforme à votre nature intime et jouez votre rôle avec le plus grand naturel. S’il est pour vous essentiel de vous sentir valorisé, d’être un point de mire, voire d’être couvert de louanges, vous n’entendez pas pour autant y sacrifier votre quiétude et votre bien-être quotidien, ou devenir prisonnier de votre propre personnage. Vous vous conformez volontiers aux convenances et modèles sociaux pourvu qu’ils vous permettent de vivre en harmonie avec autrui mais, tout en étant assez pointilleux sur ce sujet, vous restez suffisamment souple pour vous adapter aux gens et aux circonstances.

Votre perception des êtres, choses et situations est à la fois globale et précise, poétique et logique. En toutes choses vous recherchez la cohérence d’ensemble, la simplicité, l’ordre et l’harmonie. Rester à la hauteur de vos idéaux, modèles et principes ne vous coûte pas : c’est ainsi que vous vous sentez à l’aise, bien dans votre peau. Les objectifs que vous vous donnez, les ambitions qui vous animent reflètent généralement les possibilités inhérentes à la situation globale où vous êtes immergé : n’aimant pas trop vous hasarder dans l’inconnu, vous ne prenez des décisions que dans un contexte a priori favorable à la réussite de vos entreprises. Volontaire mais partisan du moindre effort, vous ne décidez jamais de rien sans être fort d’un sûr soutien ou d’un milieu porteur et familier. Vous êtes à la recherche d’une relation d’osmose, de fusion où vous seriez l’objet d’une attention permanente. Capable vous-même d’une exem-laire solidarité, vous exigez en ce domaine une totale réciprocité. Vous vous voulez le roi, à la fois exigeant et débonnaire, de votre petit univers.

Votre talon d’Achille : atteint d’un égocentrisme naïf dont vous n’avez pas toujours pleinement conscience, vous avez souvent du mal à vous décentrer, à accepter qu’autrui puisse avoir un point de vue différent du vôtre. Tranquillement persuadé d’avoir raison, confortablement installé dans vos routines de pensée qui sont pour vous comme une seconde peau, il vous est difficile de modifier vos opinions, de remettre en cause vos certitudes, de prendre du recul par rapport à vos principes directeurs. Avec vos proches, vos intimes, vos familiers, vous vous comportez trop souvent comme si tout vous était dû, comme s’il était tout naturel qu’ils vous écou-tent attentivement, vous obéissent docilement et applaudissent d’emblée à tout ce que vous dites et faites. Vous avez par ailleurs du mal à accepter les situations de confrontation, les critiques, les remises en question, qui apparaissent à vos yeux comme autant d’atteintes à votre honneur, à votre dignité, à votre intégrité personnelles. Sous vos dehors plastiques et débonnaires, vous êtes un autocrate qui trouve normal et naturel de tout régenter, estimant légitime que tous ceux qui appartiennent à votre petit monde se soumettent à vos lois. Si Mars et Pluton font partie de vos planètes dominantes, les effets de ce talon d’Achille sont relativement compensés.

Lune dissonante Soleil

Cet aspect implique un conflit entre deux pôles astro-psychologiques, l’un cherchant à dominer, exclure ou rejeter l’autre. Si vous n’avez pas trouvé les moyens de résoudre ce conflit, vous êtes sans doute très souvent placé(e) dans l’alternative suivante (à vous d’évaluer ce qui domine le plus souvent dans votre vécu) :

Si ou quand la fonction lunaire domine :

Peut-être trop attaché à votre quiétude, à votre bien-être et à votre tranquillité, vous avez bien du mal à attirer l’attention sur vous, à jouer le rôle social qu’on attend de vous, à vous affirmer comme une individualité distincte, à oser vous extirper de votre anonymat douillet et confortable, comme si vous faisiez de votre vie privée un havre de paix protégée de la vie publique. D’ailleurs, vous êtes mal à l’aise dès que, pour une raison ou une autre, vous devenez le centre d’intérêt de votre groupe : vous avez horreur d’être « distingué », c’est-à-dire isolé, repéré, étiqueté. Suggestible et nonchalant, votre abandon à de douces rêveries vous interdit toute attention soutenue, toute concentration vigilante. Vous végétez dans une douce et paisible anarchie, en osmose profonde avec votre milieu ambiant, et fuyez comme la peste les moments où il est indispensable de formuler des objectifs clairs, de prendre des décisions contraignantes, d’adopter des positions de principe et de vous y tenir. Au fond, vous ne vous sentez réellement bien qu’entouré de vos proches, vos familiers, vos intimes, ceux dont vous avez l’habitude, qui vous acceptent et vous comprennent tel que vous êtes, sans que vous ayiez à faire le moindre effort : vous n’avez pas vraiment envie de transgresser l’ordre naturel des choses. Vous vous sentez riche de multiples virtualités que vous ne souhaitez pas restreindre et canaliser dans une direction précise, un centre d’intérêt majeur : vous ressentez cela comme une mutilation. À la logique des règles normatives, vous opposez votre imagination errante et désordonnée. Trop à l’aise dans votre « bulle », dans votre ambiance quotidienne où vous vous sentez porté, protégé, soutenu, vous angoissez à l’idée d’en sortir pour vous engager à fond dans un but, un projet, une relation. Votre perception globale du monde semble incompatible avec tout modèle fort, logique et structuré.

Si ou quand la fonction solaire domine :

Au nom d’un idéal, d’un désir d’exemplarité ou de stricts principes moraux, vous vous interdisez tout abandon, tout laisser-aller, toute plénitude paisible. D’une manière ou d’une autre, vous ne pouvez vous empêcher d’attirer l’attention sur vous, de faire tout ce qui est en votre possible pour sortir de l’anonymat ronronnant, pour être repéré, « distingué », devenir un centre d’attraction, quitte pour cela à jouer un rôle éloigné de votre nature réelle. Votre orgueil peut-être mal placé vous enjoint de ne pas passer pour un mou, un velléitaire, un être faible et dépendant : aussi êtes-vous très tendu, crispé, sur le qui-vive, soucieux de garder la pose, inquiet à l’idée de ce que les autres pourraient penser ou dire de vous. Ainsi votre désir de paraître, d’être admiré et reconnu bloquent trop fréquemment en vous toute réceptivité aux êtres et aux climats et induisent chez vous un sentiment d’isolement, comme si vous n’apparteniez à rien. Hyper-conscient et auto-contrôlé, vous stressez pour vous maintenir au niveau du modèle que vous prétendez être ou de ceux auxquels vous vous vous identifiez. En fait, vous voudriez bien que tout soit simple, clair, net, sans ombre ni pénombre, ce qui vous conduit à adopter des raisonnements parfois simplistes, des certitudes excessivement dogmatiques qui se construisent en dépit de toute cohérence, de toute vision d’ensemble. Vous avez également trop tendance à imposer vos buts et vos projets en ramant à contre-courant des circonstances, de toute ambiance porteuse. Si vous vous enorgueillissez de montrer qu’ainsi vous résistez héroïquement à la facilité, vous risquez fort d’échouer dans vos entreprises à force de vous couper de tout soutien et de tout lien de solidarité : il ne suffit pas pour réussir d’être admirable, il faut aussi tenir compte d’un environnement fluctuant que vous négligez trop souvent.

Si vous êtes parvenu à résoudre ce conflit, vous vivez alors probablement le rapport entre ces tendances de la manière suivante :

S’il est important pour vous de paraître, d’occuper une place centrale, d’être admiré et reconnu — ce qui vous impose de jouer un certain rôle social — vous estimez qu’il est tout aussi essentiel de savoir « lâcher prise », fuir les feux de la rampe et le regard d’autrui pour être simplement et naturellement vous-même. Lorsqu’il le faut, vous savez ainsi mettre de côté le confort rassurant de vos habitudes et votre goût pour le laisser-aller, la bohème et la nonchalance, prendre du champ vis-à-vis de vos proches, vos familiers, vos intimes pour mieux vous impliquer totalement dans vos buts, vos passions, vos objectifs ou la défense et l’illustration des idées majeures qui vous animent. Inversement, dès que vous estimez que vous pouvez lever le pied, vous désimpliquer, vous désinvestir de vos responsabilités, cesser d’attirer l’attention, c’est sans regret et même avec un certain soulagement que vous laissez votre habit de scène au vestiaire pour retrouver vos bon vieux vêtements d’intérieur dans la chaleur d’une convivialité dépouillée de toute exigence et de tout artifice : vous savourez alors ces moments de repos et d’intimité où vous n’avez plus à « assurer », à forcer votre nature, où vous pouvez vous fondre anonymement et sereinement dans le paysage d’un quotidien où personne ne vous prête plus la moindre attention.

De même, vous avez appris qu’il est des circonstances où il vaut mieux ne pas attendre que les choses s’arrangent ou se décantent par elles-mêmes, des situations qui demandent que l’on prenne sans hésiter des décisions claires : vous n’hésitez alors pas à imposer arbitrairement les choix et orientations qui vous paraissent nécessaires, même si cela vous amène à ramer contre le courant, à vous trouver en porte-à-faux avec l’ambiance générale, avec les courants porteurs ; mais vous n’ignorez pas non plus qu’il est d’autres circonstances où il est vain d’intervenir : vous abdiquez alors sans trop de mal de vos velléités interventionnistes et laissez les situations évoluer à leur rythme propre jusqu’au moment ou vous estimerez qu’il est temps de reprendre la barre, de vous réinvestir dans votre fonction de commandement.

Enfin, si vous obéissez à de stricts principes et à des normes contraignantes et si vous ne transigez pas pour l’essentiel sur vos idéaux ou idées directrices, vous savez aussi faire preuve d’indulgence et accepter qu’on puisse y déroger quand cela ne les met pas fondamentalement en péril : vous savez que la nature humaine à des faiblesses et des défaillances qu’il serrait vain de vouloir toujours corseter et circonvenir. Ainsi restez vous tolérant en dépit de vos implications passionnées.

Avertissement :

Lisez donc ces textes schématiques (niveau ‘R’ de la Représentation : le clair, le simple, mais aussi le réducteur). N’oubliez pas pour autant de mettre ces formules en pratique et d’observer autour de vous comment vos connaissances vivent (donnent chair) à leurs aspects (niveau ‘E’ de l’Existence : le concret, le vécu, l’expérimental). Cela sans perdre de vue le fait qu’il peut encore exister d’innombrables réponses virtuelles (niveau ‘T’ de la Transcendance : le complexe, le multiple, le subtil ou le caché) à ces aspects…

Pour vous donner une petite idée du caractère schématique et réducteur de ces exemples d’interprétation, sachez qu’avec 10 planètes, on obtient un total de 45 couples planétaires en aspect. Si l’on distingue les aspects consonants et dissonants, on arrive à 90 aspects possibles. Si l’on divise les aspects dissonants en deux groupes, selon qu’une planète domine l’autre et inversement, le chiffre s’élève à 135 aspects. Si, toujours à l’intérieur de la catégorie des aspects dissonants, on différencie les dissonances « bien intégrées-bien vécues » des dissonances « mal-intégrées-mal vécues », le chiffre s’élève à 225 interprétations d’aspects possibles. Et en différenciant les aspects consonants (trigone, sextile, conjonction consonante) et dissonants (carré, opposition, conjonction dissonante), on parvient au total de 1350 possibilités d’interprétation.

Un aspect dominant ne s’interprète pas comme un aspect peu valorisé. On peut donc introduire la notion d’aspect fort (dominant), moyen ou faible (non-dominant). Le total des interprétations possibles s’élève dans ce cas à 4050. De plus, l’interprétation de trois planètes en aspect (par exemple, une conjonction Soleil-Vénus au trigone de Neptune) ne se réduit pas à l’addition de l’interprétation de l’aspect Soleil-Vénus, de l’aspect Soleil-Neptune et de l’aspect Vénus-Neptune : c’est encore autre chose… Enfin, il faudrait également tenir compte du rang de puissance (classement de 1 à 10) de chaque planète. À lui seul, ce « hit-parade » planétaire permet la bagatelle de 3 628 000 permutations. Et au bout de ce travail de romain, il faudrait ensuite interpréter les aspects en fonction du Signe zodiacal et du secteur (Maison) où se trouve chaque planète ! SUITE

Cet article vous a été proposé par : Richard Pellard

Voir aussi :

▶ Théorie et pratique des aspects
▶ Les aspects, phases d’un cycle
▶ Aspects : Existe-t-il un modèle traditionnel ?
▶ Aspects : Théorie et Bilan Conditionaliste
▶ Introduction à l’interprétation des aspects
▶ Les Aspects planétaires et leurs orbes
▶ Les Aspects kepleriens
▶ Les « aspects » aux Angles
▶ Chronologie des Aspects et Transits


Les significations planétaires par Richard Pellard

620 pages. Illustrations en couleur. Format PDF.

La décision de ne traiter dans ce livre que des significations planétaires ne repose pas sur une sous-estimation du rôle des Signes du zodiaque et des Maisons. Le traditionnel trio Planètes-Zodiaque-Maisons est en effet l’expression d’une structure qui classe ces trois plans selon leur ordre de préséance et dans ce triptyque hiérarchisé, les Planètes occupent le premier rang. La première partie de ce livre rassemble donc, sous une forme abondamment illustrée de schémas pédagogiques et tableaux explicatifs, une édition originale revue, augmentée et actualisée des textes consacrés aux significations planétaires telles qu’elles ont été définies par l’astrologie conditionaliste et une présentation détaillée des méthodes de hiérarchisation planétaire et d’interprétation accompagnées de nombreux exemples concrets illustrés par des Thèmes de célébrités. La deuxième partie est consacrée, d’une part à une présentation critique des fondements traditionnels des significations planétaires, d’autre part à une présentation des rapports entre signaux et symboles, astrologie et psychologie. Enfin, la troisième partie présente brièvement les racines astrométriques des significations planétaires… et propose une voie de sortie de l’astrologie pour accéder à une plus vaste dimension noologique et spirituelle qui la prolonge et la contient.

Téléchargez-le dès maintenant dans notre boutique


Pluton planète naine : une erreur géante par Richard Pellard

117 pages. Illustrations en couleur. Format PDF.

Pluton ne fait plus partie des planètes majeures de notre système solaire : telle est la décision prise par une infime minorité d’astronomes lors de l’Assemblée Générale de l’Union Astronomique Internationale qui s’est tenue à Prague en août 2006. Elle est reléguée au rang de “planète naine”, au même titre que les nombreux astres découverts au-delà de son orbite. Ce livre récapitule et analyse en détail le pourquoi et le comment de cette incroyable et irrationnelle décision contestée par de très nombreux astronomes de premier plan. Quelles sont les effets de cette “nanification” de Pluton sur son statut astrologique ? Faut-il remettre en question son influence et ses significations astro-psychologiques qui semblaient avérées depuis sa découverte en 1930 ? Les “plutoniens” ont-ils cessé d’exister depuis cette décision charlatanesque ? Ce livre pose également le problème des astres transplutoniens nouvellement découverts. Quel statut astrologique et quelles influences et significations précises leur accorder ? Enfin, cet ouvrage propose une vision unitaire du système solaire qui démontre, chiffes et arguments rationnels à l’appui, que Pluton en est toujours un élément essentiel, ce qui est loin d’être le cas pour les autres astres au-delà de son orbite. Après avoir lu ce livre, vous saurez quoi répondre à ceux qui pensent avoir trouvé, avec l’exclusion de Pluton du cortège planétaire traditionnel, un nouvel argument contre l’astrologie !

Téléchargez-le dès maintenant dans notre boutique






Suivez nos actualités astronomiques, astrologiques, pédagogiques et humoristiques sur Facebook, Twitter et YouTube

Vous pouvez également nous soutenir en effectuant un don qui nous permettra de continuer à faire vivre ce site :

Merci pour votre contribution.


Tous droits réservés. © 2003–2018 Richard Pellard. Reproduction interdite.
Webmestre : Julien Rouger
AstroAriana — Site réalisé avec SPIP