AstroAriana AstroAriana
Association pour la Recherche et l’Information
en Astrologie Naturelle
Vous êtes ici :
►Les auteurs

Richard Pellard

Voir en ligne : AstroAriana

Articles de cet auteur (672)

André Barbault, l’astro-symbolisme et le dernier âge d’or de l’astrologie

Le contexte éditorial Le principal concurrent français d’André Barbault en terme de renommée discrète (mais non de notoriété éclatante), de ventes de livres et de traductions était Alain Yaouanc alias Hadès. Il est mort peu avant Barbault, le 01/10/2019. On ne fera pas le bilan critique de son rapport et de ses apports à l’astrologie, puisqu’il est sans intérêt sur le plan du savoir : Hadès s’est en (...)

Lire la suite 
Astrologie et politique du mensonge

D’un point de vue ontologique, les choses sont réelles ou non ; et d’un point de vue logique ou gnoséologique, les idées sont considérées comme vraies ou fausses selon qu’elles sont fondées sur des choses qui sont considérées comme réelles ou non. Car il faut le savoir : les définitions du réel et de l’irréel, du vrai et du faux varient selon les époques et les savoirs qui leurs sont associés. La réalité (...)

Lire la suite 
Approche jungienne de l’astrologie

Chercheur infatigable, Jean-Pierre Nicola apporte à l’astrologie depuis plus d’un demi-siècle, de par ses livres et nombreux articles, un décryptage rationnel liant astro-psychologie et astronomie. Monsieur Lee Gladden, Ph.D, Directeur de thèse, de l’université de Honolulu résume son apport : "M. Nicola est une des rares personnes qui, dans son domaine de recherche, allie une pratique longue et (...)

Lire la suite 
La notion d’Aspect chez Ptolémée au IIe siècle

La notion originelle d’Aspect chez les Babyloniens Aux débuts conjoints de l’astrologie et de l’astronomie il y a quelques millénaires, les savants-prêtres babyloniens ne prêtaient attention qu’à un seul Aspect : la conjonction (± 0°), phénomène céleste majeur parce que le plus visible. Les tablettes astronomico-astrologiques du XVIIIe au XVIe siècle AEC qui ont été retrouvées en attestent. Cet intérêt (...)

Lire la suite 
Notion et concept d’Aspect planétaire

Introduction Les planètes sont le premier effecteur astrologique. L’Aspect est donc une entité astrologique essentielle, puisqu’il définit à la fois les fréquences-clés d’un cycle (Aspects d’une planète à elle-même au cours de sa période géocentrique) ou d’un intercycle (rapport privilégié qui s’établit périodiquement entre deux ou plusieurs planètes). Dans les cartes du ciel contemporaines, les Aspects (...)

Lire la suite 
La notion d’Aspect du IIe siècle au XVIe siècle

De la désuétude à la Renaissance Deux-cents ans après Ptolémée, l’astrologie était progressivement tombée en désuétude dans l’Occident romano-chrétien, les astrologues européens sérieux et chercheurs se sont faits rarissimes entre le IVe et le XIIIe siècle, et n’ont guère laissé de traces. On se préoccupait désormais davantage du salut de son âme crucifiée que du statut des Aspects astrologiques. On ne sait (...)

Lire la suite 
La notion d’Aspect chez Kepler au XVIIe siècle

L’astrologie en pleine ébullition L’œuvre de l’astronome-astrologue allemand Johannes Kepler (1571-1630) se situe à un moment-clé de l’histoire des sciences, un siècle après la révolution copernicienne : avec Copernic (1473-1543), on est passé du géocentrisme à l’héliocentrisme et Kepler a découvert que les orbites planétaires n’étaient pas des cercles parfaits, mais des ellipses. Face à cette révolution (...)

Lire la suite 
La conception des Aspects du XVIIe au XIXe siècle

L’après-Kepler Les Aspects planétaires sont donc désormais clairement identifiés comme tels par une minorité d’astrologues savants, et non comme des dépendances de la géométrie zodiacale ptoléméenne, même si cette dernière conserve une certaine influence sur leur définition et sur les orbes admis. Les débats théoriques à leur sujet porteront désormais beaucoup sur les orbes et un tout petit peu sur les (...)

Lire la suite 
Les innovations des XIXe & XXe siècles

La fin du XIXe et les toutes premières années du XXe siècle voient apparaître deux innovations majeures dans la conception et la perception des Aspects et de leurs orbes. On doit le renouveau conceptuel aux astrologues anglais Zadkiel et Alan Leo, et la rénovation graphique, donc perceptive, à l’astrologue français Paul Choisnard. Ils ne se connaissaient pas et ignoraient très probablement leurs (...)

Lire la suite 
Les avancées au cours du XXe siècle

La longue histoire de la conception des Aspects et de leurs orbes montre que pour les mesurer, la très grande majorité des astrologues savants, qui étaient en général aussi des astronomes, a pratiquement toujours négligé les latitudes écliptiques des planètes. L’absence de cette coordonnée dans le calcul des Aspects est un phénomène d’autant plus intéressant et significatif que ces observateurs et (...)

Lire la suite 
Les antisces et contre-antisces ne sont pas des Aspects

Annexe Nous avons observé que de nombreux astrologues du XVIIe siècle considéraient les parallèles de déclinaison ou antisces comme des Aspects. C’est une erreur qui s’est perpétuée et nous allons le démontrer. Et en passant, nous allons réhabiliter les perpendiculaires de déclinaisons ou contre-antisces, injustement négligés par la plupart des astrologues anciens ou contemporains. La vidéo ci-dessous (...)

Lire la suite 
La théorie conditionaliste des Aspects

Jean-Pierre Nicola et la première théorie des Aspects C’est entre autre en retournant aux préoccupations et observations des premiers astronomes-astrologues mésopotamiens et en méditant sur l’échec de Kepler que, dans la seconde moitié du XXe siècle, l’astrologue Jean-Pierre Nicola (1929) a refondé la conception des Aspects, inchangée depuis Ptolémée voire Kepler, ce qui a constitué une véritable (...)

Lire la suite 

... | 390 | 420 | 450 | 480 | 510 | 540 | 570 | 600 | 630 | 660



Tous droits réservés. © 2003–2020 Richard Pellard. Reproduction interdite.
Webmestre : Julien Rouger
AstroAriana — Site réalisé avec SPIP