AstroAriana Association pour la Recherche et l'Information
en Astrologie NAturelle
AstroAriana
Présentation Qui sommes nous ? Nous écrire Plan du site Annuaire de liens Astrosoft Calculez votre thème Thème du jour Boutique
Téléchargez nos livres au format PDF Les significations planétaires
Pour que ce site continue à exister sans publicité
Articles aléatoires  Bélier R.E.T.  Gémeaux R.E.T.  Le « Héros » et son « Ombre »  Les rythmes du zodiaque  Uranus astronomique  Yves Ouatou et les horoscoops  Astro-psychanalyse théorique et pratique  Du système solaire au système nerveux
Vous êtes ici : Accueil ►Astro-documentsPour connaisseurs


Réflexions conditionalistes

Signaux et symboles par Richard Pellard

« L’astrologie et la science correspondent à deux paradigmes différents », affirme l’astrologue Solange de Mailly-Nesle, « car l’astrologie repose sur le symbole. Le symbole repose sur une perception intuitive de l’Homme et de la Nature Pour l’astrologie l’Homme et le monde ne sont pas séparés, ils sont unis par une intersubjectivité ». Ce point de vue, selon lequel l’influence des astres serait de nature a-causale et échapperait donc aux lois connues ou inconnues de la physique, est partagé par la très (...) Lire la suite...

Réflexions sur le réel conditionaliste par Jean-Pierre Nicola

Les concepts et méthodes conditionalistes, sa marque déposée, ont une histoire que je n’ai pas inventée. Si un commencement, tel celui d’une naissance sous les augures du Ciel et de la Terre, décide de toute la suite, il en bon d’en savoir quelque chose - si peu, soit-il - pour comprendre ses fins. Mais par quoi, par qui commencer ? Habituellement, je renvoie aux origines de la pensée astrologique, aux astrologues de Mésopotamie qui ne dissociaient pas astronomie et astrologie, signal et symbole… (...) Lire la suite...

Langage conditionaliste : droite ou gauche ? par Jean-Pierre Nicola

Dans l’optique des voies multiples ouvertes par Norbert Wiener, père de la cybernétique, une équipe de psychothérapeutes axés sur les problèmes de communication tente de concilier dans une même théorie : logique, informatique, langage et psychologie pratique. S’il n’y avait les conditionalistes, je dirais volontiers qu’ils sont peut-être dans la ligne des événements majeurs, sous-estimés de leur époque, parce qu’on ne peut pas, à la fois, être à la mode et en préparer visiblement une autre. Sur la base (...) Lire la suite...

Débat : langage et communication conditionaliste par Collectif

Dans le milieu astrologique, les conditionalistes traînent une sulfureuse réputation d’intellos abstraits, rationalistes et matérialistes s’exprimant dans un jargon aussi obscur qu’ésotérique. C’est un mauvais procès : en fait, nous ne faisons qu’utiliser un langage rationnel cohérent avec la complexité de notre discipline : l’astrologie. Ce débat lors du congrès conditionaliste de Sainte-Baume en 1983 illustre à merveille les malentendus du langage et de la communication conditionalistes. Bernard (...) Lire la suite...

Astrologie naturelle ou astrologie conditionaliste ? par Richard Pellard

C’était en 1984, juste avant de signer chez Albin-Michel le contrat d’édition du livre qui allait s’intituler L’astrologie universelle présentée par Françoise Hardy. Jean-Pierre Nicola, Philippe Pinchon, Bernard Blanchet et moi-même nous remuions les méninges pour trouver quel adjectif nous allions accoler au mot « astrologie » dans le titre de cet ouvrage dont nous assurions la rédaction. L’éditeur nous avait dit que mettre le mot « conditionaliste » en couverture était trop « dur » et risquait de faire (...) Lire la suite...

Psykott show n° 1 : Soleil-Pluton, les découvreurs dérangent par Jean-Pierre Nicola

« En ces temps où Mozart joue à l’harmonica, au cymbalum, à la crécelle tempérée, qui d’entre nous, en hommage à sa gloire immortelle et céleste, ne l’eût de son vivant secouru et apaisé lorsque, déclinant, il souffrait d’un délire de persécution, triste mal s’il en fût, et combien peu recommandable. Combien serions-nous, maintenant, pour un immense cortège, à suivre sa dépouille, autrefois abandonnée par un sinistre manque de considération musicophile. À Modigliani vivant, qui d’entre nous n’aurait donné de (...) Lire la suite...

Psykott Show n° 2 : Vénus-Jupiter, les mots et les images par Jean-Pierre Nicola

« Rien, dans le fond, le distingue un discours prétendument vrai d’un mensonger se disant tout aussi authentique. En supposant que le vrai témoigne d’un fait qui a existé, sa vérité découle d’un accident contestable. Il est facile d’en montrer d’autant mieux l’invraisemblance que le vraisemblable passe pour non-accidentel. Indépendamment des faits qui conduisent aux assertions, les discours, vrais ou faux, sont à chances égales. En soi, l’affirmation : « Les baleines remontent le Rhône pour se reproduire (...) Lire la suite...

La fonction de l’ésotérisme par Jean-Pierre Nicola

On appelle ésotérique ce qui est réservé aux seuls adeptes, aux initiés d’une doctrine. À dire ainsi les choses, l’on pourrait croire que pour être ésotériste, il suffit de s’inscrire à une secte, de boire les paroles du Maître et d’en mériter les secrets à force d’application intelligente, de réceptivité active. En dépit de la multiplication des sectes, sectaires et sectateurs, malgré le nombre croissant des révélations sur le sens archi-caché des sciences, arts et cathédrales, plus on en dit, plus le verbe (...) Lire la suite...

Ésotérisme du conditionalisme par Jean-Pierre Nicola

Parce que c’est commode, pas fatigant, et peut-être utile, j’ai pour habitude de commencer un exposé difficile, par la définition de ses mots-clefs. Ainsi, ésotérisme, viendrait d’une racine grecque « éso » qui signifie à « l’intérieur » et que l’on peut opposer à « éxo », d’une autre racine qui signifie à « l’extérieur ». Selon les Trésors des racines grecques de Jean Bouffartigue et Anne-Marie Delrieu (Le français retrouvé aux éditions Belin) : « Il existe une opposition éxo/éso - (= à l’intérieur) limitée aux mots (...) Lire la suite...

Mensonge à court terme. Invention de la réalité. Réalité d’une invention par Jean-Pierre Nicola

La quête de la réalité fait partie des questions fondamentales de notre époque. Le réel existe-t-il vraiment, s’interroge l’homme de bon sens au courant des idées maîtresses de la Connaissance ? Les explorations de la matière, vers l’infiniment grand et l’infiniment petit, ont fait basculer ses certitudes sur 2 et 2 font quatre, et un chat n’est plus un chat, car rien n’est plus faux, paraît-il, que l’évidence : la chaise sur laquelle vous êtes assise ou assis (le sexe, réalité relative, n’est pas évident) (...) Lire la suite...

Prosopopées et coquecigrues, réflexions sur le réel par Richard Pellard

Le réel en soi, la réalité ultime dans sa dimension la plus profonde (celle qui échappe tout autant à nos intuitions qu’à nos perceptions et représentations) est en dernière instance incommensurable, incompréhensible, irreprésentable. Les témoignages de nos sens sont sur ce plan tout aussi insuffisants que les idées que nous nous en faisons. Ce réel (dont le réel astrologique), nous ne pouvons que tenter de l’approcher à travers les modèles conceptuels ou symboliques que nous construisons à cet effet. Et (...) Lire la suite...

Effets et contre-effets des images et représentations sur les faits et les idées par Jean-Pierre Nicola

Le concept de communication entre symboles et signaux, de leurs possibilités d’échanges en mode duo-duel, fait partie des outils fondamentaux de la recherche conditionaliste. Il est le principe même de cette recherche de déchiffrement des formulations des réalités subjectives et objectives, des informations qui en laissent trace, différemment exprimées selon les langages, philosophiques, scientifiques et mythologiques. Une école qui n’attribue pas aux planètes un statut d’anges gardiens soumis aux (...) Lire la suite...

Le Taï-Ghi-Tu dans le système solaire par Jean-Pierre Nicola

« Le nom est beaucoup moins connu que le symbole graphique lui-même, qui représente le jeu d’échanges perpétuels entre les deux grands principes chinois, le yin et le yang. Il s’agit d’un grand cercle partagé par une sinusoïde en forme de ‘S’, qui symbolise le dragon ou le serpent primordial, principe de l’énergie. D’un côté du ‘S’, le Yang apparaît en blanc mais contient dans son centre un petit cercle noir, yin, tandis que de l’autre côté, le yin noir contient de la même façon un petit cercle blanc, yang. (...) Lire la suite...

Conférence pour un inconnu par Jean-Pierre Nicola

Le modèle R.E.T. est né d’une structure du temps : la courbe donnée par la vitesse de cicatrisation d’un tissu vivant en fonction de l’âge. C’est un segment de branche d’hyperbole que l’on divise en trois régions : le ‘R’ et le ‘T’ prennent les extrêmes, le ‘E’ la région centrale. Cette façon de faire ne relève pas de la mathématique pure et dure. Celle-ci réclame des raisons autres qu’intuitives. Mais la courbe des âges, hyperbolique par approche n’est pas, non plus, d’une mathématique pure… et je trouve cela (...) Lire la suite...

L’astrologie et la logique par Jean-Pierre Nicola

Les critiques sur le symbolisme et les psychanalyses exprimées dans cet article concernent uniquement le symbolisme et les psychanalyses utilisées majoritairement par les astrologues contre d’autres approches, notamment celles de la pensée rationnelle, prolongement de la pensée analogique, comme l’adulte de l’enfant. Moqués ou respectés, il fut un temps où les astrologues s’appelaient « mathématiciens ». Tireurs de ficelles, conseillers du pouvoir, selon une ambition qui a toujours ses intrigants, il (...) Lire la suite...

Apollon et son ombre : quand le Soleil se fait violence par Richard Pellard

Une évidence lumineuse, sage comme une image. Un modèle d’ordre exemplaire sculpté dans un marbre éternel. La noble beauté des principes qui s’auto-génèrent au-dessus de toutes les contingences. La rassurante permanence du connu qui se perpétue. La vertu majestueuse et transparente des idéaux supérieurs. Dans la mythologie grecque, c’est Apollon qui incarne ces valeurs sublimes. En astrologie, c’est la fonction solaire. Mais tout n’est pas si simple… De la mythologie à l’astrologie Avant d’être (...) Lire la suite...

Saturne et le système osseux : de l’analogie à la biologie par Jean-Paul Citron

Rendons à Paul Couderc, auteur d’un défunt Que sais-je ? sur l’astrologie, la paternité d’évidences incontestables : Saturne est un caillou ; gros certes, mais enfin un caillou quand même, comme les autres corps célestes compacts non gazeux ni liquides. Circonstance aggravante : il est loin. Alors que les premiers touristes argentés commencent à partir en week-end dans des stations en orbite circumterrestre, ce n’est pas demain la veille qu’on pourra ramener de vacances des objets de l’artisanat (...) Lire la suite...

La gravité du squelette par Jean-Pierre Nicola

La psychanalyse s’applique électivement aux viscères et aux orifices. Sa matière de prédilection est celle des effets de chair que nous attribuons à l’héritage terrestre. Elle traite de nos dépendances alimentaires, de nos bourbiers, de la substance première qui nous rend solidaires de tout ce qui est nourriture : solitaires des bêtes, insectes, végétaux, toutes créatures vivantes avec lesquelles nous cohabitons pour nous nourrir les uns des autres. Qu’est-ce qui différencie l’homme ? Le squelette vaut (...) Lire la suite...

Astrologie et rythmes biologiques par Maurice Worme

« Un jour sans doute, avec les progrès de la chronobiologie et une meilleure connaissance du système nerveux humain, c’est la neurophysiologie qui démontrera la réalité du fait astrologique ». Rythmes infradiens, rythmes circadiens, rythmes ultradiens, horloges externes, horloges internes, système nerveux, etc., voilà sans doute les domaines de la recherche scientifique qui feront qu’un jour la réalité astrologique semblera aussi évidente que celle de l’attraction universelle. Antoine-Laurent de (...) Lire la suite...

Fondements et méthodologie de l’interprétation de Mars en conditionalisme par Jean-Pierre Nicola

Est-ce reproche, critique, ou éloge ? En majorité, les conditionalistes sont qualifiés de théoriciens… ce qui paraît les disqualifier en tant que praticiens ou statisticiens… : parce que le milieu astrologique n’est pas spécialement tourné vers les théories, mais plutôt vers l’analogisme, les statistiques (sur lesquelles je reviendrai), et l’empirisme… qui n’est qu’une théorie de la non-théorie. Bref, moins on fait de théorie mieux on se porte. Qu’est-ce qu’une théorie ? Mais on confond souvent, et quelque (...) Lire la suite...

Astrologie et « réalisme » par Richard Pellard

Dans le n° 159 de Pour la science de janvier 1991, Jean-Paul Delahaye a consacré un article au « réalisme en mathématiques et en physique ». Évidemment, un tel thème sent très fort le réel… Problème : « Physiciens et mathématiciens croient à l’existence d’une réalité indépendante de nos observations et ils ont le sentiment que l’abandon du réalisme remettrait en question la valeur de la science. Cependant les progrès scientifiques limitent autant la compréhension de la réalité qu’ils la précisent ». Un problème (...) Lire la suite...

Fonction lunaire et libéralisme économique par Richard Pellard

Suite à la publication de l’enquête sur les dominantes planétaires des ministres, Pascal Perrin nous a fait parvenir un courrier critique. Nous publions sa lettre in extenso, nous lui répondons et nous en profitons pour réfléchir sur la relation de la fonction lunaire avec l’économie… La lettre de Pascal Perrin « Dans le dernier numéro du Fil d’ARIANA, certaines des conclusions et des interprétations que tu tires des résultats de ton enquête sur les planètes et la politique m’ont laissé — passe-moi (...) Lire la suite...

La fonction du trigone dans le référentiel Structure-Temps par Jean-Pierre Nicola

J’ai pris le biais du passage des Maisons au Zodiaque pour vous entretenir de la fonction du Trigone dans le référentiel Structure-Temps. Admettons et supposons : une cellule vivante, douée de mémoire et de logique, un ensemble de cellules capables distinctement et globalement de faire le point tous les 30 jours — Signe après Signe — sur son apprentissage d’un zodiaque photopériodique dont, au départ, sa mémoire ne saurait rien. première séquence : en partant de 0° Bélier, au terme d’un mois, dans le (...) Lire la suite...

Chiffres et Planètes : ceci n’est pas de la numérologie par Jean-Pierre Nicola

« Existe-t-il une harmonie préétablie, à laquelle l’homme est sensible parce qu’il vit dans ce monde harmonieux, ou bien crée-t-il lui-même l’harmonie ? Découvrons-nous la réalité harmonieuse… ou bien créons-nous l’harmonie de la réalité ? » s’interroge le mathématicien Alain Connes. Depuis qu’il a inventé ou découvert les nombres, l’homme n’a jamais cessé de rechercher grâce à eux les structures mystérieuses de la réalité. Existe-t-il des rapports entre les nombres entiers et les planètes du système solaire ? (...) Lire la suite...

Une présidence « jupitérienne » pour Emmanuel Macron ? par Richard Pellard

Depuis la marche solitaire et triomphale du nouveau président de la République Emmanuel Macron sur l’esplanade du Louvre, la plupart des commentateurs politiques évoquent une « présidence jupitérienne », sans toujours bien savoir de quoi il s’agit réellement. Il faut dire que depuis quelques années, l’expression « alignement des planètes » est couramment utilisée à tort et à travers par la médiasphère pour décrire n’importe quel événement non-astronomique se présentant sous des auspices favorables. « Pour (...) Lire la suite...



Tous droits réservés. © 2003–2017 Richard Pellard. Reproduction interdite.
Webmestre : Julien Rouger
AstroAriana — Site réalisé avec SPIP