AstroAriana Association pour la Recherche et l'Information
en Astrologie NAturelle
AstroAriana
Présentation Qui sommes nous ? Nous écrire Plan du site Annuaire de liens Astrosoft Calculez votre thème Thème du jour Boutique
Téléchargez nos livres au format PDF Les significations planétaires
Pour que ce site continue à exister sans publicité
Articles aléatoires  Michel Houellebecq, Saturne pas rond mais presque…  Cancer-Verseau : similarités et différences  Introduction à l’astrologie moderne  Mars-Uranus  Un exemple de consultation astrologique  Témoignage astro de Didier Naas  Soleil-Uranus  La Vierge
Vous êtes ici : Accueil ►Astro-documentsThéories généralesLes planètes et le R.E.T.Prospectives et utilités du macroscope R.E.T.


Dépasser le R.E.T. ou s’en débarrasser ?

Je m’étais promis de vous entretenir des polémiques qui font tellement de mal à la réputation de l’astrologie qu’on ferait mieux de les interdire pour avoir la paix. Polémique vient de la racine grecque pomelo qui signifie guerre, mais si polemikos, veut dire guerrier, le mot n’évoque plus qu’une hostilité discoureuse. Faut-il renoncer aux discussions batailleuses des savants, artistes, politiques et même théologiens, pour en venir aux mains comme de vulgaires conducteurs de la semaine et du dimanche ? À cette question d’intérêt général, j’ai préféré aborder la principale raison des polémiques autour du conditionalisme : le R.E.T..

Dépasser le R.E.T. ou s’en débarrasser ?

Il m’est revenu à l’esprit, — tant pis si je l’ai déjà raconté — qu’à la fin des années 50, lorsque j’ai montré mon bambin à un public silencieux, les ténors ont pris la parole pour jeter l’enfant au feu. Jean Carteret à expliqué qu’il y avait la quelque chose d’aussi beau qu’une toile d’araignée… que l’on détruit d’un doigt, comme on écrase un éphémère. En souvenir de cette remarque d’entomologiste et du rire d’un de ses disciples savourant à l’avance la découverte d’une transplutonienne qui anéantirait ma toile d’araignée, j’ai commandé un R.E.T. en fer forgé de 70 cm × 70 cm, et 2 cm d’épaisseur. Très beau. On peut y mettre le doigt. J’y mettrai un nid d’araignées.

Jamais transplutonienne ne fut tant attendue en une quarantaine d’années… Attente d’autant plus vaine qu’une 10e planète, et davantage, ne changerait rien au modèle. On peut parfaitement multiplier une fonction planétaire en affectant de coefficients différents les composants de sa formule. L’étonnant est qu’il n’y a, dans le système solaire, qu’une planète par fonction, au lieu de 2 ou 3. Celle de Jupiter, par exemple, pourrait se nuancer par différentes pondérations d’Existence, de Représentation, de non-Transcendance ! L’enfant R.E.T. condamné par les discoureurs à survécu. Grandi, chéri par celles et ceux qui lui prédisaient un grand avenir… Rabaissé par le plus grand nombre à un avorton de la philosophie. Son destin reste un sujet de polémique, et la question toujours posée : faut-il dépasser ou se débarrasser du R.E.T. Mais, alors : où, quand, comment, pourquoi ?

Où ? Pour s’en débarrasser tous les dépotoirs sont bons. L’abandon sans nom au bas d’une page d’encyclopédie en est un. Il y a le risque des voisins qui dénoncent. Heureusement les voisins n’aiment pas les polémiques et, tandis que leurs oreilles guerrières se dressent, leurs yeux se ferment pacifiquement. Les placards à typologies font d’excellents débarras. On peut, comme pour les accidentés au bord d’une route, accélérer d’autant plus vite qu’il vaut mieux n’avoir rien vu. Le dépassement est à la portée des conditionalistes qui ne coupent pas la tête et les jambes d’un héritier prodige sous prétexte de développer son affectivité en largeur. Ce n’est pas dépasser que de diminuer une hauteur, et on ne dépasse que ce dont on a la mesure. Le R.E.T., mesurable par ses fondements astrométriques et mathématiques, a des chances d’échapper aux coupeurs de tête, trouver des continuateurs ailleurs que dans le milieu des astrologues. Pour favoriser cette hypothèse de survie, le concepteur lucide laisse des messages dans un réceptacle moins hostile que les placards encyclopédiques.

Quand ? Dès que l’initiateur à énoncé ses principes dérangeants, pour les rendre acceptables le mieux est qu’il s’en aille au plus vite. J’ai analysé ce phénomène dans le Livre d’Uranus publié par le COMAC. La mythologie et les westerns m’ont aide à concevoir pourquoi un fondateur devient rapidement le premier obstacle à liquider pour rétablir l’équilibre qu’il a rompu. Si l’explication vous parait saugrenue, criez donc sur les toits que vous savez où se trouve un trésor. On sera sur les lieux avant vous ; je doute de la gratitude autant que du dédommagement qui vous reviendrait.

L’argument « place aux jeunes », toute théorie doit évoluer d’une génération l’autre, est fallacieux. Une théorie n’évolue pas parce que meurent les vieux, mais parce que de nouvelles voies, à partir de celles ouvertes, s’offrent sans distinction d’âge ou de sexe, aux continuateurs compétents qui changent, développent ce que de moins aptes, ou moins honnêtes, déplacent, raccourcissent, déforment, s’approprient.

L’initiateur conscient de l’impatience de ses challengers préserve sa pensée des hâtes ambitieuses en précisant les points qu’il espère incontournables. Mais toutes les matières ne sont pas d’une égale rigidité. Il en est de fort élastiques. La psychanalyse à donné lieu à des psychanalyses parce que la sexualité et le psychisme ne se mettent pas en équations, et échappent aux nombres malgré les statistiques. De même, l’astrologie symboliste autorise autant d’astrologies qu’il y a d’interprétations possibles d’un symbole selon les cultures, les époques, les interprètes. Le R.E.T. n’a pas cette élasticité. Les efforts de distorsion auxquels il a déjà été soumis, sans succès notable, en témoignent. Ce défaut de souplesse ou excès de rigueur irrite les habitués du tripatouillage.

Le comment se déduit du précèdent paragraphe. Pour le déblayage, la déclaration d’hostilité à tous les systèmes rebelles aux barbotages de la sensibilité ne fait pas longtemps recette. La forme systématique de cette opposition contredit ce qu’elle réprouve. Les réductions à la banalité, l’antériorité, sont trop ordinaires pour convaincre si le système persiste à se répandre. Le mieux est de le falsifier en ce qu’il n’est pas ou le circonscrire à sa partie malléable. Toutefois, derrière le R.E.T. il y a le Logoscope, et s’il est facile de bidouiller les lettres, le diagramme, les définitions, pour un dépassement sérieux, ce n’est pas de la partie apparente de l’iceberg qu’il faut s’informer, mais de l’ensemble et de ses fondements. Étant donné que la partie immergée est particulièrement compacte, les déménageurs évitent de s’y coller. Le Logoscope est la face Intégration du R.E.T., le R.E.T la face Relation du Logoscope. Ceux qui prennent réellement la suite, ne dissocient pas le produit. On reconnaît le désinformateur et l’incapable à leur occultation du Logoscope. Quel dommage, quel gâchis… quelle erreur aussi pour un système qui ne se laisse pas émietter ! J’aime à le répéter, car il est rare de dire autant de choses en peu de mots : ce micro-modèle d’interactions entre niveaux croissants et décroissants d’une progression binaire et de ses fonctions implicites, déjà confirmé dans les données astrométriques des demi-axes et gravites planétaires, à des chances d’être également présent dans la biologie et la microphysique. Dans mon article sur les symétries, j’ai étendu sa représentativité logico-mathématique aux phénomènes d’interférences et aux transitions énergétiques. Outil de synthèse… sachant ce qu’il embrasse, comment ne pas se réjouir de ce qu’il dévoilera à d’autres que moi ?

Devant nos grands Pourquoi métaphysiques et existentiels, (pourquoi la vie, pourquoi la mort, pourquoi lui et pas l’autre ?), pourquoi le R.E.T. est une question mesquine. On s’en débarrasse pour de plus graves. Mais, à ce moment-là, avec le R.E.T. dans le lot, pourquoi ne pas évacuer tout l’anodin, faire un sort au charme superficiel d’exister ? Raison plus sensée : à la place des réfractaires de bonne foi, je conçois que le R.E.T. ne dispense apparemment aucune illusion consolatrice contre l’angoisse. Il ne comble aucune attente affective autre que la passion intellectuelle d’en savoir toujours plus. Si j’étais mon propre objecteur, je dirais que le Logoscope est un outil froid, presque sans âme. Alors qu’on vient à l’astrologie pour ses mystères et cela de nos errances et complications humaines, on est frustres par l’impitoyable simplicité du système, comme on l’est d’apprendre que l’émerveillement des tours de magie tient à la manipulation d’une physique enfantine. Désillusion : il n’y a rien de sorcier dans la magie des astrologues. Pour remédier aux désenchantements d’une logique sans cœur et relancer le spectacle, certains ont remis le R.E.T. et le S.O.R.I. entre les mains de Dieu. J’ai préféré déposer le Logoscope à l’I.N.P.I. (lnstitut National de la protection Industrielle sous le n° 455. Mais, si Dieu le protège, nul doute que le R.E.T. sera dépassé par de bienheureux chercheurs de paradigmes et paradis perdus.

Annexe — Richard Pellard

Doctrine et théorie

Le R.E.T. s’apparente à un système d’idées, une organisation de la pensée, une structure noologique. Il me semble utile de préciser les différences entre doctrine et théorie.

Faisons appel à Edgar Morin, auteur d’un brillant exposé sur La Nature des idées dans le Hors-Série n° 21 de la revue Sciences humaines :

« Un même système d’idées peut prendre deux formes : une forme ouverte (la théorie) et une forme close (la doctrine). La doctrine s’autojustifie par la référence à la pensée de ses fondateurs et à ses postulats fondamentaux… (Elle) se veut invulnérable à tout ce qui va la contredire… Au contraire, les théories peuvent tenir compte des événements extérieurs, quitte à devoir évoluer. Les théories sont donc, en quelque sorte, biodégradables… Une théorie… reconnaît en effet l’éventualité d’être remplacée par une autre théorie, s’il s’avère que cette dernière répond mieux qu’elle au critère qu’est l’exigence de s’articuler sur des faits et des événements tout en conservant une cohérence interne. Il faut toutefois noter que les théories se réfèrent elles aussi souvent à un noyau, somme de postulats difficiles à démontrer, qui en constitue le cœur…

Pour récapituler les éléments qui opposent la doctrine et la théorie, on peut dire que la doctrine comporte la fermeture sur elle-même, et la théorie une certaine ouverture. Dans l’une et l’autre, le noyau résiste à l’expérience mais dans la doctrine, il est totalement insensible à l’expérience. De plus, dans la doctrine, le primat est la cohérence interne, ce qu’on peut appeler la rationalisation, alors que dans la théorie, le primat est l’accord entre la logique du système interne et l’univers empirique auquel elle s’applique. Autrement dit, il doit y avoir accord entre la théorie, c’est-à-dire l’argumentation ou l’édifice conceptuel, et le monde auquel elle s’applique. En outre, dans la doctrine, les liaisons entre les concepts sont extrêmement rigides tandis que dans la théorie, seul un lien logique est nécessaire. On peut également dire que l’immunologie des doctrines est extrêmement forte et n’accepte que ce qui la confirme alors que celle des théories ne rejette que ce qui n’est pas pertinent par rapport à son champ de compétences. La doctrine refuse donc toute critique et manie l’anathème ; la théorie accepte, quant à elle, les critiques sous certaines conditions mais elle est animée d’une vigueur polémiste. Enfin, la doctrine est dogmatique et la théorie est flexible ».

Le R.E.T. est une théorie, pas une doctrine

▶ Mais ce n’est pas une théorie comme les autres du fait de la spécificité de son « noyau, somme de postulats difficiles à démontrer, qui en constitue le cœur » : ce noyau est le postulat — encore indémontré avec certitude, en dépit de l’avancement des recherches astrométriques et cosmogoniques de J.-P. Nicola — selon lequel le R.E.T. est — entre autre — l’expression des structures cachées du système solaire. De plus, le R.E.T. permet d’analyser et de comprendre autant de théories, doctrines, systèmes vivants et non vivants qu’on veut, ce qui est loin d’être le cas des autres théories.
▶ du fait qu’il est une découverte, et non une invention, la référence principale du R.E.T. ne réside pas dans la pensée de son fondateur, mais dans la logique profonde de la nature universelle.
▶ les systèmes des Éléments et des Maîtrises de l’astrologie dite traditionnelle ne sont pas des théories, mais des doctrines « totalement insensibles à l’expérience ». Dans le cas du R.E.T. au contraire, il doit y avoir « accord entre la théorie, c’est-à-dire l’argumentation ou l’édifice conceptuel, et le monde auquel elle s’applique ».

Article paru dans le n° 26 des Cahiers conditionalistes (2e trimestre 1997).



Cet article vous a été proposé par : Jean-Pierre Nicola, Richard Pellard

Voir aussi :

▶ A propos du Logoscope…
▶ Formules R.E.T. et fonctions planétaires
▶ Les planètes en B.D.
▶ La dialectique des pouvoirs dans le système R.E.T.
▶ Familles R.E.T. de quartes
▶ Familles R.E.T. de quintes
▶ Les couples planétaires
▶ « Manques » des fonctions planétaires
▶ Interprétation des Aspects
▶ Prospectives et utilités du macroscope R.E.T.
▶ Le S.O.R.I., Sujet-Objet-Relation-Intégration
▶ R.E.T. et zodiaque
▶ Psykott show
▶ Astrologie et inconscient
▶ Astrologie et connerie
▶ Dépasser ou se débarrasser du R.E.T. ?
▶ Éléments de cosmogonie astrologique
▶ Mensonge à court terme. Invention de la réalité. Réalité d’une invention
▶ Conférence pour un inconnu
▶ R.E.T. et information


Les significations planétaires par Richard Pellard

620 pages. Illustrations en couleur. Format PDF.

La décision de ne traiter dans ce livre que des significations planétaires ne repose pas sur une sous-estimation du rôle des Signes du zodiaque et des Maisons. Le traditionnel trio Planètes-Zodiaque-Maisons est en effet l’expression d’une structure qui classe ces trois plans selon leur ordre de préséance et dans ce triptyque hiérarchisé, les Planètes occupent le premier rang. La première partie de ce livre rassemble donc, sous une forme abondamment illustrée de schémas pédagogiques et tableaux explicatifs, une édition originale revue, augmentée et actualisée des textes consacrés aux significations planétaires telles qu’elles ont été définies par l’astrologie conditionaliste et une présentation détaillée des méthodes de hiérarchisation planétaire et d’interprétation accompagnées de nombreux exemples concrets illustrés par des Thèmes de célébrités. La deuxième partie est consacrée, d’une part à une présentation critique des fondements traditionnels des significations planétaires, d’autre part à une présentation des rapports entre signaux et symboles, astrologie et psychologie. Enfin, la troisième partie présente brièvement les racines astrométriques des significations planétaires… et propose une voie de sortie de l’astrologie pour accéder à une plus vaste dimension noologique et spirituelle qui la prolonge et la contient.

Téléchargez-le dès maintenant dans notre boutique


Pluton planète naine : une erreur géante par Richard Pellard

117 pages. Illustrations en couleur. Format PDF.

Pluton ne fait plus partie des planètes majeures de notre système solaire : telle est la décision prise par une infime minorité d’astronomes lors de l’Assemblée Générale de l’Union Astronomique Internationale qui s’est tenue à Prague en août 2006. Elle est reléguée au rang de “planète naine”, au même titre que les nombreux astres découverts au-delà de son orbite. Ce livre récapitule et analyse en détail le pourquoi et le comment de cette incroyable et irrationnelle décision contestée par de très nombreux astronomes de premier plan. Quelles sont les effets de cette “nanification” de Pluton sur son statut astrologique ? Faut-il remettre en question son influence et ses significations astro-psychologiques qui semblaient avérées depuis sa découverte en 1930 ? Les “plutoniens” ont-ils cessé d’exister depuis cette décision charlatanesque ? Ce livre pose également le problème des astres transplutoniens nouvellement découverts. Quel statut astrologique et quelles influences et significations précises leur accorder ? Enfin, cet ouvrage propose une vision unitaire du système solaire qui démontre, chiffes et arguments rationnels à l’appui, que Pluton en est toujours un élément essentiel, ce qui est loin d’être le cas pour les autres astres au-delà de son orbite. Après avoir lu ce livre, vous saurez quoi répondre à ceux qui pensent avoir trouvé, avec l’exclusion de Pluton du cortège planétaire traditionnel, un nouvel argument contre l’astrologie !

Téléchargez-le dès maintenant dans notre boutique






Suivez nos actualités astronomiques, astrologiques, pédagogiques et humoristiques sur Facebook, Twitter et YouTube

Vous pouvez également nous soutenir en effectuant un don qui nous permettra de continuer à faire vivre ce site :

Merci pour votre contribution.


Tous droits réservés. © 2003–2018 Richard Pellard. Reproduction interdite.
Webmestre : Julien Rouger
AstroAriana — Site réalisé avec SPIP